Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/05/2009

Fins dernières

Avec une infinie lenteur

Vous suivrez 

Le sentier de la mort

Qui descend jusqu’en plaine

 

Vous atteindrez alors

A l’orée d’un bois

Un grand cimetière

Où dansent des feux follets

Où le lombric est roi

Où la chair périssable

Se dissout dans la terre

 

Personne ici ne se fait remarquer

Les ossements se perdent

Dans la ressemblance

 

Ces lieux à la lisière

De l’éternité

Sont remplis de silence

 

Pas d’épitaphes 

Pas de dates

Pas de noms sur des pierres

 

Rien qu’un vent léger

Qui coule dans les allées

Où d’anonymes passants

Semblent enfin penser

Aux fins dernières

 

 

Jacques Herman

2009

09:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/05/2009

Moi je

Je ne dois mon ivresse

Dit-il

Qu’aux lettres épaisses

De mon nom

Sur l’étiquette 

Du flacon

L’essentiel à mes yeux

Réside dans 

Ma notoriété

Porte ouverte sur

Mon immortalité

Je fais des courbettes

Je me vends

Je viens lécher 

Les semelles

De vos souliers

S’il le faut

Je vous paie

Grassement

Mais je vous en prie

Ne vous avisez pas

De cesser d’évoquer

Sur la place publique

Mes mérites

Et mon talent

Je vous conjure aussi

De ne pas oublier

Ma photo

Mon image 

Mon moi bien aimé

Dans les pages

Où complaisamment

Vous me glorifierez

Que le monde entier

Reconnaisse le rang

Auquel j’aspire

Auquel je prétends

Jacques Herman

2009

12:22 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/05/2009

Comme des secondes

Sur sa joue je vois glisser

Les heures comme des secondes

Et ma peine est profonde

 

On m’assure qu’un

Certain nombre d’oiseaux

Hiboux

Corbeaux

Essentiellement

Contrôlent d’ici

La vitesse du monde

Et crient au danger

Imminent

 

Le temps s’accélère

Disent-ils avec l’aplomb

Des prophètes planétaires

 

On les écoute sans

Trop prêter d’attention

 

Quelle heure est-il

Me demande un voisin

Que l’inquiétude

Semble ronger

C’est aux oiseaux lui dis-je

Qu’il convient de

Vous adresser

 

 

Jacques Herman

2009

09:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/05/2009

Chienne de vie

Dors

Dors

C'est ce que tu fais de mieux

Dans ta chienne de vie

 

Ta niche est à droite

Au fond du jardin

Contre le mur chaulé

Où désespérée

La vigne vierge depuis

Plus de trente ans

Demeure accrochée

Comme pétrifiée

Par la peur du vent

 

 

Jacques Herman

2009

 

08:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

23/05/2009

Rue

Depuis trop longtemps perché

Sur la pointe du clocher

Le coq a décidé

De ne plus tourner

Au gré du vent

Personne pour l’heure

Ne l’a remarqué

 

Deux bigotes se plaignent

Abondamment depuis

Qu’à l’entrée de l’église

On a laissé tarir

Le bénitier

 

Un peintre en bâtiment

Juché sur son échelle

Laisse tomber  un seau

Plein de peinture blanche

 

Le jour va bientôt

Fermer ses paupières

Samedi va s’endormir

Et renaître en dimanche

 

 

Jacques Herman

2009

11:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

22/05/2009

Libre choix

Vous souriez

J’en suis fort aise

Je bougonne

Je maugrée

Ne vous en déplaise

 

A chacun ses humeurs

Dans l’attente de l’heure

Dernière

 

Il est des couleurs

Que nos cœurs abhorrent

Et d’autres qu’ils préfèrent

 

Et quand il advient

Que nous paraissons

Libres de nos choix

Souventes fois

Peu sûrs de nous-mêmes

Nous hésitons

 

 

Jacques Herman

2009

23:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

21/05/2009

Nouvelles fraîches

D’une branche frêle

Secouée par le vent

Une feuille esseulée

Triste

Eplorée

Probablement

En mal d’amour

Vient de tomber

 

Il se baisse

Pour la ramasser

Et lire entre ses nervures

Quelques nouvelles

Fraîches du jour

 

 

Jacques Herman

2009

17:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/05/2009

Des lambeaux de la vie éternelle

Dans la maison des morts

Il est un survivant

Pelé galeux croûteux

Qui fait peur aux enfants

 

La nuit parfois

Sous la grande ourse

Il songe à repeindre le ciel

A grands coups de pinceau

 

Goguenards des passants

Souvent l’invectivent

Ou se moquent de lui

 

Il descend alors

De sa grande échelle

Avec ses brosses

Et ses rouleaux

Puis s’en retourne auprès des morts

Partager avec eux

Quelques lambeaux

De la vie éternelle

 

 

Jacques Herman

2009

09:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

19/05/2009

Depuis cette nuit

Était-ce par hasard

Nul ne peut l’affirmer

Mais un jour

Longtemps après s’être couché

Le soleil est venu se baigner

Dans les eaux boueuses

De l’étang

Derrière la ferme des Morin

A la lisière du  Bois Dormant

 

Depuis cette nuit

Entre toutes mémorables

Le ciel reste noir

Désespérément

Du matin jusqu’au soir

Et du soir au matin

 

Il n’est plus guère d’ensoleillement

Qu’entre les ombres de nos cœurs

S’il faut en croire ce que racontent

Ici les gens

 

 

Jacques Herman

2009

03:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

18/05/2009

Cheval fou

C’est un cheval fou

Eperdu d’amour

Un maître étalon

Qui enseigne à l’école

Du village

 

Je hennis parfois

A son passage

Pour le saluer

Respectueusement

Comme il se doigt

Dans l’œil et

Jusqu’au coude

 

Il habite dans

Une chambre molle

Qui déborde d’odeurs

Nauséabondes

Et de mors

Et de selles

Et de harnais

 

Il vit au troisième étage

Au-dessus de la boucherie

Chevaline de

La rue de l’Ecurie

 

 

Jacques Herman

2009

02:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)