Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/11/2008

Sous le train

Ne m’attends pas
Je viens de rater le train
Le vilain
Vient de m’écraser
Sous ses roues d’acier

Je me demande
Qui va ramasser
Les morceaux éparpillés
Sur la voie trois

Ne dis rien je te prie
Ne dis rien
Qu’on puisse dire enfin
Que tu restas sans voix


Jacques Herman - 2008

11:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/11/2008

Drôle de chien

C’est dimanche aujourd’hui
Il fait chaud
Je m’ennuie

Sur le trottoir d’en face
Un chien fait la grimace
Je crois bien qu’il se moque de moi

Depuis la corniche
Où les pigeons roucoulent
Il pleut des fientes
Blanchâtres

L’une d’elle atteint le bellâtre
Qui vient de sortir
Du bureau de tabac
Et le chien de partir
Dans un éclat de rire

Je fais comme si je ne les voyais pas


Jacques Herman - 2008

09:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

17/11/2008

Le pont de l'Abbé Lhomond

La rivière dit
Ne va pas plus loin
Ne dépasse pas le pont
De l’Abbé Lhomond

Et j’obéis
Sans rechigner
Sans me plaindre

Cette eau courante
Me fait frissonner

Mais qu’y a-t-il
En aval du pont
De l’Abbé Lhomond

Une eau moins cristalline
A cause de l’usine
Et beaucoup de poissons
Crevés


Jacques Herman - 2008

23:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/11/2008

L'inconnu

Dégoulinant d'humeurs visqueuses
Chapeauté d'algues vésiculeuses
Et refroidi
Par la mer dont il est sorti
Le voici marchant
Redoublant de prudence
Titubant comme un homme aviné
Sur la plage dépourvue
A cette heure de la journée
De la moindre présence
D’un bipède humain

Le cri des mouettes
Et des goélands
Dans le ciel marin
Lui remplit à ras bord les oreilles
Lui crève les tympans
En lui l'espoir soudain renaît
Alors que du pont
Du navire la veille
Comme un pierre
Il tombait


Jacques Herman - 2008

17:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/11/2008

Eau de pluie

Versez donc
Cette eau de pluie
Doucement mais
Avec grande industrie
Dans ma mémoire usée
Par les brûlures du temps

Qu’elle gonfle
Qu’elle gonfle
Comme une éponge
Ou comme une baudruche
Jusqu’aux limites
De l’éclatement

Je retrouverai
Les images perdues
Les voix disparues
Les gestes oubliés

Et je pourrai partir
La tête pleine
De souvenirs
Sur l’autre rive
Du bon côté


Jacques Herman - 2008

10:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/11/2008

Bruits de vaisselle

Un chat s’élance
Plein d’élégance
De la table du salon
Par la porte-fenêtre
Ouverte et atterrit
Sur le balcon
D’où l’on croit qu’il observe
La foule en déplacement

Bruits de vaisselle

Le chat se dore au soleil
La tête pleine de conquêtes nouvelles
Il s’étire
Il s’étire
Il bâille aux corneilles
Deux d’entre elles
Traversent le ciel
Au-dessus de la rue

Murmures au rez-de-chaussée
Je m’approche pour voir

Sur le trottoir
Une femme nue
Belle
Froide
Distante
Gantée de rouge
Chaussée de noir
Promène en laisse
Un porc baveux



Jacques Herman - 2008

07:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/11/2008

Marins

Marins aventuriers
Grands conquérants du monde
A chaque escale vous piquez
Un coeur à prendre mais jamais
Vous ne l’emportez

Il ne vous reste du port
Que des souvenirs épars
Dont les plus familiers
Se gonfleront à bord
De vos gros vaisseaux par
La seule grâce du vent

Et de temps en temps
Pour éclairer vos nuits sombres
En traînant sur le pont
Vous reconstituez
Les profils de vos belles
Et vous voyez souvent des ombres
Ou des lèvres qui vous appellent
Mais vous ne retenez
Jamais les noms


Jacques Herman - 2008

06:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/11/2008

Ville d'enfance

Revenu dans
La ville de mon enfance
Je m’étonne
De n’y reconnaître
Ni rien
Ni personne

Ils ont tout démoli
Abattu les maisons
Déraciné les arbres
Modifié les cours d’eau
Détruit le grand pont

C’est ici que je suis né
La maison a disparu
Comme celles d’en face
Et les autres à côté

Un vieillard
Parkinsonien
Me montre les lieux
En tremblant des deux mains
Et répète à l’envi
C’est affreux
C’est affreux

Une femme âgée
Sort du bloc B
Secteur deux
Cinquième section
Elle m’épie
Me scrute
Me radiographie

Peut-être une amie
D’enfance me dis-je
Ou ma jolie voisine
Maltraitée par le temps
Et qui ressemble
A s’y méprendre
A un arc-boutant

Je l’imagine nue
Quand nous avions quinze ans
Dans les forêts moussues
Des décors improbables
De nos fantasmes d’adolescents

Mais voilà que la pluie
Se met de la partie
Sale temps



Jacques Herman - 2008

09:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/11/2008

L'ombre des montagnes

C’est l’ombre
Epaisse
Dense
Et consolante
Des montagnes
Qui plane dans ton coeur
Et s’en vient resplendir
Quand ta raison nourrit
Tes doutes
Tes peurs
Et le féroce démon
Né du mitan des nuits

Mais parfois
Sans prévenir
La montagne
En toi se déchire
Et l’ombre s’éclaircit

Alors l’espoir
Grièvement blessé
Cruellement atteint
Sur la pointe des pieds
Se retire
Se retire


Jacques Herman - 2008

14:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/11/2008

Une fleur sauvage

On aurait dit de loin
Une fleur sauvage
Née du mariage
Etrange
Incongru
De la poussière et de la pluie

Surprise
Etonnement
Rumeurs
Quelques cris
Lorsqu’en s’approchant
On s’aperçut
Qu’il s’agissait d’une main
Du cadavre à demi nu
D’une belle de nuit


Jacques Herman - 2008

13:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)