Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/07/2009

Si tu reviens

Si tu reviens

Je m'en ira

Si tu t'en vas

Je restera

Si tu demandes

Quoique ce soit

Je répondra

 

Si tu t'envoles

Comme un oiseau

Je voudra

T' imiter

Moi zaussi

Je m'envolera

 

Si tu cherches

A me tromper

Je te singera

 

Si tu épingles

Des papillons

Sur un carton 

J'en épinglera

De la même façon

 

Si tu joues de l'hélicon

J'en jouera

 

Mais si tu me dis d'arrêter

De faire le con

J'arrêterai

 

 

Jacques Herman

2009

 

22:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/07/2009

Le génie de Cocteau

Le génie de Cocteau 

S'était endormi

Sur un banc de la digue

De mer

 

La main d'un ange 

Vint lui frôler la tête

Mais le génie 

Ne frémit pas

 

L'ange alors feignit la démence

S'agita

Tourna sur lui-même

Comme une toupie

Eructa

Rota

Entonna des chansons paillardes

Rien n'y fit

Il finit

Par se faire une raison

Se gratta le front

Puis s'éloigna dans les vapeurs du ciel

Comme un papillon

 

Un ramoneur qui passait par là

Et qui depuis longtemps

Rêvait de percer du monde

Invisible à nos yeux

D'insondables secrets

Se mit à chanter d'une voix de fausset

Des villanelles

D'Honoré d'Urfé

El le génie de Cocteau

Se réveilla

Puis se mit à pleurer

 

 

Jacques Herman

2009

12:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2009

Fils d'ombre et de silence

De la caverne où j'écris aux morts

Surgissent des mots

Qui sautillent d'abord

Comme des oiseaux

Et puis s'envolent

 

Je les vois

Parfois

Qui suivent le fil de l'eau

Du Rhône

Et qui finissent

Par se confondre avec 

Les cendres bleutées du ciel

 

Il arrive aussi

Que certains d'entre eux 

Plus timides que d'autres

Ou moins aguerris

Demeurent ici

Et finissent leurs jours

A l'ombre des autres

Par modestie

Par couardise

Ou par impuissance

 

Dans ma caverne sombre

Je tisse les mots

Que j'écris aux morts

Avec des fils d'ombre

Et des fils silence

Exclusivement

 

Dieu me garde d'y mêler

Le moindre fil d'or 

Ou d'argent

 

 

Jacques Herman

2009

09:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2009

Cendres du soir

Fascinante

Cette lente

Erosion du jour

Jusqu'aux douleurs

De l'anéantissement

 

Fascinante

Cette immense 

Femme âgée

Vêtue de noir

Qui porte solennellement

A bout de bras

Une urne pleine

A ras bord

Des cendres du soir

 

Fascinante 

Cette nuit qui tombe

Comme un rideau

Tant et si bien

Qu'il n'est bientôt

Plus de lumières

Autres que celles

Des fenêtres

Des réverbères

Des étoiles

Et du croissant lunaire

 

 

Jacques Herman

2009

08:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/07/2009

Adrien

Adrien s'est caché

Derrière le comptoir

On l'appelle

Il ne répond pas

 

On se fâche 

On insiste

Dernier avertissement

Mais Adrien ne bronche pas

 

On finit par

Hurler son nom

Adrien

Réponds

Voyons

Réponds 

 

Le silence à présent

Devient lourd

Personne ici

N'est au courant

Qu'Adrien est sourd

 

 

Jacques Herman

2009

08:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2009

Elasticité

On dirait le doux parfum

Des fruits d'été en plein hiver

La fragrance des algues

Au sommet des montagnes

Les odeurs d'écurie

Au milieu de la mer

 

Plus rien

Ne se reconnaît

A ses valeurs premières

On a volontairement

Semble-t-il effacé

Les frontières 

De l'espace et du temps

 

A l'évidence à présent

Tout ici-bas

Repose

Sur sa propre élasticité

 

 

Jacques Herman

2009

 

08:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2009

Sirènes

Sirènes accrochez-vous

A vos algues profondes

Bien à l'abri du monde

De la vénalité

Chez nous l'amour 

Se fait monnayer

C'est immonde

 

Sirènes faites chavirer

Pour toujours

Le coeur des marins

Chantez

Chantez

Chantez à tue-tête

Que vibre sans fin

Comme la peau

D'un tambourin

La surface des eaux

 

 

Jacques Herman

2009

07:33 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2009

Internement

As-tu mesuré 

La profondeur des océans

La hauteur des montagnes

La longueur du temps

Et accessoirement

Celle du couloir

Qui sépare

Nos bâtiments

 

La bonne lumière

Qui nous éclairait

S’est affadie 

Depuis longtemps

 

Le phare dressé

Au bout de la jetée

Expulse toujours

Ses douleurs incandescentes

Sans cesse renouvelées

Mais il échappe désormais

A notre vigilance

 

Notre échange de mots

S’est réduit au silence

Depuis le premier jour

De notre internement

 

 

Jacques Herman

2009

11:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

12/07/2009

Ruisseau boudeur

Le ruisseau capricieux

Paraît irrité

Ulcéré

Blessé dans

Son amour-propre

 

Il nous menace 

De ne plus couler

Et selon 

Les avis compétents

Il boude 

Manifestement

 

Dans le village 

Qu’il arrose

De bonnes âmes 

Le consolent

Le cajolent

Le couvent

Le flattent

Le séduisent

Le chouchoutent

Le dorlotent

Le bouchonnent

Le supplient de poursuivre

Tranquillement son cours

Tant et si bien qu’un jour

Voilà leur espérance

Le ruisseau boudeur

Débordera d’amour

 

 

Jacques Herman

2009

11:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

11/07/2009

Les anges obèses

Des milliers d’anges gras

Trop lourds

Obèses

Se sont écrasés

Sur les toits de la ville

Qu’ils ont brisés

 

Sur les jardins désormais

Endoloris

Ravagés

 

Sur les rivières 

Et les étangs

Qui n’en finissent pas

De déborder

 

Sur les pierres

Du cimetière

Qu’ils ont fait éclater

 

Nous exigeons

Des autorités

Que les anges ventrus

Joufflus

En surpoids

A l’avenir 

Ne survolent plus

Les zones habitées

 

Mais l’heure est au dénombrement

Des morts et des blessés

 

 

Jacques Herman

2009

10:22 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (5)