Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

11/11/2009

Dernière feuille

Au bout de la branche

La feuille croit

Que sa dernière heure 

Est venue

 

D'ailleurs

Quelque chose en elle 

Espère

La tempête

 

A quoi bon s'accrocher

Si les autres sont

Toutes tombées

 

Mais elle n'est pas convaincue

Du bien-fondé de sa pensée

 

 

Jacques Herman

2009

10:42 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

10/11/2009

Naissance du jour

Elle se tenait assise

Dans un coin de la cuisine

A même le sol

Les genoux écartés

Les pieds croisés

Sur les carreaux gris

Glacés

 

Elle attendait

La naissance du jour

Mais le jour refusait

Avec obstination

De poindre le bout

De son nez

Comme si le soleil

S'était dissout

En dessous

De l'horizon

 

 

Jacques Herman

2009

09:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

09/11/2009

C'est pour cela

La forêt vient de se taire

Le soleil paraît givré

Les branches d'un sapin 

Ont servi de gibet

Pour mésanges charbonnières

Dont les corps sont gelés

Et dont les âmes trop lourdes

Sont tombées par terre

Puis se sont mises à rouler

Jusque dans l'ornière

Qui sépare le bois

Du chemin forestier

 

Les grands arbres noirs

Attendent que le soir

Cache leur nudité

 

La nuit bientôt

Viendra dissoudre

Les miasmes du jour

C'est pour cela 

Qu'elle est payée

 

 

Jacques Herman

2009

22:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/11/2009

Violon

Le corps du violon

Repose par

Vingt mètres de fond

Son âme en revanche

Lui a fait faux bond

Elle balance

Au gré des vagues

Patiente

Sûre qu'une main secourable

La sauvera

 

Elle se fatigue

Mais ne coule pas

Et se raconte des histoires

Pour tuer le temps

 

Cependant que la nuit tombe

L'âme comprend

Qu'aucun bateau

Ne passe par là

 

 

 

Jacques Herman

2009

12:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/11/2009

Jardin secret III

A Diana Teneva

 

 

D'amitié douce 

Et de velours 

Le petit col blanc

Qui le chapeaute 

Est de la mousse d'amour

 

Ne le bois pas 

Comme on avale

Une fine au comptoir

 

Considère-le

Comme ce que je voudrais

Qu'il soit à tes yeux

Un signe 

Une parole

Un attouchement discret

 

Puis cherche en toi les clés

Susceptibles d'ouvrir

La porte dérobée

Du grand jardin secret

 

 

Jacques Herman

2009

08:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/11/2009

Monsieur se la joue

Monsieur se la joue

Monsieur se la pète

En vérité 

Monsieur ne souhaite

Rien d'autre que

La notoriété

 

Monsieur se met

En colère

Tempête

A moins qu'il n'étale

Ses doutes

Ses émois

Son savoir

Après tout

Monsieur serait moins bête

Qu'on ne le croit

 

Monsieur n'est comme nous

Qu'une étoile filante

Une poussière infime

Dans l'immense univers

Qu'il fait tourner autour de lui

Comme la lune autour de la terre

Mais Monsieur n'en sait rien

Monsieur de fait ignore

A peu près tout 

Des choses de ce monde

Jusqu'à l'heure de sa mort

Pourtant prévue pour demain

 

 

Jacques Herman

2009

 

08:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

05/11/2009

Il a claqué la porte

Il a claqué la porte

Si fort que le mur est tombé

Tout autour d'elle

 

Par bravade

Ou par dépit

Elle a fait mine de l'ignorer

 

Vous pouvez la voir

A l'heure qu'il est

Toujours debout

Comme une sentinelle

 

Plus personne 

N'a besoin d'elle

On la contourne

Désormais

 

 

Jacques Herman

2009

08:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/11/2009

Il te suffit

Il te suffit de trois fois rien

D'un peu de silence

Et d'attention

D'une fleur minuscule

Qui pousse dans le gazon

Du chant d'un oiseau 

Que tu ne connais pas

Du sourire d'un passant

Qui ne te connaît pas

 

Il te suffit de trois fois rien

Pour que tu tendes

Le bras

En direction du ciel

Et que des doigts

D'une seule main

Tu décroches des étoiles

 

 

Jacques Herman

2009

08:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

03/11/2009

Ciel enroulé

Le ciel affolé

Soudain s’est enroulé

Sur lui-même

 

Tout est vide 

Maintenant

Au-dessus de

La ligne d’horizon

 

En lieu et place

Il va falloir

Accrocher un ciel

De substitution

Une sorte de

Firmament provisoire

 

Les financiers 

S’inquiètent

Le peuple

Est aux abois

Et le monde savant

Nous berce comme il se doit

De douces illusions

 

 

Jacques Herman

2009

08:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

02/11/2009

Bruit qui court

J'ai couru 

Jusqu'au plus 

Total épuisement

Après un bruit

Qui courait

Plus vite que moi

 

Il a disparu

Derrière le bois

De la Corne-au-Pendu

 

La prochaine fois

Qu'un bruit voudra

M'entraîner à

Sa poursuite

Je ferai comme si

Je n'avais 

Rien entendu

 

 

Jacques Herman

2009

08:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)