Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/11/2007

Question sans réponse

Il se demanda
Si elle l'avait
Aimé une fois
Une seule fois
Mais la question
Sans doute
N'était-elle plus là

Il fit alors
Le poing dans sa poche
Quand il fut à l'approche
Du milieu du pont
Il se laisser tomber

Ne sachant pas nager
Il fut avalé
Dans le courant du Rhône
Et sont corps ne fut
Jamais retrouvé


© Jacques Herman - 2007

09:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/11/2007

Modicum cineris

Le vase repose dignement
Sur un napperon blanc
En dentelle de Bruges

Fleuron du salon
Il fut mis en évidence
Au centre de
La cheminée
Le deux décembre
Dernier

A chaque fois
Qu'elle vient à passer
Elle tend la main
Pour caresser la panse
Du vase émaillé

Il se laisse toujours surprendre
Son homme qui réduit en cendres
Y vit désormais caché


© Jacques Herman - 2007

09:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Rendez-vous romantique

Si tu savais combien j'ai peur
Dans ce bosquet
Où je t'attends
Depuis une heure
Tout tremblant
Avec un bouquet de fleurs
Et un petit compliment
Rédigé à la hâte
En fin de matinée
Sur le comptoir de l'estaminet
Ce qui explique les taches
De graisse
Et le rond qu'a laissé mon verre
Sur le papier

Ah si je pouvais
Ah oui si je pouvais me photographier
Et me revoir
Dans quelques années
La tête froide
Après t'avoir
Oubliée
Ce que je rigolerais
Ce que je rigolerais



© Jacques Herman - 2007

08:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/11/2007

Lassitude

Il porte dans ses bras
Un gros paquet recouvert
D'un drap

La charge paraît lourde
Démesurée
D'où je suis assis
J'observe qu'il titube
S'il ne s'arrête pas
Il pourrait s'effondrer

Aussitôt je m'interpose
Et l'interroge
Que tenez-vous là

Je porte me dit-il
Le poids de ma lassitude

Il ne me laisse pas
L'occasion de répondre
Lève les yeux au ciel
Et s'en va


© Jacques Herman - 2007

19:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Visite papale

Le pape vient d'arriver
Ce matin sur la place
Où la foule l'attendait

Un enfant
Dans un coin
Esquisse une grimace
Un journaliste passe
Un micro à la main

Le ciel s'obscurcit
Une dame demande
A son mari
S'il va pleuvoir
Avant midi
Le mari s'en fout
Et du pape
Et de la pluie

Des jeunes catholiques
Hurlent en chœur
Vive le pape
Vive le pape
Et le pape les bénit

Lors dans le ciel
Volent des oiseaux
Qui ne voient rien
De la cérémonie
Le lâcher de fiente
N'était pas prévu
La dame eût préféré la pluie


© Jacques Herman 2005

16:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/11/2007

Tu salues les choses

Tous les matins
Tu salues les choses
Les objets à portée de main

Tu dis
Bonjour la rose
Je dois renouveler ton eau

Tu dis
Bonjour l'oiseau
Et tu penses
Que sa cage est son paradis

Tu dis
Bonjour mon livre
De chevet dont la lecture n'est
Pas encore finie

Tu dis
Bonjour ticket
D'entrée au Théâtre du Midi
Où je suis allé voir jouer Marcel
Mon voisin de palier
Toujours avide de compliments
Un rien paumé
Cependant

Tu dis
Bonjour machine à café
Bonjour le sucre dans
Son sucrier
Bonjour petit pot à lait
Petite fenêtre à la vitre cassée
Petit univers étriqué

Et tu te grattes la tête
Et tu te grattes la tête


© Jacques Herman - 2007

14:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

L'heure d'aboyer

L'heure d'aboyer
Dans l'arrière-cour
Vient de sonner
Mon amour
Lui dit-elle

Il s'exécuta
Se mit à quatre pattes
Puis aboya si fort
Que les murs de la ferme
Commencèrent à trembler
Et le toit vacilla

Les vaches dans l'étable
Se bouchèrent les oreilles
Et les cochons cessèrent de grogner
Que les hommes sont bêtes
Me dit l'un d'entre eux
D'une voix grave et bien posée

Le chien du fermier
Ne supportait pas
La concurrence
Déloyale
Il se suicida
Dans l'indifférence
Générale


© Jacques Herman - 2007

07:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/11/2007

Entre Valère et Tourbillon

Un souffle léger
Comme une promesse
Glisse entre Valère et Tourbillon
Et se répand
Comme une caresse
Sur la ville de Sion

Deux Sédunoises
Assises sur un banc
De la Planta remarquent
L'inattention
Des passants pressés

Elles voudraient les interpeller
Leur dire
Observez
Prenez un peu de temps
Laissez vous inspirer
Ce vent n'est pas ordinaire
C'est un souflle sacré

Mais les passants pressés
Jamais ne sauront
Qu'un souffle léger
Comme une promesse
Glisse entre Valère et Tourbillon
Et se répand
Comme une caresse
Sur la ville de Sion




© Jacques Herman - 2007

10:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Appel

J'en appelle à César
A Morphée
Aux dieux Lares
A Salluste
Au chanteur qui vient de casser sa guitare
En la fracassant de rage sur un trottoir parisien
En ce dimanche matin
Plutôt brumeux

J'en appelle à tous ceux qui me haïssent
Me détestent
Me vomissent

J'en appelle à la mort
Qui ne manque jamais
Aucun de ses
Rendez-vous

J'en appelle à toi le facteur-poète flamand
Qui publiait sous le nom
De Freek Dumarais
Mais qui s'appelait autrement
Comme le temps passe
Comme le temps passe

J'en appelle à Lucien
A Platon
Aux martiens
Aux femmes girafes que me fit connaître Vitold de Golish
J'en appelle à la main baladeuse
A l'oeuf dur de Prévert
A son comptoir d'étain
Mais aussi à l'omelette baveuse
Et aux tout petits riens
De la vie ordinaire



© Jacques Herman - 2007

08:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/11/2007

Dans l'air du soir

Et voilà dans l'air du soir
Les effluves mourants du jour
Résidus de carburants
Fragrances estivales
Odeurs persistantes de plats cuisinés
Avec amour
Parfums divers accrochés aux nuages
Et qui retombent à travers
Une pluie fine légère
Qui roule sur les toits
Des maisons de la ville

Nous traînons le pas
Dans les rues
Le square
Et sur la place du Marché

Un chat traverse en courant
La grande Avenue
De la Liberté

La lune dans le noir
Aujourd'hui paraît verdâtre

J'accélère le pas
Je longe le canal
Le Café des Amis
Vient de fermer ses portes
La fatigue m'envahit
Incommensurable
Encombrante
Pesante comme un étau




© Jacques Herman - 2007

08:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)