Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/04/2016

Dire Dieu

On peut dire l'homme ou le chien

La pente du chemin

La couleur des fleurs

Et l'heure qu'affiche le cadran.

 

Mais par manque de pot,

On ne peut dire Dieu

Qui dit de lui qu'il est « Je suis »

Mais que nul n'a jamais vu

Et qu'on attend comme cet ingénu

Qui n'en finira jamais

D'attendre Godot.

 

Dire Dieu n'est concevable

Qu'apophatiquement

De fait, on ne le voit 

Pas plus que le vent

A moins que le regard

Se porte sur les feuilles

De Sasafras ou de figiuers

Qui aiment s'agiter

Certains jours au soleil levant.

 

Et cependant 

Paradoxe émouvant

Nous voyons Dieu

Indirectement,

Non pas en contemplant les cieux,

Mais en ouvrant plus grand nos yeux.

En quelques circonstances,

Dans son terrible silence,

C'est bien lui soudain qui surgit.

 

On l'aperçoit dans les bras

Qu'on ouvre aux  enfants,

Dans l'arme qu'on retourne

Épargnant l'ennemi,

Dans le baiser du père 

Au fils prodigue de retour,

Dans l'affamé nourri

Par un geste d'amour,

Dans l'étoile guidant

Le marin sur la mer,

Dans le sourire ému

Jailli d'un cœur amer,

Dans l'espoir souhaité

A cet homme inconnu

Qu'on mène à l'hôpital

Dans un hélicoptère,

Dans l'obole versée

Aux pauvresses du coin.

Dans le vol d'un oiseau

Dont les ailes ont guéri.

On l'aperçoit aussi

Dans un chant liturgique

Un modeste cantique

Chanté à l'unisson

Peut-être sur fond d'orgue

Et plus sûrement encore

Sur fond d'accordéon.

 

Dire Dieu c'est relever

Du pardon reçu des hommes

Que l'on croyait perdus,

C'est la fleur que l'on cueille

Pour que la main tremblante

L'offre à des inconnus.

 

Dire Dieu c'est savoir

Que la Grâce qu'il donne

Nous absout de nos fautes,

Nous invite aussitôt

A nous approcher de lui,

Nous priant d' occuper

L'une de ces  chambre hautes

Des plus désirables

Avec vue imprenable

Sur la voûte étoilée.

 

 

Jacques Herman

 

15:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.