Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

09/10/2010

Passage

Chaque jour se meurt à l'ombre d'une nuit; l'heure de son décès varie selon l'humeur des saisons. L'aube est patiente quand l'hiver bat son plein. La chaleur estivale l'aide à se lever.

 

Le temps qui passe sans crier gare creuse sans fin les sillons qui fendillent les cœurs et dessèchent les âmes jusqu'à la limite dernière des heures que les dieux nous infligent.

 

Alors, à cet instant précis, sans même nous en apercevoir, la face grimaçante du monde chute dans le puits sans fonds de notre oubli; nous ne voyons plus rien, nous sommes sourds à tout.

 

On nous a fait accroire que c'est ainsi que s'ouvrent à notre misère les lourds portails de l'éternité.


Sur le linceul qui recouvre ce que nous avons été, il arrive qu'une main familière ou inconnue jette une ou deux poignées de pétales de roses.

 

 

 

Jacques Herman

22:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.