Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

31/01/2011

Les quatre éléments

En ce temps-là pour autant

Qu'il ne s'agisse pas

De faux bruits

De rumeurs

Et d'on-dit
La terre était moins ronde

Qu'elle ne l'est aujourd'hui

Et le jour moins important

Dans sa durée que la nuit

Elle semblait désespérément

Dépourvue d'habitants

Et tremblait du froid

Intense de la toundra

Les dieux alors se consultèrent

Puis firent tourner

Le monde à l'envers

Et depuis

Tout ici-bas se peupla

De plantes

Et d'animaux

A leur image

Et à leur ressemblance

Finalement

L'homme en dernier lieu naquit

D'un croisement inattendu

De terre

De feu

D'air

Et d'eau

Puis il rompit aussitôt

Les amarres du silence

Jacques Herman

2010

16:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

30/01/2011

Trente-six mille ans

Trente-six mille ans
Se sont écoulés
Depuis qu’ils ont
Abattu les arbres
Et construit un passage à gué

Mais entretemps
Beaucoup de ponts
On passé
Sur l’eau

Avec leurs marchands
Leurs soldats
Leurs légendes
Et le diable souvent
Mêlé aux récits
Qui avec le temps
Sans cesse s’amplifient
Tandis que la rivière
Diminue son débit
Au point que des folliculaires
Prétendent qu’elle tarit

Mais il appartient
Aux grands de ce monde
Faux savants et faux sages
De décider du cours
Des fleuves et des rus
De la fonte des neiges
Et de la forme des nuages

 

Jacques Herman

2010

14:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

29/01/2011

A l'aube dans les prés

Ils ont tailladé le ciel

Ont jugé bon de le saigner à blanc

Et dans sa fougue le vent

A tout cicatrisé

 

Il ne reste en ce jour

Que des taches rougeâtres

Et des cris étouffés

Dont des gémissements

 

A l'aube dans le pré

Des enfants lient en gerbe

Leurs jeux innocents

Et nous nous prenons

Sans nous en apercevoir

A rêver

 

Sous nos yeux défilent

Des souris bleues endimanchées

De gros nuages blancs

Comme la neige autrefois

Tandis que nos pieds

Pataugent dans la boue

Des traces des combats

Que nous avons livrés

 

 

Jacques Herman

2010

 

14:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

28/01/2011

Morte d'épuisement

MORTE D'EPUISEMENT

 

 

 

Elle est apparemment

Morte d'épuisement

Usée jusqu'à la corde

N'en pouvant plus

De résister

Au souffle terrible du vent

Qui a fini par l'emporter

 

Elle est tombée

Légère

Décharnée

Recroquevillée

Mais juste avant

De toucher terre

Elle a rencontré

La main d'un enfant

Qui l'a prise au passage

Dans le creux d'une main

Puis l'a froissée

Pour la jeter

Négligemment

Sur le chemin

 

Elle a rejoint

Ses congénères

Dans un piteux état

Le balayeur approche

Il en fera des tas

 

Sans jamais montrer

L'ombre de leur douleur

Les arbres dénudés

Font le deuil

De leurs feuilles

A toute heure

 

 

Jacques Herman

2010

12:02 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

27/01/2011

Bandes de ciel

Le bras droit tendu

Dans la direction

Des brumes à  l’horizon

Il écarte deux doigts

Puis dessine

Des bandes de ciel

Qu’il s’imagine

En train de découper

 

Il en empoche

Quelques-unes

Avec circonspection

Comme un voleur qui

Chercherait à

Ne pas se faire prendre

En flagrant délit

 

Il rêve de  les teindre

En bleu de Prusse

En vert émeraude

En bois de rose

En auréoline

Et puis

De les remettre en place

Discrètement

Au cœur de la nuit

 

 

Jacques Herman

2010

00:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

26/01/2011

Bulles de savon

Quand il s'est aperçu

Qu'à chaque fois

Des vapeurs bleutées

S'échappaient des bulles

De savon éclatées

L'idée lui vint à l'esprit

De repeindre le ciel

Tout entier

Pour l'empêcher

De demeurer gris

 

A la belle saison

Quand la pluie menace

De tomber

Souvent il arrive

Qu'on fasse appel à lui

 

 

Jacques Herman

2010

13:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

25/01/2011

Sans le savoir

Souvent sans le savoir

Nous égratignons

L'écorce de l'arbre de nos pensées

 

Un nuage accusateur

En notre âme parfois

Nous pointant du doigt

Se met à nous blâmer

 

Nous soignons l'arbre alors

Comme nous le ferions

Pour un blessé de guerre

 

Et l'aumônier du front

Qui s'approche de nous

Baisse les yeux comme

Si Dieu était par terre

Puis doucement marmonne

Des mots d'absolution

 

 

 

Jacques Herman

2010

14:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/01/2011

Dans la vase du fond

La surface de l’étang s’est ridée

Comme la peau de la voisine

Si douce et si fine

Dans le passé

 

Contrairement aux rides

Qui se creusent sans fin

Les ridules de l’eau

Sont de brève durée

 

Le vent à lui seul

Sur elles a maîtrise

La masse glauque et grise

De l’étang soudain bleuit

 

Des canards sauvages

Strient le ciel à l’horizon

 

Un jeune rouquin

Se dévêt

Plonge

Et nage

Puis disparaît

Enlisé sans doute

Dans la vase du fond

 

 

Jacques Herman

2010

12:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/01/2011

Dans mon coeur j'accueille

La vie

Disait-elle

Péremptoirement

Témoigne de l’infinie bonté de Dieu

 

Chaque jour est pour moi

Découverte nouvelle

Et dans mon cœur j’accueille

Comme un cadeau du ciel

Des choses apparemment

Anodines

Menues

Insignifiantes

Discrètes

Ténues

 

Tout ici-bas

Me parle du Très-Haut

Un rayon de soleil

Un coquelicot

Un bleuet

Une goutte d’eau

Le souffle du vent

Dans les volets

 

Mais alors me dis-je

Pourquoi s’est-elle pendue

 

 

Jacques Herman

2010

10:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/01/2011

Les ombres et les chemins

LES OMBRES ET LE CHEMIN

 

 

 

Des ombres

Longues

S’emparent du chemin

L’enfouissent dans un sac à main

Puis s’en vont

En boitant

Rejoindre le soleil couchant

Et se fondre en lui

 

Le lendemain

Des ombres courtes

Descendent à midi

S’allongent quand vient le soir

Et à leur tour s’emparent

Du même chemin

Finissant leur carrière

A la nuit tombante

De semblable manière

 

Le ciel d’été

S’amuse comme il peut

 

 

Jacques Herman

2010

 

09:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)