Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/11/2013

Ha Leilah

Prends-moi dans la nuit

Étoilée de tes rêves

Qui s'étend au-delà

Des frontières bleutées

Que dessinent le jour

Les collines lointaines

Et détourne le chant

Triomphal de fantômes

Noirs et repoussants

 

Abreuve-moi de l'eau

Du torrent qu'on entend

Gronder dans la plaine

 

Arrache de mon toit

Les suppliques des morts

Qui me montrent du doigt

Le court cheminement

Entre la vie fragile

Et les monstres de pierre

Qui font grincer leurs dents

 

Sois mon soleil d'été

Qui rayonne en chantant

Et fait mûrir les blés

Et rassure les champs

 

Détourne mes yeux

Embués d'émotion

Arrache la peur

Qui fait trembler mes membres

Et fais-moi sourire

Une dernière fois

M'empêchant de me pendre

Au chêne patient

Qui attend dans le bois

 

 

Jacques Herman

2013


22:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/11/2013

Tourner les pages

Trop de pages tournées

Ont prématurément usé

Le livre de la vie

 

Du crâne les fêlures

N’ont laissé filtrer

Que l’ombre pâle

De nos lumières

Mais la reliure

A fini par craquer

 

Quelques feuilles jaunies

Ça et là s’éparpillent

Sur la terre gelée

On attend que le vent 

Glacial de l’hiver

Veuille les emporter

 

 

Jacques Herman

2013

 

09:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2013

La dame en bleu

Au nom du feu qui crépite

Au nom du vent qui vivifie

Au nom des oiseaux de passage

Au nom de la patrie

Vous tous ici je vous invite

A regarder la plage

Qui se décline en rose

Au soleil couchant

A guetter le passage

De la Dame en bleu

Qui traverse le temps

 

Un étoile la guide

Que nous ne voyons pas

A cette heure du jour

Mais qui fait briller ses yeux

 

Et dès à présent

Que la loi du silence

S’impose à nous du ciel

Par le pouvoir des dieux

 

 

 

Jacques Herman

2013

 

 

10:23 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/10/2013

Traverser à la nage

Traverser à la nage

L'océan qui sépare

Les cœurs endoloris

Fixer du regard

La ligne d'horizon

Y chercher le rivage

Sous les nuages gris

 

Croire intimement

L'avoir découvert

Alors qu'il ne s'agit

Que d'un autre mirage

 

Mais nager encore

Comme si l'effort

En était le prix

Et soudain dans le ciel

Voir un vol de mouettes

Et se fier à leurs cris

 

 

Jacques Herman

2013


10:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/10/2013

Chiffres

Imaginez ma peine

Mon inconfort

Ma douleur

Je ne compte les heures

Jamais qu’à rebours

 

Je n’ai de l’infini

Qu’une image un peu floue

Pour tout dire partielle

Et j’en suis désolé

 

Les chiffres ordinaires

Depuis ma naissance

M’ont toujours fait peur

Et de loin je préfère

Le murmure des mots

Qui rompent le silence

Sous le soleil d’été

 

Des mots tendres et doux

Que suscite l’amour

A l’abri d’une ombrelle

Enrobés d’un parfum

Léger qui rend fou

 

 

Jacques Herman

2013

 

10:23 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2013

Mathilde

Voici des aubergines

Grises du Pérou

Des photos délavées

Trouvées au fond d’un trou

Des ailes d’un ange

Répudié ou déchu

Et des arbres blasés

Qui en ont beaucoup vu

Et dont les branches craquent

Systématiquement

Sous le poids des pendus

Qui s’en retournent toujours

Désappointés

Attristés

Déçus

 

C’est la fête au village

On s’amuse 

On rit

 

Dans la vieille cuisine

La grosse Mathilde 

Se lèche les doigts

Devant le fourneau

 

Voici des oignons

Du thym

De la farine

Des pétales de rose

Des feuilles de chou

Et descendant du ciel

Le tomber de rideau

 

 

 

Jacques Herman

2013

 

13:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/10/2013

J'ai lu dans le ciel

J'ai lu dans le ciel

Les lignes du cœur

Dans les hautes montagnes

Les mots qui font peur

Et dans l'eau trop paisible

Du lac les ardeurs

Des amours inflexibles

 

J'ai lu dans le vent

Fougueux de la plaine

Ces lignes obscures

Qui bornent les champs

Mon âme a perçu

Le craquement du chêne

Qui meurt en souriant

 

J'ai flairé le parfum

Qui chaque jour enrobe

Le souvenir de toi

Mais qui s'enfuit léger

Et puis qui se dérobe

Et qui se réfugie

Le soir au fond du bois

 

 

Jacques Herman

2013

 

11:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/10/2013

Quatre éléments

Que l'eau ne cesse 

Jamais d'emporter

Les clés des cœurs

Cadenassés

Qui rejoindront la mer 

 

Que le vent ne cesse 

De souffler sur les fleuves

Les rivières 

Les ruisseaux

Et les océans

Comme l'esprit des corps

Par les forces puissantes

Qui partout se répand

 

Que la terre ne cesse

De s'imbiber des âmes

Qui pleuvent sur elle

Douloureuses souvent

Et qui parfois légères

Ouvrent tout grand leurs ailes

Dans les replis du temps

 

Que le feu ne cesse

D'entretenir l'ardeur

Secrète et puissante

Qui transgresse les peurs

Et dissolve l'angoisse

Comme à l'ombre des ponts

Le sel se dissout

Comme le soleil qui fond

Le soir en se couchant

 

 

Jacques Herman

2013

 

08:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2013

A l'unisson

Tout ce qu'ici-bas 

Vibre à l'unisson

Conduit l'âme attendrie

Vers d'autres horizons

Pulpeux comme le sont

Les fruits de l'été

Fin prêts à s'envoler

Par-delà la saison

 

Tout ce qu'ici-bas

Bruisse comme dans

Les arbres les branches

Et les feuilles fragiles

Quand souffle le vent

Prend des dieux les couleurs

Et les formes sans âge

Rayonnants de lumière

Douce comme au soleil levant

 

C'est l'aube éternelle

Qui étreint les âmes

Sans dire un seul mot

Sans battre des ailes

C'est la joie retrouvée

C'est la main effaçant

Les tristesses des jours

 

C'est dans le silence

Des nuits qui s'avancent

L'heureuse naissance

Des étoiles nouvelles

Qui chantent  l'amour

 

 

Jacques Herman

2013

 

18:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2013

La dune m'a dit

LA DUNE M'A DIT

 

 

La dune m'a dit

S'approchant sans bruit

De mon âme ensablée

Des secrets que le vent

Lui transmit en passant

Sur ses crêtes la nuit

 

La dune m'a dit

Comme un chuchotement

Le chagrin de la pluie

Qui ne la verra jamais

 

Ce n'est que trop souvent

Que le ciel bleu refuse

Aux oiseaux de voler

Sous le soleil brûlant

 

La dune m'a donné

Une poignée de sable

Aux reflets dorés

Comme l'est à l'aube

La rondeur de ses flancs

Et sans savoir pourquoi

Mon cœur a perçu

Un léger tremblement

 

 

 

 

Jacques Herman

2013

 

10:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)