Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/12/2010

Tu me parlais de toi

Nous  marchions côte à côte dans la lumière froide d'un matin d'hiver.

Tu me parlais de toi et de la misère, de la tristesse profonde et du désarroi que tu semais chaque jour sur ton passage. Du combat que tu menais pour tatouer le temps de tes doigts pâles et osseux. De la barque fragile que tu conduisais debout jusqu'au rivage brumeux où tu déposais l'un après l'autre les corps des victimes prises au filet que tu traînais derrière toi en tous temps, en tous lieux. Du poids de ton manteau sur tes épaules glacées. De la gangue pourrie qui gît au fond de l'eau. Tu me parlais du bonheur profond  des charognards autour des prisons, des hôpitaux, des champs de bataille, des marécages. La solitude imposée. La douleur incontrôlable. L'avenir déchiré.

Puis, me perçant de ton regard couleur d'étang, tu te dévêtis soudain de ce linceul qui te servait d'habit. Je ne sais à quel prix je pus me libérer de toi mais j'ai fui en prenant mes jambes à mon cou. J'ai cru sincèrement échapper à tes avances mais tu as fini per me rattraper alors que je baignais encore dans mes illusions et ma coupable   ignorance.

La mort finit toujours par gagner.

Jacques Herman

12:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.