Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/09/2008

Elle craque une allumette

Des feuilles mortes

Quelques pétales de fleurs depuis longtemps fanées

Beaucoup de brume

Des sillons larges et profonds

Un hiver à proximité

 

Elle observe le champ

Se l’imagine ensemencé

Puis verdâtre

Puis jaune à cause du blé

Mûr de l’été

 

Elle ne veut plus rien voir

De la réalité

Elle craque une allumette

Allume une cigarette

Tout autour d’elle devient fumée

 

 

Jacques Herman - 2008

22:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

25/09/2008

Ensemble nous coulerons

Voiles au vent

Gonflées essentiellement

De suffisance

Et de prétention

Vous nous menez en bateau

Oh hisse et oh

Oh hisse et oh

 

Par votre faute bientôt

Fragiles et démunis

Nous coulerons

Dans les gouffres amers

Tandis qu’insensibles et fières

Vous entonnerez

Ce refrain de naguère

Au fond de la mer l’eau

Est froide comme la mort

Mort

Mort

Est froide comme la mort Jacques Herman - 2008

18:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/09/2008

Chemin de croix

L’attente se prolonge
L’impatience s’accroît
Nous sommes des milliers
Serrés
Aglutinés
Contre les barrières
A l’arrivée

Jésus portant sa croix
Serait en tête
Du peloton
Selon ce que l’on vocifère
Dans des porte-voix

La foule agite des drapeaux
Elle transpire abondamment
Sous le soleil d’été
Mais à ce que l’on dit
Jésus aussi
Sue sang et eau

La caravane publicitaire
Vient de passer
On entend les supporters
Crier Jésus arrive
Jésus arrive
Et l’on s’abîme en prières
De crainte qu’il ne se fasse
Coiffer au poteau


Jacques Herman - 2008

10:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/09/2008

Vous êtes venue

J’ai perdu beaucoup de temps
Figurez-vous en décalquant
Le profil sombre des jours
Sur mes cartons blancs

Les étoiles se brisaient
Contre la voûte du ciel
Tandis que j’absorbais
D’insipides discours
Comme on avale du miel
Et pareil à ce chien
Qui vient d’uriner
Au pied du réverbère
Du carrefour
J’errais par les rues
Boulevards
Avenues
En quête d’un regard
Et vous êtes venue

Vous m’avez apporté
D’étonnantes lumières
Les choses qu’elles éclairent
Sont dépourvues d’ombre
La vie toujours absurde
Paraît aussitôt
Moins grave et moins sombre


Jacques Herman - 2008

17:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/09/2008

Boule lumineuse

De la branche sur laquelle
L’oiseau s’était endormi
Un rêve tomba
Dans le gazon touffu
Il avait l’apparence
D’une boule lumineuse

Une petite fille le ramassa
Le renifla
Ouvrit la bouche
Et l’avala

Du fond du parc
Au bout de l’allée
Je la vis
Je le jure
Je la vis s’envoler

On dit qu’un chasseur
L’aperçut dans le ciel
Et tira
Sur la malheureuse
Mais que ne dit-on pas

Jacques Herman - 2008

09:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/09/2008

Drôle de monde

J’ai vu bien des vivants

Qui se mettaient en marche

Puis à courir si vite

Qu’aucun mort jamais

N’aurait pu les rattraper

 

Ila finissaient souvent

Par se cacher

Derrière des buissons

Comme le font des enfants

Par des adultes surpris

En n’importe quel

Flagrant délit J’ai vu bien des morts

Pas trop mal conservés

Qui cherchaient à voler

Le secret de la vie

A ceux que Dieu

Dans sa miséricorde

Attendait encore

En tapant du pied

Par nervosité

Avant de les ramener

Définitivement à Lui

J’au vu des morts-vivants

Qui erraient entre les tombes

D’un cimetière que

L’on songe à désaffecter

Et qui semblaient

A propos de la vie

A propos de la mort

N’être pas bien fixés

Drôle de monde

Me dis-je

Où personne vraiment

N’est jamais satisfait

Ni même remboursé

Jacques Herman - 2008

15:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

A la santé de Mnémosyne

Son verre est plein
De l’air du temps
Jusqu’à ras bord

Il le considère
Gravement
Puis doucement
S’en saisit
Et le porte à ses narines

Visiblement ému
Il hume le contenu
Puis le boit à gorgées lentes
A la santé de Mnémosyne

Les distances
Aussitôt se contractent
Et la mémoire de ses cendres renaît
C’est bien ici qu’à parler franc
Pour dire vrai
S’amorce le dernier acte

Il se saoule de son passé
Il est temps que je m’en aille
Et je m’en vais


Jacques Herman - 2008

13:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/09/2008

L'eau de mer

Les dieux de l’océan

Depuis l’aube des temps

Ordonnent le monde

Aquatique

Selon leurs plans

Les poissons

Les oiseaux

Les algues

Les coraux

Sans geindre

Obtempèrent

Aux ordres d’en haut

Sans récriminer

Les mouettes toujours

Consentent à pleurer

C’est pourquoi

L’eau de mer

Est salée

Jacques Herman - 2008

12:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/09/2008

Verres colorés

Vos yeux semblent ne
Plus pouvoir regarder
Qu'au travers de besicles
Aux verres colorés
Qui font voir orangé
Le rouge parce qu'ils sont jaunes
Et vert le bleu

Brodeurs de contes fallacieux
Philosophes de salon
Vos décors cachent la face
Vraie du monde

Et quand le jour immonde
A suffoqué
Sous les coups de butoir
De la nuit
Et que tout semble consommé
Vos rêves alors
En descendant du ciel
De votre lit complice
Comme un lait de nourrice
Viennent vous gaver
D'illusions nouvelles


Jacques Herman - 2006

07:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/09/2008

Tu gambadais

Il en a coulé
De l’eau sous les
Ponts de la Meuse
De quoi sans doute
Inonder les villes
Et les champs où heureuse
Tu gambadais

A l’ombre des meules
Un brin ridicules
Souvent nous cachions
Le coeur battant
Des particules
D’infimes fragments
Que nous avions volés
Au temps qui passe
Inexorablement

En ce moment précis
Des images flottantes
Aux contours indécis
Comme des empreintes pâlies
Comme l’ombre des traces
Des jours anciens
Me reviennent à l’esprit


Jacques Herman - 2008

17:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)