Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/01/2009

Désamour

Il fait très froid dehors

J’en suis heureux

Je vais sortir ton corps

En le tirant par les cheveux

Tu pourriras moins vite

Dans la cour enneigée

 

J’attends la visite

Du pantin des ténèbres

Employé des pompes funèbres

Qui fut ton amant

Pendant des années

 

Mais en attendant

Je me bourre une pipe

Et je lève mon verre

Aux chairs congelées

Par le froid de l’hiver

Ô gué

Ô gué

 

 

Jacques Herman

2008

 

18:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

27/01/2009

En voiture

 

Parfois l’espoir se plaît à circuler

Sur des rails 

Et comme un train régional

Il s’arrête dans toutes les gares

 

En voiture

En voiture

 

Mais personne ne connaît 

Sa destination

On ignore jusqu’au nom

De son dernier arrêt

 

Voyager sans savoir

Où l’on arrivera

C’est risqué

C’est risqué

 

Comme un réverbère

Un arbre

Un piquet

Je préfère rester

Planté sur le quai

 

 

Jacques Herman

2008

 

19:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

26/01/2009

Quelle chance il pleut

Ou tu ne me reconnais pas

Tous deux je l’avoue

Nous avons pris de l’âge

Ou tu veux m’ignorer

C’est plus commode évidemment

Qu’ aurions-nous à nous raconter

Après tout ce temps

 

Je te dirais

Tu n’as pas changé

En espérant que tu répondes

Mais oui

Mais oui

 

J’insisterais

Trop lourdement

Et nous nous disputerions

Sans doute comme avant

Ainsi va la vie

 

Quelle chance il pleut

C’est le moment

De nous croiser

En nous cachant

Tous deux

Sous nos parapluies

 

 

Jacques Herman

2008

00:43 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

25/01/2009

Guetteurs de transparences

Nous sommes devenus

Malgré nous me dis-tu

Guetteurs de transparences

 

Nous avons mis enfin

Un terme à nos passions

Et sans l’avoir voulu

Ma mie nous cultivons

Notre indolence

 

Nous nous plongeons parfois

Tout en lenteur

Dans les opacités

D’humeurs brouillardeuses

Sans plus jamais porter

En nous 

Ces ardeurs ténébreuses

A jamais inachevées

 

Ensemble nous dévorons

Quelques rayons lunaires

Et puis nous rêvons

Dans l’ombre bleutée

D’un arbre fruitier

Dont j’ignore le nom

 

 

Jacques Herman

2008

12:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

24/01/2009

Plus jamais

Nevermore

Plus jamais

Per favor

Je t'en prie

Ne nous mène

Par le bout du nez

 

Un poète ne peut

Impunément s’accommoder

De l'orgueil

Du mépris

De la suffisance

Ni de la superfluité

De mots en errance

Qu’on jette sur le papier

Comme on roule les dés

Sur un tapis

 

 

Jacques Herman

2008

09:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

23/01/2009

Symétrie du port

Vent du nord

Sur ma joue gauche

Je tends la droite

Machinalement

 

Odeurs des bords

De l’océan

Cris des mouettes

Des goélands

 

Étonnante symétrie du port

Démesure des ombres matinales

Déploiement de tréteaux

Arrivées et départs

De bateaux

Produits le la

Pêche artisanale

Sur lit de glace

Dans des casiers

Prix non encore affichés

 

Rires moqueurs

Grimaces

Quolibets

D’adolescents qui passent

Et nous bousculent

En courant sur le quai

 

 

Jacques Herman

2008

13:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/01/2009

Une morsure dans la chair du poème

Une morsure dans la chair du poème

Et la marque des dents

Et ces mots qu’on entend

Faut que ça saigne

Faut que ça saigne

 

Une morsure dans le doigt du poète

Arrêt sur image

Rupture du temps

Et ces mots qu’on entend

Nous n’irons pas

A la fête foraine

Cueillons ensemble

Des fleurs des champs

 

Une morsure dans la voûte du ciel

Et des étoiles endolories

Et des planètes qui pleurent

Et ces mots qu’on entend

Quel malheur

Quel malheur

 

Une morsure dans nos rêves éveillés

Conscience troublée

Déchirements

Improbable cicatrisation

Douleurs en chantier

Et ces mots qu’on entend

La montagne est tombée

La montagne est tombée

 

 

Jacques Herman

2008

14:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/01/2009

Au bout de mon doigt

Le ciel vire au gris sombre

Par les fenêtres

On devine des ombres

Un volet vient de s’ouvrir

Tandis qu’un autre se ferme

Je vois

De la lumière au bout

De mon doigt

 

On sonne à la porte

Attends Socrate attends

On dirait que ces hommes

Apportent un brancard

Attends Socrate attends

Je crois

Que la vieille est morte

Nous arrivons trop tard

 

 

Jacques Herman

2008

11:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/01/2009

Sur le débarcadère

Des reflets qui ondulent

Blanchâtres

A la surface de l’eau

Ce ne sont que l’image

De simples nuages

Pleins de douceur

Comme le long manteau

Duveteux que tu portes l’hiver

Quand il gèle

A fendre les pierres

Et à briser les âmes

 

Ce soir flottent dans l’air

Comme un parfum de femme

Et de vieux souvenirs

Qui rallument la flamme

Qui ne veut pas mourir

 

Sur le débarcadère

Une jeune fille rousse

Feint d’échapper

Aux assiduités

De jeunes gaillards

Elle rit

Elle caquette

Elle glousse

 

Je consulte l’horaire

Je regarde ma montre

Le bateau

Aura du retard

 

 

Jacques Herman

2008

 

19:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

19/01/2009

Mon voisin de palier

Il frappe ce matin

A ma porte 

Et me dit 

 

Ve ferfe à vous parler

Fans mon dentier

F’est diffifile

F’est diffifile

Et futile

Mais fa vous fait rigoler

Et ve m’ennuie à crever

 

 

Jacques Herman

2008

16:06 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (4)