Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/10/2007

Père Tonneau

Assis sur le pas de sa porte
Le Père Tonneau
Dégage encore un peu
Des odeurs de tabac
Et des relents de vin nouveau
Que le vent d'Est emporte

Veuf depuis la mort
De la Mère Monneau
Il pourrit ainsi
A l'air libre
Sur le seuil de sa misérable maison

Tous deux menacent ruine
Mais on ne sait que faire d'eux
En ce moment de l'arrière-saison
L'un et l'autre auront bientôt cent ans


© Jacques Herman 2005

09:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Parapluie

Pour manifester
Mon amour des bêtes
J'ai acheté
Un parapluie sans baleines
On a ri de moi
Je me suis enfui
J'ai couru
Très loin
A en perdre haleine
J'espère
Qu'il ne pleuvra plus


© Jacques Herman 2005

09:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Mon ami Pierrot

Elle vient d'ouvrir
Sa fenêtre et crie
A tue-tête
A l'adresse
Des passants

Au clair de la lune
J'ai perdu Pierrot
J'ai perdu l'espoir
J'ai perdu mon temps

Vous qui passez
Sur mon trottoir
Arrêtez-vous
Un court instant

Venez m'aider
A retrouver
Au clair de la lune
Mon ami Pierrot
Qui succomba
Dit-on
Aux charmes d'une brune


© Jacques Herman - 2007

09:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Heures blêmes

Voici les heures blêmes
Que gonflent comme des voiles le vent
Et qui s 'en vont en glissant
A la surface des mers
Sombres parfois
Souvent amères
Ou se font prendre dans la tourmente
Des océans

Voici les heures à oublier
Celles qu'il nous faudrait cacher
Jusqu'au trépas
Mais elles résonnent
Si fort que rien
Ni personne
Ne les effacera

On les porte avec soi
Jusqu'aux frontières
De la mort
Et encore
On ignore tout
De l'au-delà


© Jacques Herman - 2007

07:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/10/2007

Au théâtre

Furtivement une ombre
Glisse sur le fond
De la scène et l'oeil
Voudrait s'y accrocher
C'est le printemps qui tente de percer
Entre les arbres stylisés
D'un décor sombre

On croit souvent apercevoir
Ce qu'on a désiré
Mais c'est l'armée illusoire
De nos espoirs qu'on met en branle

Côte à côte nous aspirons
A la lumière qui nous manque
Et patiemment nous attendons
Lorsque soudain du fond
De la salle surgit
Un vieillard bossu
Visage osseux
Nez crochu
Les yeux cernés
La démarche mal assurée
Il murmure mais qui peut l'entendre
Que le temps va s'arrêter


© Jacques Herman - 2007

09:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Télégramme

Stop
Stop
Stop
Ce sont les seuls mots
De ton télégramme
Qui me reviennent
En mémoire
Voilà pourquoi
Sans doute
Je broie du noir

© Jacques Herman 2005

06:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Parlez maintenant

Qui peut emprisonner l'automne
Qui peut damer le pion
Aux rigueurs de l'hiver
Qui peut imposer
A l'été
Ses quatre volontés
Et faire éclater
Ses multiples lumières
Qui peut contraindre le printemps
A fleurir avant terme
Qui peut pousser le monde
A tourner à l'envers
Qui peut commander
A la mer
Qui peut détourner
A son profit les vents

Vous qui me fixez
D'un oeil inquisiteur
Qui me semblez troublés
Et quelque peu méfiants
Je vous saurais gré
De rompre le silence
Parlez maintenant



© Jacques Herman - 2006

05:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Parcours circulaire

Quand tu t'en iras
Sur le chemin caillouteux
Parfaitement circulaire
Qui ne mène donc nulle part
Te demanderas-tu pourquoi
Tu reviens irrémédiablement
A ton point de départ

Peut-être n'y verras-tu goutte
Ou bien tenteras-tu de te persuader
Que sans le vouloir tu as progressé
Qu'à l'usure de tes souliers
Tu peux mesurer
La longueur du chemin
Qui t'a conduit au coeur
De ton intimité
Et Dieu sait les sornettes
Que tu nous conteras
En toute impunité

Nous t'observerons
Depuis le sommet
De la colline bleuie par l'éloignement
Mais toujours verte en été
Quand nous y portons nos pas
Nous constaterons les faits
Mais ne te jugerons pas


© Jacques Herman 2005

00:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

23/10/2007

A Jean Cayrol

Jean Cayrol écrit
Premier regard sur le camp
C’est une autre planète
Et je l’entends
Ajouter encore
S’étendre n’importe où
Et avoir son agonie bien à soi
Et j’ai cru qu’en ces mots
Tout était dit
Toute la misère du monde
Le grand chantier de la haine
Le royaume de l’immonde
Mais Jean Cayrol poursuit
C’est incroyablement résistant un homme

Pauvre de nous qui ne sommes
Que des machines à nous taire
Quelle est notre part
Quand naïfs nous croyons
A jamais dissipés
La nuit et le brouillard


© Jacques Herman - 2007

08:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Oublie

Oublie le bruit de ta chute
Et la douleur que t’infligèrent
Les branches
Les ronces
Et les pierres

Oublie ma présence
Au bas de la colline
Et la sirène
De l’ambulance
Et les souffrances
Qu’on imagine

Oublie tout ce qui a suivi
Jusqu’à ce jour d’été
Gorgé de soleil


© Jacques Herman 2005

07:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)