Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/09/2009

J'observais le monde

Alors je disais
Tu fais fleurir les arbres
Au coeur de l’hiver
Courir les escargots
Aussi vite que l’éclair
Pousser du houblon
Au milieu du désert

Jeune encore infiniment
Assis inconfortablement
A côté de mon grand-père
J’observais le monde
Sans doute tel
Que je voulais qu’il fût


Jacques Herman
2009

00:17 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

29/09/2009

Gilbert vient de mourir

Gilbert vient de mourir
On a couvert son corps de roses
De branches épineuses
Griffantes à loisir
Et de larges rubans
Jaunes
Rouges
Blancs
Couverts de lettres d’or
Et d’argent

Dans un épais cahier
Relié de cuir brun
La foule est priée
De laisser un message
A propos du défunt
Maigre consolation
Ecrite à l’usage
Des proches
Et de la parenté

Un vieillard
Vient d'y noter
La mort
A le goût des enfantillages


Jacques Herman
2009

17:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/09/2009

En contrebas

Depuis quelques jours
Elle se cachait
Dans la tour
Entre deux étages

Elle ne cherchait qu'à fuir
Le regard que nous posions sur elle

A longueur de journée
Comme un yo-yo
De chair humaine
Elle grimpait
Descendait
Puis remontait
Avec l'agilité
De son jeune âge
Et un courage
Que nous tous
Ici-bas
Nous saluions

Parfois
Nous l'entendions
Qui pleurait

Ce soir tandis
Que le soleil
Se couchait à l'horizon
Elle a gravi toutes les marches
Jusqu'au bord
Du donjon

Puis écartant les bras
Comme un oiseau les ailes
Elle s'est envolée

On l'a retrouvée
En contrebas


Jacques Herman
2009

14:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

27/09/2009

Un chien aboie

Un chien aboie
Dans la cour de la ferme
Abandonnée depuis
Une trentaine d'années
A ce que l'on dit
Jamais reconstruite
Allez savoir pourquoi

Quelques murs
Se sont effondrés
Le ciment s'effrite
Le vent s'engouffre par
Les vitres brisées
Les portes éventrées
Et l'immense toiture
Ecroulée aux trois quarts

Les odeurs chaudes
De l'étable et de la porcherie
Depuis longtemps
Se sont évanouies
Les vieux fermiers sont morts
Le grillage est rouillé
La mémoire ici s'est refroidie

Tout à coup
D'un coin moins abîmé
De l'habitation
Surgit un air d'accordéon
Puis une main
Se pose sur mon cou


Jacques Herman
2009

11:44 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/09/2009

Il paraît

Il paraît que les murs
Se fendillent
Que le jardin
Déjà si petit
Se rétrécit encore
Et que la nappe à thé
N'aura bientôt plus
Que la taille d’un mouchoir

Il paraît que le ciel
A grands coups de pinceaux
Blanchit
Sous le harnais

Il paraît que la terre
Ici tremble parfois
Que plus rien ne
Serait assuré
Que les vérités
Ont été pendues
Ou décapitées

Mais il paraît aussi
Qu’il resterait encore
Contre toute attente en ces lieux
De la poussière d’étoiles
Et des bribes d’utopie


Jacques Herman
2009

07:53 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/09/2009

Revendication

A moi mes peurs
Et mes délires
A moi les noirceurs
De l'ardente poix
Qui m'englue les ailes
Sous l'interminable grêle
Des quolibets moqueurs
Des oiseaux-lyres
Rutilants
Flamboyants
Hautement colorés

A moi mes fantasmes
Mes souhaits ineffables
Mes désirs indicibles
Mes âpres obscurités
Surgies des profondeurs
De gouffres insondables
Et d'abîmes endiablés

A moi finalement
Ce qui vous insupporte
Ou ce qui vous déplaît
A moi ce qui vous fait
Tressaillir
Sursauter
Comme un claquement de porte
Ou qui vous glace le sang
Comme sur votre cou
La main froide et tremblante
D'un revenant

23:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/09/2009

Par chemin de fer

Le ciel s’est payé ma tête
Dit le corps
Décapité

Quelqu’un l’a roulée
Sur le bas-côté
De l’autoroute

Mais qui l’a emportée
Enveloppée
Dans un papier de fête
Expédiée dans un carton
Par chemin de fer
A l’autre bout du monde

Sans tête la vie
Paraît triste à mourir


Jacques Herman
2009

21:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/09/2009

Un signe d'espérance

La forêt s'est remplie 

De ton absence

 

Craquement de branche

Bruit de pas 

Chant d'oiseau

Le moindre son

Qui troue le silence

M'est un signe d'espérance

Qui devient illusion

 

La forêt s'est vidée

De ta présence

 

 

Jacques Herman

2009

08:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2009

Clavier

Le soir à la bougie
Profitant du silence
Les touches du piano
Parfois se confient
Leurs secrets
Leurs douleurs
Leurs envies

Le désir de bouger
Les démange un peu

Il leur prend alors de rêver
A de longs voyages
Dans des contrées sauvages
Sur d'autres continents

Leur ivoire jaunit
Certaines commencent
A s'écailler
Il arrive aussi
Surtout dans les graves
Que l'une d'entre elles
Se mette à pleurer

Elles ne sont cependant
Pas des plus exigeantes

Quand des doigts inconnus
Doucement les effleurent
Elles frémissent déjà
Comme émoustillées
Par les prémices du bonheur


Jacques Herman
2009

17:37 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2009

Tiens dis-je

Tiens dis-je
Un ange passe
Et les voilà tous
Qui regardent en l'air

Chose étrange
On a même entendu
L'un d'eux s'exclamer
C'est la première fois
De ma vie que je vois
Voler un ange


Jacques Herman
2009

17:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)