Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2008

Les rameurs

C’était un long sanglot
Qui planait comme
Une coulure du vent
Sur l’émeraude des flots

Ils ramaient sans cesse
Tout de blancs vêtus
Comme des fantômes
Dont le regard perdu
Se tend vers l’infini
Sans rien y voir de plus
Qu’une brume un peu froide
D’où surgirait l’espoir

Mais le temps leur a paru si long
Et la fatigue si pesante
Qu’ils n’ont pas même vu
Descendre la nuit noire


© Jacques Herman - 2008

19:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

27/04/2008

Divin phylactère

Prendre la première à droite

Puis descendre sur le rocher

Que la mer à marée haute

Se plaît à cacher

Attendre patiemment

Le vol d’un goéland

Exactement

A votre aplomb

Ne plus bouger

La mer est d’argent

Mais le ciel est de plomb

Prendre pour un message de Dieu

La blanche et grasse fiente

Que l’oiseau va balancer

Retourner

A grandes enjambées

Dans le presbytère

Implorer l’aide du curé

Pour lire sur votre épaule

Les caractères sacrés

Du divin phylactère

© Jacques Herman - 2008

15:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

26/04/2008

Zenfants de la patrie

A mes camarades de mai 68

 

Allons

Allons

Zenfants de la patrie

Le jour de gloire

Est à votre portée

Et les sillons ensanglantés

De nos terres endolories

Ne sont que ridules

Ridicules

Qui se perdent au loin

Très au loin dans la monotonie

Brumeuse du champ de bataille

Que redoutez-vous

Bande de couards

Allons

Allons

Ressaisissez-vous

Que vos cœurs se réjouissent

Du bruit du canon

Du cliquetis de la ferraille

Allons

Allons

Marchez

Marchez

C’est fourbus

Suants

Blessés

Que vous honorerez la France

Et si la mort à l’horizon

Vous tend les bras

Alors à vous

Vaillants soldats

La suprême récompense

***

Voilà le message

Qu’un jour je découvris

Dans un journal intime

D’un grand officier

Fier comme Artaban

Et con comme un panier

© Jacques Herman - 2008

15:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

25/04/2008

La gamelle

La lune est morte

Mais je m’en fous

Dessus ma porte

Côté jardin

Je viens

De planter un clou

J’y accroche

Des étoiles de mer

Et des lambeaux de voiles

Gonflées naguère

Qu’a déchirées

L’année passée

La tempête meurtrière

Ecoute ami

Toi qui me lis

Ecoute

Voici

Ma dernière volonté

Tu déposeras mon urne

Funéraire au pied du lit

Vide des cendres

Qui seront dispersées

Pour que mon chat

Ait une gamelle

Nouvelle

C'est mon seul héritier

© Jacques Herman - 2008

16:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

24/04/2008

Il est interdit d'interdire

Il m’arrive parfois

De cueillir un nuage

Quand bien même

Un panneau m’avertit

Que cet acte sauve

Est formellement banni

Naguère t’en souvient-il

Nous criions à tue-tête

Notre animosité

Contre les interdits

 Mais les faux-culs depuis

Ont envahi la place

D’un œil d’entomologiste

Ils nous observent

Ils nous épient

Ils nous guettent

Mais ils se méfient

Toujours de nous

Les anarchistes

 

© Jacques Herman - 2008

16:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

23/04/2008

In principio erat verbum

Au commencement était le verbe

Le verbe brut

Sans doute un pauvre infinitif

Qui n’aspirait

Qu’à se faire conjuguer

Mais ce verbe était Dieu

Allez savoir pourquoi

 

Il paraît même qu’il crut bon

De s’asseoir près de lui

Lui seul put mesurer

Son douloureux ennui

Alors Dieu pointa le doigt

Et dit

Austère

Que la merde soit

Et la merde fut

Chez toutes les nations

De l’orient à l’occident

Du midi

Au septentrion

Le verbe n’est plus

Aujourd’hui mon Dieu

Qu’un simple mot

Que nous conjuguons

© Jacques Herman - 2008

16:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

22/04/2008

Pacte

Nous pourrions conclure un pacte

Ma douleur et moi

Pour nous sentir plus libres

L’un et l’autre moins à l’étroit

Comme elle persiste

A me suivre partout

Je creuserais pour elle

Un tout petit trou

Confortable à souhait

Où je l’enfermerais

Quand elle se fait acide

 

Elle s’y calmerait

S’y reposerait

S’y ferait oublier

 

Alors

Au soleil levant

Je la libérerais

Et je la coifferais

De pétales de roses

© Jacques Herman - 2008

14:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

21/04/2008

Mes dernières volontés

Voici Mesdames et Messieurs

Mes dernières volontés

Vous me jugerez

Probablement fêlé

Pour le moins pas très sage

J’en conviens volontiers

Je veux être incinéré

Dans la douce chaleur

D’un bon feu de bois

D’un four à pizzas

Je veux que mes cendres

Soient agrémentées

De câpres

D’anchois

Et de pétales de roses

Puis qu’elles reposent

Pour un ultime émoi

Dans un large corsage

Pour le reste débrouillez-vous

Complotez

Supputez

Calculez

Invectivez-vous à outrance

C’est l’heure terrible du partage

Mesdames et Messieurs

Vous ne m’en voudrez pas

Si je ris d’avance

Dans ma pauvre existence

Je n’ai jamais rien eu

Qui fût vraiment à moi

© Jacques Herman - 2008

14:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/04/2008

Du muret moussu

Elle est d’une beauté

Quasiment ineffable

Comme ces laitues fraîches cueillies

Ou ces denrées périssables

Fruits et légumes du marché

 

On se retourne sur son passage

On jalouse le mari

Le compagnon

L’ami

On voudrait sans doute aussi

Ne pas être trop sage

 

Puis on la voit cheminer

Tout au long du canal

Grimper sur le muret moussu

Et se jeter dans l’eau glaciale

 

 

 

Ó Jacques Herman - 2008

16:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2008

Départ forcé

Avec la compassion

Le tact et le respect

Des croque-morts à

L’égard des clients

Il salua le vieux

Dans son fauteuil roulant

Qu’il tourna pour qu’il vît

Le jardin de l’asile

 

Puis il recouvrit

Le corps de la vieille

D’un grand drap blanc

 

Le vieux se disait

Que sa femme était belle

Et qu’ils s’étaient aimés

Longtemps

 

Dans le couloir retentit

Le pas lourd et lent

De deux employés

Des pompes funèbres

De la ville

 

 

Ó Jacques Herman - 2008

 

 

16:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)