Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/04/2010

Vente aux enchères

Des fleurs et des jumelles

Et des porte-couteaux

Un nid d'hirondelle

Un rabot sans lame

Une paire de ciseaux

Le tout pêle-mêle

En un seul lot

Mise à prix cinq euros

 

Un regard moqueur

Des quolibets

Et des

Sourires entendus

Pas une main ne se lève

 

Dans la salle soudain

Comme un voile descendu

Du fin fond ciel

Le silence absolu

Terrible

Définitif

Accablant

Mortel

 

 

Jacques Herman

2009

08:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/04/2010

Pégase est l'un d'eux

Les chevaux ont couru

Jusqu'à perdre l'haleine

Qu'ils avaient fétide

Et sont morts de

Suffocation

En contrebas de

La pente du vice

Qu'ils ont déboulée

Comme des soûlons

 

Il arrive que l'on voie

Des chevaux imbibés

Juments ou étalons ailés

En plein vol

Au-dessus des toits

De la ville

 

Pégase est l'un d'eux

Mais il se fond dans la masse

Anonyme et discrète

Qui sillonne les cieux

 

 

Jacques Herman

2009

11:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2010

Fauteuil anglais

 

La fatigue m'accable

Permettez-moi

De quitter la table

Dis-je aux ancêtres

Accrochés au mur

Depuis plusieurs générations

 

Un vieux fauteuil anglais

Près de la porte-fenêtre

Me tend les bras

C'est l'occasion

De les lui arracher

Dans un dernier effort

Avant de me coucher

 

 

Jacques Herman

2009

 

09:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2010

Marie-Irène

Marie-Irène

Te voilà penchée

Les mains en appui

Sur la margelle du puits

Comme si tu visais

Le milieu précis

De l’eau stagnante

 

Tu attends avec

Une infinie patience

Qu’une larme te

Tombe des yeux

Et brise le silence

 

 

Jacques Herman

2009

10:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (4)

10/04/2010

Jésus en cet instant

Jésus en cet instant

S’interrogea

Marie au pied de la croix

Scrutait les moindres

Frémissements du ciel

 

Un nuage au-dessus d’elle

Descendit lentement

Puis se déchira

Et ses yeux grands ouverts

D’un seul coup d’un seul

Se remplirent de pluie

 

Jésus comprit

Que les pleurs

Ressemblent aux fleurs

 

Et la terre autour de lui

Se recouvrit

D’une étrange clarté

Frissonnante et colorée

Comme une fin de nuit

 

 

Jacques Herman

2009

13:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

09/04/2010

La médaille du revers

Tout revers a sa médaille

Et finalement

On s’aperçoit

Qu’il est d’usage qu’on octroie

Des prix à des échecs

Patents de la vie

 

Le bronze pour une peine de coeur

L’argent pour un gros malheur

Familial

L’or et le vermeil

Pour être passé

A côté des merveilles

Naturelles du monde

Dans l’indifférence

Glaciale

De nos congénères

 

On  rapporte même

Dans les couloirs

De la République

Qu’on envisage de

Mettre sur pied

Les palmes académiques

De la misère

 

 

 

Jacques Herman

2009

 

 

12:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

08/04/2010

ENtre les rochers noirs

Entre les rochers noirs

Et la mer

Aujourd’hui affable

Hier déchaînée

Une jeune femme

S’affaire à ramasser

Les débris

D’une poupée

Dont la tête

A été arrachée

 

 

Jacques Herman

2009

01:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

07/04/2010

Vous a-t-on jamais dit

Vous a-t-on jamais dit

Les malheurs endurés

Par le verre pilé

La viande hachée

Le secret percé

 

Vous a-t-on jamais dit

Le martyre des nuits

Déchirées par l’orage

Ou celui de la brume

Que le jour arrogant

Se complaît à trouer

 

Vous a-t-on jamais dit

Le mal enduré

Par une peine de coeur

Trop longtemps négligée

 

Vous a-t-on jamais dit

La douleur du poète

Assis devant

Une plume asséchée

Un encrier vide

Et des feuilles jaunies

Qu’emportera le vent

 

 

Jacques Herman

2009

 

00:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/04/2010

Eteignons l'incendie

Eteignons l’incendie

Les souvenirs

Nous brûlent le coeur

Et la rivière est tarie

 

Le sable trop chaud

Nous torture les pieds

 

Quelqu’un crie

Entre les buissons

Bleus

Epineux

Malodorants

Accrochés au flanc

De la colline

 

Ses mots s’envolent

Comme des oiseaux

Qui exploseraient

A mi-hauteur du ciel

 

Nous en récoltons

Quelques débris

Tombés à nos pieds

Nous les échangerions

Très volontiers

Contre des gouttes de pluie

 

 

Jacques Herman

2009

20:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

05/04/2010

Personnel soignant

A la fin du jour

Ils m’ont ouvert

Tout grand

Des portes

 

Bâtiment trois

Quartier quatre

Chambre deux cent vingt-trois

 

Prendre le couloir

Sur votre droite

Juste après le bac à fleurs

 

Je ne me serais

Jamais débrouillé

Sans la dame qui

Pousse mon fauteuil

Roulant

 

Et qui du premier coup

A trouvé

Le lieu précis

Où je mourrai

Entouré des bons soins

Du personnel soignant

 

 

Jacques Herman

2009

14:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)