Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/02/2015

Des bergers sur la route

 

La mer était immense

Et le ciel douloureux

 

L'embarcation fragile

Ne tenait aucun compte

Des étoiles ni du vent

 

On eût dit que le temps

S'arrachait les cheveux

Tiraillé sans se plaindre

Entre les mâchoires

Puissantes de l'espoir

Et les flammes ardentes

Et mortes cependant

De tous les soleils noirs

Des âmes impatientes

 

Allongés sur le sable

Nous portions nos regards

Ailleurs

 

Ailleurs que sur nous-mêmes

Ailleurs que sur les anges

Ailleurs que sur les pentes

De notre fantaisie

 

Les clouant à jamais

Sur la croix de nos doutes

Écoutant sans broncher

Ce que clamait le cœur

Des brebis qu'ont perdues

Les bergers sur la route

 

 

Jacques Herman

2015

09:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/02/2015

Rendre ton billet

 

Il est temps que tu rendes

Le billet que tes mains

Ont froissé dans la peur

De voir tomber la nuit

 

La gardienne des heures

Les plus sombres du jour

Est venue jusqu’à toi

Pour accueilir tes mots

 

La main droite plutôt

Assez mal assurée

Tu lui tends le papier

Qu’elle jette aussitôt

 

Sans t’en apercevoir

A l’horizon jauni

Le soleil s’est couché

 

 

Jacques Herman

2015

 

 

18:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/02/2015

Et dans le coeur l'oubli

Et revoici l’été

Qui nous tombe du ciel

Selon les lois qu’imposent

A l’univers les dieux

Dont nous ne savons

De fait pas grand’ chose

 

Mais un peu de chaleur

Suffit pour aller mieux

Et cela seul importe

A nos cœurs

A nos yeux

 

Des parfums nouveaux

Pour un temps oubliés

Ont repris rendez-vous

Et nous sortons la table

Et les chaises

Et quelques coussins

 

Un café au balcon

Le chat sur les genoux

La cloche de l’église

Qui sonne midi plein

Et dans le cœur l’oubli

Partiel de heures grises

 

 

Jacques Herman

2015

11:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/02/2015

Marron glacé

 

Tu veux vivre d'espoir

 

Mais les portes sont closes

 

Le marché n'est jamais

 

Accessible le soir

 

 

 

Et au bord de l'eau

 

Les bras écartés

 

Tu te reposes

 

Étendue dans l'herbe

 

Et les cheveux noués

 

 

 

Tu prétends que des roses

 

Descendent du ciel

 

Comme une pluie sur toi

 

Et ton âme ravie

 

Se met à délirer

 

 

 

Le temps à présent

 

Cherche à se dilater

 

Plus rien ne va de soi

 

Mais je reste de marbre

 

Comme un marron glacé

 

 

 

 

 

Jacques Herman

 

2015

 

11:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/02/2015

De l'huile dans les gonds

De l'huile dans les gonds

Des portes de ton coeur

Pour qu'elles grincent un peu moins

 

Beaucoup d'eau dans ton vin

Pour apaiser les déferlantes

Sur tous les brisants

Des pensées terrifiantes

Venues hanter tes nuits

Du soir au matin

 

Et le fil et l'aiguille

Pour recoudre les plaies

Des amours délirantes

Que la douleur parfois

Se plaît à t'infliger

 

 

 

 

Jacques Herman

2015

 

14:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/02/2015

Ma petite-fille

La presque centenaire

Couchée dans un lit

A l'asile des vieux

Impotente

Grabataire

Agitée

Tremblante

Me ressemblerait donc

D'après ce qu'on me dit

 

C'est ma petite fille

Vient-on de me souffler

Dans le creux de l'oreille

Elle est en fin de vie

Il lui faut patienter

 

Par la faute des dieux

Je ne puis l'approcher

L'aider à lâcher prise

Car je suis décédé

Voici plus de cent ans

Et le monde des morts

Dans lequel je réside

N'a pas de rapport

Avec les vivants

 

Jacques Herman

 

2015

13:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/02/2015

Son coeur est un bateau

Son coeur est un bateau

Que la rivière emporte

Au gré d’un vent léger

Trop discret

Bien trop faible

Pour fermer une porte

Un petit courant d’air

Tiède et silencieux

 

On dirait vu de loin

Un cortège funèbre

Une marche si lente

Que des herbes flottantes

Viendraient tout arrêter

 

Un éclat de soleil

Qui tomberait du ciel

Pourrait sans le vouloir

Le faire chavirer

 

Mais le moment viendra

De rejoindre la mer

Immense et généreuse

Toujours triomphante

Et majestueuse

Dont les bras à jamais

Demeurent grands ouverts

Et accueillants et bons

Et qui l’engloutira

Dans le sable profond

 

 

Jacques Herman

 

2015

 

11:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/02/2015

Jésus en Flandre

Jésus s'assit dans l'herbe

Et regardait l'Escaut

Et le ciel était noir

Au beau milieu du jour

 

Dans les longues rangées

D'immenses canadas

Jaillissait ça et là

Plein de désespérance

Un cri rauque briseur

De la loi du silence

Que s'imposent parfois

Les envols de corbeaux

 

De la plaine sans fin

Montaient des fumerolles

L'une ici

L'autre là

De tailles différentes

 

Et l'eau s'éloignait

En direction du Nord

Confusément grise

Et glauque

Et lente

Jusqu'à son dernier port

 

De la vie de Jésus

Dans les terres flamandes

Nul n'a jamais rien su

Nul n'a jamais rien dit

 

Et si l'on m'interroge

Si quelqu'un me demande

Au culte le dimanche

Tout ce qu'en ce jour-là

J'ai pu voir ou entendre

Je ne lui parlerai

Que du seul bruit du vent

 

 Qui fait trembler les branches

 

Jacques Herman

2015

00:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)