Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2007

Ton jardin secret

Jusqu'ici tu vivais seule
Dans un jardin secret
Entouré de hauts murs
Et de fortes cloisons
L'unique porte qui
M'y donnait accès
Résidait dans mon imagination

Je m'inondais de rêves
Fabriqués à foison
J'élaborais des plans
Que je complexifiais
En savants labyrinthes

Aujourd'hui je détiens
La clé que depuis
Longtemps je convoitais
Désormais je partage
Les beautés
Les fragrances
Les mystérieuses humeurs
De ton jardin secret


© Jacques Herman 2005

05:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/10/2007

Brumeuse la plaine

Elle est brumeuse la plaine
Ce matin
Pleine d'odeurs de crottin
Et de pulpe de betterave
Sucrière

Elle est immense la peine
Qui m'envahit le coeur
Les artères
Et les veines

Et je rêve d'être
Ce paysan
Qui conduit son tracteur
A travers champ

Ou ce corbeau
Qui s'envole
Lourdement
Se fond dans le brouillard
Et disparaît au loin


© Jacques Herman - 2007

09:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Froidure

Le beau temps ne persiste pas
Dans ma tête il fait déjà froid
Et mon âme est en voie
De congélation

L'été reviendra
Nous assure-t-on
Sans doute mais en attendant
Nous claquons des dents
Nous tremblons

Dans le ciel
Au-dessus de nous
Passent comme des anges
Sombres et silencieux
Des chats-huants
Des poissons volants
Des loups-garous
Et quelques malheureux
Fantômes d'un autre âge
Des vierges folles
Des vierges sages
Des rêves fous
Des songes creux


© Jacques Herman - 2007

07:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Vaches

Aimerions-nous ressembler
A ces vaches qui
Derrière la haie
Broutent dans la paix du soir

Que savent-elles de nous
Qui mangeons
Nos salades de saison
De nous qui avalons
Aussi des bouchées de terre
Et des pierres nouvelles
Riches à foison
De l'humidité
Des cimetières

Que savons-nous d'elles
Qui nous regardent passer
Sans même se douter
Ce qu'est pénible de porter
En nous
Les mystères du monde


© Jacques Herman - 2006

06:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

27/10/2007

Mouche

Je ne comprends rien à ce
Petit jeu que tu mènes
Dans le ciel de mon lit

Tu avances lentement
Puis tu hâtes le pas
Tu t'envoles un instant
Puis à nouveau te pose

Je tends le bras
Pour t'attraper
Tu m'insupportes
Mais tu n'es pas mouche pour rien
Rien n'échappe
A tes yeux composés

Si demain
Tu n'as pas pris la porte
Pour sûr c'est moi
Qui m'en irai


© Jacques Herman - 2007

15:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Sur la terrasse à Belmont

Une fleur de marronnier
Vient de tomber
Dans mon verre
Et le vin d’Epesses
En paraît ravi
Il sourit
Un vent légèrement attiédi
Se glisse entre les tables
Les arbres et le pressoir
La serveuse passe à mes côtés
Le gravier crisse
Je tente mais en vain
De l’imiter


© Jacques Herman - 2007

09:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le ciel est un plafond

Triste et muet
Les yeux débordant de misère
Et ressemblant parfois
A des fontaines amères
Il s'arrête souvent
Soupire et reprend
Courage

Mais ce n'est qu'illusion
Le ciel est un plafond
En descendant sur lui
L'espace se réduit

A moins qu'il ne devienne
Lui-même très petit
Il finira par étouffer


© Jacques Herman - 2006

09:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le complot

Ce soir le ciel
Vient s'étoiler de mes délires
Ma raison rebelle
Se déchire
Et tombe en lambeaux

Je me terre
Je m'efface
Me faufile entre deux ombres
Comme un souffle qui passe
Inaperçu

Mais de l'autre côté du voile
Pas un mot
Du complot
Ne m'échappe

Ils aiguisent leurs dents
Tracent à l'eau bénite des plans
Diaboliques
Insensés
Terrifiants

Au grand jeu de la vie
Tous les dés
Sont irrémédiablement pipés



© Jacques Herman - 2006

09:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Monseigneur

Si je m'inclinais
Monseigneur devant
Les idoles d'airain
Ou celles que des mains
Taillèrent dans le bois
Et dans la pierre
Que me diriez-vous

Si je brûlais
Monseigneur à leurs pieds
Des parfums agréables
Aux narines des dieux
Ainsi représentés
Et s'il m'était donné
Ce faisant d'apaiser
Leur terrible courroux
Que me diriez-vous

Si je priais enfin
Monseigneur
Ces divinités
D'intervenir en votre faveur
Que me diriez-vous



© Jacques Herman - 2006

05:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/10/2007

Hommage à Léo Feré

Voici longtemps que je ne me pends plus
Au luminaire du salon
Au réverbère de la rue
Aux branches hautes des sapins
Ou d'autres arbres du jardin

Mon chimpanzé seul s'y royaume
Et s'il m'arrive de l'observer
Du coin de l'oeil
En balancement de métronome
Ce n'est pas pour me moquer
De lui mais au contraire
Pour l'admirer comme naguère
Léo Ferré admirait sa guenon

Mon chimpanzé ne fera pas
L'objet d'une chanson
Ensemble nous partirons
Sur la pointe des pieds


© Jacques Herman - 2007

13:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)