Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/04/2012

Que fait l'heure

Que fait l’heure

En ce lieu

Si sombre qu’une flamme

Désespérée s’est pendue

 

Que fait l’heure

Sans corps

Sans âme

Détachée

Des rouages du temps

Sans aiguilles

Sans ressort

Sans cadran

 

 

Que fait l’heure

Solitaire

Désemparée

Dans un terrain vague

Sous le ciel plombé

 

Toi qui ne pleures jamais

Que sur toi-même

T’en es-tu seulement inquiété

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2012

Unissons nos pensées

Tu lèves les yeux au ciel

Tu ne vois qu’un plafond

Et quelques araignées

 

L’une d’elles me dis-tu

Envisagerait

De se suicider

Unissons nos pensées

Nos prières

Et nos voeux

A aucun prix je ne veux

Qu’elle ne meure en tombant

Sur le plancher

 

L’araignée se ravise

Sa mort n’est donc pas

Au programme du jour

 

Mais pourquoi prétends-tu

Que Dieu l’a sauvée

Par son immense amour

 

 

Jacques Herman

2012

 

00:59 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2012

La mort est là qui te va comme une gant

A quelques pieds de toi

Sous ta fenêtre 

La mort est là

Qui te va comme un gant

 

Elle te sourit

De toutes ses dents

Par ce matin brumeux

Du printemps qui vient de naître

 

Elle te tend ses longs bras

Décharnés et ses doigts 

Griffus prêts à saisir

Ta vie qui s’éteindra

Comme se fanent les fleurs

Quand dans le ciel sonne l’heure

De l’ultime combat

 

 

Jacques Herman

2012

17:17 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2012

Dix minutes à peine

Dix minutes à peine

Se sont écoulées

Depuis que le train

S’est arrêté en gare

Et tu rêves déjà

D’un nouveau départ

 

Pourtant un jour ici

Les trains resteront pris

Dans les sables du temps

 

Les voies seront désaffectées

L’herbe folle les aura

Totalement envahies

 

Les aiguilles de l’horloge

Se seront arrêtées

Et des gamins désoeuvrés

Souriront bêtement

Devant les vitres

Qu’ils auront brisées

 

Plus personne ne s’assiéra

Sur les vieux bancs pourris

 

 

Jacques Herman

2012

 

09:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2012

Cendres projetées

Nous marchons silencieux

Sur le sentier boueux

Qui longe la forêt

 

Le soleil et le vent

Vont bientôt balayer 

Les traces 

Que nos pieds trop naïfs

Ont cru avoir laissées

Pour toujours

Derrière eux

 

Elle vont s’envoler

Comme nous-mêmes un jour

Nous nous envolerons

Quand des mains familières

Projetteront nos cendres

Au-delà des barrières

Visibles de l’horizon

 

 

 

13:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/04/2012

Je t'aperçois dansant

Je t’aperçois dansant

Dans la poussière d’étoiles

Que le ciel fatigué

Laisse choir de ses poches

Et qui brille 

Dans le ciel enflammé

 

Tapi dans l’ombre 

Je demeure figé

Les yeux rivés sur les ondulations

Que ton corps imprime

Dans les parfums du soir

 

Quand tout sera fini

Epuisée à pas lents

Tu rentreras chez toi

 

Un homme t’y attend

Sans doute te prendra-t-il

Près de lui dans ses bras

 

 

Jacques Herman

2012

 

13:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/04/2012

Je veux quitter ces lieux

La forêt se morfond

 

Je m’en vais 

Je m’en vais

Crie-t-elle à tue-tête

 

Je veux quitter ces lieux

Voyager sans bagages

Sous un ciel plus clément

 

Voir enfin la plage

Et les vagues immenses

De l’océan

 

Voir le désert

De sable rose

 

Voir les méandres

Des grands fleuves

 

Voir les collines

Et les cimes enneigées

 

Voir la Tour penchée de Pise

Le Temple d’Agrigente

La Maison de Mozart

 

Ma décision est prise

Dès demain je m’en vais

 

 

 

Jacques Herman

2012

19:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

16/04/2012

Garde vaticane

On dirait de la neige rougie

Par le sang des héros

Mais dans ce pré jamais

Personne n’a combattu

Sinon des rats

Et quelques mulots

 

C’est donc probablement dû

A de la vomissure 

Laissée par la biture

D’un garde du Vatican

 

On ne se méfiera

Sans doute jamais assez

D’une armée hors du temps

Chargée de veiller

Avec des hallebardes

A la sécurité

D’un pontife tremblant

 

 

Jacques Herman

2012

 

12:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2012

Et compter encore moins

 

 

L’arbre en mars était nu

Le jeune émondeur

A l’air ingénu

Le fixait du regard

 

L’homme évalua

La situation

Puis fit claquer sa langue

Et l’on vit aussitôt

L’envol de corbeaux

Par dessus le verger

 

Ils étaient plus de vingt

Me lança l’ouvrier

 

C’est possible lui dis-je

En tant qu’écrivain

Je ne sais ni lire

Ni écrire

Et compter encore moins


 

Jacques Herman

2012


17:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2012

Vendre nos soucis

 

Il m’a cassé les pieds

Je ne peux plus bouger

Tu devras vendre seule 

Nos soucis au marché

 

Prends bien garde à toi

Ne te mets surtout pas 

A les brader

 

Pour les plus légers

Dix francs la pièce

Me paraît judicieux

 

Pour les plus lourds

Rappelle-toi

Ce qu’ils nous ont coûté

 

Et garde bien à l’esprit

Que nous vivons tous les deux

Du seul produit

Des heures sombres

De notre passé

 

 

Jacques Herman

2012


 

23:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)