Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/08/2008

L'envol des mots

Chacun des mots
De ses poèmes
Au matin blême
Fuit

Il ne reste à midi
Que le blanc des pages
Et dans le ciel
Inaccessibles
Des traces d’encre noire
Qui volent
En compagnie
D’oies sauvages

Le poète déçu
Amer
Attristé
S’assied alors sur la plage
Et regarde la mer
Jusqu’à ce que
Tombe le soir
Puis écrit de nouveau
Et se nourrit d’espoir



© Jacques Herman - 2008

17:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

22/08/2008

Par désoeuvrement

Allons bon
Fermons les yeux
Chantons la ritournelle
Des gens heureux

Un bandeau noir
Que l’on dit arc-en-ciel
Nous recouvre les yeux

Privé de vue
Nous somme des anges
Dépourvus d’ailes

On entend de partout
Des cris
Des bêlements
La terre frissonne
Des chiens aboient en bégayant
Des oies caquettent
Et juste à côté de moi
Deux chats ronronnent

Il ne fait pas très chaud
Et pourtant
J’enlève mon écharpe
Rouge et mon manteau
Et ma casquette
En laine d’astrakan
Puis me pends à ton cou
Par amour
Peut-être
Ou Dieu me pardonne
Par désoeuvrement

© Jacques Herman - 2008

22:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/08/2008

Comme un forcené

Il pleut des cordes et du miel
A l’ombre de ta raison
Tandis qu’au pied de ta maison
S’enracine un arc-en-ciel

C’est l’heure où la mégère
Aux trois mouflets
Vient à passer
La voilà qui reluque
De bas en haut
De haut en bas
La volée d’escaliers
Qui me sépare du toit
Et je me mets à hurler
M’époumonant comme
Un forcené

Puis prenant ses jambes à son cou
Elle disparaît à l’horizon

Je libère alors les papillons
Qu’un méchant garçon
Avait épinglés
Sur un carré de coton

Ils prendront leur envol
Reviendront à la vie
Aussitôt que la brise
Viendra souffler
Sur leurs ailes endolories



© Jacques Herman - 2008

09:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/08/2008

Entre les seins de ma voisine

Violonistes à vos violons
Contorsionnistes à vos contorsions
Boulangers à vos fourneaux
Plombiers à vos tuyaux
Que chacun prenne la place
Qui lui est dévolue

La mienne se situe
Entre les seins de
Ma voisine du
Cinquième étage

Elle m’a dit que bientôt
Mais qu’y puis-je
Elle irait s’établir ailleurs
Peut-être dans
Un autre pays
Moins pluvieux
Moins froid
Moins gris
Faut-il que moi aussi
Je déménage

Mais alors
Mais alors
Mais alors que ferais-je de
Mes chaises bancales
Ma commode Louis treize
Mon couple de bengalis
Et mon poisson dans son bocal


Jacques Herman - 2008

19:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Une goutte d'huile vierge

Une goutte d'huile

Vierge dite de la Pucelle

Coule sur le mur

De béton blanchi

Par le sel


Un doigt

Boudiné

Tente de l'arrêter

Dans la verticalité

De son voyage


Mais c'est sans compter

Que la finaude

A l'habitude

Des contournements


Sur la terrasse

Du café

Des clients âgés

Jouent aux cartes

Pour tuer le temps


Mais le temps ne l'entend

Pas de cette oreille

Le temps résiste

Il tient diablement

Bien le coup

Tandis que la goutte

D'huile se casse le cou

En atteignant la jointure

Du sol et du mur




© Jacques Herman - 2008

18:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/08/2008

Jardinier d'amour

J’entrais
Je sortais
Je claquais la porte
Par nervosité
Par désoeuvrement
Qu’importe

Je fredonnais souvent
Une ancienne chanson
Musique de Ferrat
Paroles d'Aragon
Au bout de mon âge
Aimer à perdre la raison

Jusqu'à ce matin
D'hiver à huit heures
Où le ciel s'assombrit
Puis se déchira
Comme le voile du Temple
De haut en bas

Désormais je ne sors
Plus jamais de chez moi
Je suis prisonnier et geôlier à la fois
Les portes et les fenêtres
Sont closes

A travers les carreaux
J'aperçois le profil
Du jardinier d'amour
Dans le petit jardin
Il y cueille des roses
Et s'écorche les mains



© Jacques Herman - 2008

21:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/08/2008

Je vocifère

Ah cette fois

Plus rien ne me retient

Je crie

J'enrage

Je râle

Je vocifère

Et je frappe du poing


Je plonge les doigts

Puis les mains

Jusqu'aux coudes

Avec toute l'ardeur

Des grandes voluptés

Dans le tapis moelleux

Des brillantes couleurs

De la lucidité


Les yeux grands ouverts

Je photographie

Les instants de joie

Nés de petits bonheurs

Aussi bien que

Les douleurs infinies

Du monde qui tourne

Souvent à l'envers

Mais que l'on voudrait

Voir tourner à l'endroit




(C) Jacques Herman - 2008


11:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

13/08/2008

Le silence délire

Le silence délire
Il se prend à rêver
Qu’il sera promu
Dans un proche avenir
A la direction des vents
Comme Eole naguère
Ou qu’il ordonnera
Tout couvert de galons
De barrettes et d’étoiles
Le mouvement des mers
Et des océans

Maître absolu des vagues
Régulateur du temps
Chef des tempêtes
Seigneur des ouragans
Coloriste du ciel
Des plages et de l'eau
A l’instar d’un peintre
Devant sa toile
Avec des tubes
Et des pinceaux


© Jacques Herman - 2008

13:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

12/08/2008

Le donneur de leçons

Quelle témérité

Quel courage

Quel entrain

Quelle vivacité

Ah pour sûr que oui

Vous nous étonnâtes

Alors que dans les ruines

De la vieille abbaye

Cistercienne s'élevait

Au ciel une cantate

De Haendel



Debout dans la froidure humide

Silencieux nous méditions

Et tandis que nous doutions

De tout et de nous-mêmes

Comme un prophète des temps

Anciens vous annonçâtes

Vos pitoyables vérités



La musique s'interrompit

Le malaise s'empara

Des lieux qu'il envahit



L'un après l'autre

Nous quittâmes

Les ruines de l'abbaye

Et vous laissâmes pérorer

Seul entre les vieux piliers

 

(c) Jacques Herman - 2008

14:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/08/2008

Trancher dans le vide

Saisir le rasoir
D'une main sans vouloir
Rien couper
Puis trancher dans le vide
Comme si le but était
De couper court au temps

D'un oeil à peine compatissant
Mais attentif à l'extrême
Observer à l'instant même
La coulée du sang
Dans la grisaille du matin

S'allonger impuissant
Sur le sable attiédi
Puis fermer les paupières
En attendant midi

Se contenter de tendre l'oreille
Et d'écouter brailler
Dans les replis du ciel
Les oiseaux de mer
Mouettes rieuses et goélands


© Jacques Herman - 2008

15:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)