Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/11/2007

Cadavre fumant

Je cherche désespérément
Dans les meilleures boutiques
Et toc et toc et tic
Un cadavre fumant
Tout vêtu de blanc
Et si possible aussi
Recouvert de poussière
Comme celle qui tombe
Des étoiles
Et qui nous rassure
Ou qui nous rend amers
Selon notre lecture
Si personnelle du monde

Je veux un cadavre en état de marche
Pas trop coûteux quant à la consommation
Je le souhaiterais
Suis-je trop exigeant
D'une puanteur discrète

Je l'emmènerai sous le bras à la fête
Des trépassés
Qui se tiendra lundi
Dans la cabane du Bois-Gentil

Les cadavres prolixes
Ne sont pas admis
Le silence ici s'impose

On peut apporter des fleurs
Bégonias
Oeillets
Ou roses
Tulipes
Bleuets
Lilas
Ou d'autres fleurs qu'on aime
A l'exception des marguerites et
Des chrysanthèmes


© Jacques Herman - 2007

11:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Mort de chagrin II

Il mourut d'ennui
Le jour où je naquis
A moins que ma grand-mère
N'ait eu raison de me confier
Qu'il avait glissé dans le caniveau
En ce soir d'arrière-saison
Et décéda d'ivresse
Et non de consomption

La légende toujours dépasse
Quand elle ne la détruit pas
La vérité trop crue
Banale
Vulgaire

Mourir avant l'heure
Ma chère
Qui plus est de chagrin
Est un honneur
Une belle fleur
Posée sur la ligne du temps
Par un geste d'amour du destin


© Jacques Herman - 2007

10:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

27/11/2007

Du côté de chez Swann

Vous m'avez tenu la tête
Si longtemps sous
La surface de l'eau
Que je suis morte noyée
En plein milieu
D'un jour d'été

Experts de la mise en scène
Vous racontâtes des bobards
Sans la moindre vergogne

Trois jours plus tard
Mes enfants m'enterrèrent
Du côté de chez Swann
C'est le nom du café
A la sortie méridionale
Du cimetière
La température au sud est toujours plus clémente
Je vous en suis reconnaissante

Un mien cousin ignore
Où se trouve ma tombe
Un gardien lui dit
Tout au sud
Tout au sud
Il ne s'étonne guère
Il sourit
Elle a toujours
Dit-il
Perdu le nord



© Jacques Herman - 2007

11:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Lit-cage

Accrochés aux barreaux
Tes doigts menus semblent vouloir
Echapper au jardin clos
De ton petit lit-cage
Plein de poupées cependant
Et de jouets colorés
Avec lesquels tu t'amuses
Du matin jusqu'au soir

Tu voudrais sortir de là
Dormir dans un grand lit
Qui ne ressemble pas
A une prison
Tu cherches à ne voler
Que de tes propres ailes
Comme cet étourneau
Dont mademoiselle Angèle
T'a montré la photo

Ce matin m'a-t-on dit
Tu gémissais
Tu gémissais
On a changé tes langes
Tout doucement
Tout doucement

Avec amour
Tu baisses la tête
Tu sembles gênée
Je conçois que c'est dur
De se faire langer
A quatre-vingt dix ans



© Jacques Herman - 2007

06:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/11/2007

Pas fier

J'aimerais vous offrir
Des perles rares
Des diamants
Des saphirs
De l'or
Et de l'argent
Des biens immobiliers
Des objets précieux arrachés
Pour une fortune
Aux potentats du marché

J'aimerais vous ceindre la tête
De fleurs odoriférantes
Vous promettre la lune
Et vous la donner
A genoux
Dans un écrin de fête

Je songe à vous inonder
De tous les biens du monde
Mais la vénalité
N'est pas votre affaire
Et vous me dites combien
Ma démarche est immonde

Je prends alors
Mes jambes à mon cou
Débordant de remords
Etouffé par la honte
Et je m'éloigne de vous



© Jacques Herman - 2007

09:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Question sans réponse

Il se demanda
Si elle l'avait
Aimé une fois
Une seule fois
Mais la question
Sans doute
N'était-elle plus là

Il fit alors
Le poing dans sa poche
Quand il fut à l'approche
Du milieu du pont
Il se laisser tomber

Ne sachant pas nager
Il fut avalé
Dans le courant du Rhône
Et sont corps ne fut
Jamais retrouvé


© Jacques Herman - 2007

09:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2007

Modicum cineris

Le vase repose dignement
Sur un napperon blanc
En dentelle de Bruges

Fleuron du salon
Il fut mis en évidence
Au centre de
La cheminée
Le deux décembre
Dernier

A chaque fois
Qu'elle vient à passer
Elle tend la main
Pour caresser la panse
Du vase émaillé

Il se laisse toujours surprendre
Son homme qui réduit en cendres
Y vit désormais caché


© Jacques Herman - 2007

09:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Rendez-vous romantique

Si tu savais combien j'ai peur
Dans ce bosquet
Où je t'attends
Depuis une heure
Tout tremblant
Avec un bouquet de fleurs
Et un petit compliment
Rédigé à la hâte
En fin de matinée
Sur le comptoir de l'estaminet
Ce qui explique les taches
De graisse
Et le rond qu'a laissé mon verre
Sur le papier

Ah si je pouvais
Ah oui si je pouvais me photographier
Et me revoir
Dans quelques années
La tête froide
Après t'avoir
Oubliée
Ce que je rigolerais
Ce que je rigolerais



© Jacques Herman - 2007

08:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2007

Lassitude

Il porte dans ses bras
Un gros paquet recouvert
D'un drap

La charge paraît lourde
Démesurée
D'où je suis assis
J'observe qu'il titube
S'il ne s'arrête pas
Il pourrait s'effondrer

Aussitôt je m'interpose
Et l'interroge
Que tenez-vous là

Je porte me dit-il
Le poids de ma lassitude

Il ne me laisse pas
L'occasion de répondre
Lève les yeux au ciel
Et s'en va


© Jacques Herman - 2007

19:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Visite papale

Le pape vient d'arriver
Ce matin sur la place
Où la foule l'attendait

Un enfant
Dans un coin
Esquisse une grimace
Un journaliste passe
Un micro à la main

Le ciel s'obscurcit
Une dame demande
A son mari
S'il va pleuvoir
Avant midi
Le mari s'en fout
Et du pape
Et de la pluie

Des jeunes catholiques
Hurlent en chœur
Vive le pape
Vive le pape
Et le pape les bénit

Lors dans le ciel
Volent des oiseaux
Qui ne voient rien
De la cérémonie
Le lâcher de fiente
N'était pas prévu
La dame eût préféré la pluie


© Jacques Herman 2005

16:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)