Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/10/2007

Vingt ans de jour

Le jour est sans fin
Comme la désespérance
Et le soleil m'accuse
D'un crime
Que j'ai vraiment commis
Mais par inadvertance

C'est sans l'avoir voulu
Que la lame a glissé
Et qu'il s'est écroulé
Sans un cri
A mes pieds

Le soleil
Tout puissant
Ne l'entend pas
De cette oreille

Aucun espoir
Aucune illusion
La sentence du jury
Me tombe dessus
Comme une chape de plomb

Je me vois condamné
A vingt ans de jour
Sans l'ombre d'une nuit



© Jacques Herman - 2007

11:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

A Tirlemont

Trois gouttes de sang
Une tache de vin
Des cendres grisâtres
Un murmure lointain

La table est chaude encore
A cause du soleil d'été

Deux chaises renversées
Un chat se faufile entre mes pieds
Il attend peut-être que je le caresse

Un rossignol dans l'arbre chante en fausset
Un travesti brésilien
Traverse la rue
Son visage ne m'est pas inconnu

Les cloches de Saint-Germain
Sonnent le glas
Un petit rouquin s'adressant à sa mère
S'époumone
Me voilà
Me voilà

Le soleil va bientôt se coucher
On aperçoit une fumée
Vaguement orangée
Au de-delà du canal

Des jeunes gens masqués
Pleins d'entrain
Très bavards
Se rendent au bal
Une crécelle à la main


© Jacques Herman - 2007

00:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Poème en forme de poisson

Poème d'avril déguisé en poisson
Il faudra que l'on te cache
Si tu ne veux pas être mangé

Quelle idée aussi d'aller
Te balader au marché
Entre les cabillauds
Les anguilles
Les raies
Dans l'attente d'un lecteur potentiel

Laisse là tes écailles
Augmente tes chances
Deviens hirondelle


© Jacques Herman 2005

00:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Penchée sur un balcon

Je te vois penchée sur un balcon
Depuis la rue en contrebas

Tu arroses des fleurs
En compagnie d'un chat
Excuse-moi si
J'ai oublié ton nom

Il m'est de toi des souvenirs
Un peu confus toujours aimables
Mais ma mémoire détestable
Me joue souvent de mauvais tours

En revanche je crois
Me rappeler comment
S'appelait le chat
Qui jouait parfois
Dans le fond de la cour



© Jacques Herman - 2006

00:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2007

Poires et confiture

Dans le verger qui jouxte
Le chevet de l'église
J'ai cueilli ce matin
Quelques poires qui
N'en demandaient pas tant

En les arrachant
A la vie
Je me suis senti coupable

Elles savaient cependant
Qu'en ce bas monde rien ne dure
Nulle espérance ne pointait
A l'horizon du presbytère

Elles ressusciteront
En quelques pots de confiture
Si bien lutés que
De leurs suppliques dernières
On ne saura jamais rien


© Jacques Herman - 2006

20:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Ponctuation

Je me suis réduit
Moi-même à l'état de virgule

Virgule

En espérant ne pas vous décevoir

Point

A la ligne tiret

Que non point
Que non point

A la ligne tiret

Comment donc vous appelez-vous

A la ligne tiret

A l'asile des fous
On me nomme Guillemet

A la ligne tiret

C'est un bien joli nom
Peu commun
Troublant comme le sont
Parfois des parfums

Points
De suspension


© Jacques Herman - 2007

11:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Au fil de la vie

C'est un fil ténu
Qui me relie au monde

L'autre jour il m'a plu
De le rembobiner

Ô fragile chose
Que l'on veut conserver
En dépit de tout
Alors qu'on ignore
Superbement
La valeur des deux bouts

Il ne me reste plus
Qu'à m'amuser un peu
A l'étirer
A l'enrouler de nouveau
Ou à y faire des noeuds
Juste pour rigoler

Mais si tu le veux
Quelle qu'en soit la raison
Je te permets de le couper


© Jacques Herman - 2007

10:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

L'envol nocture

Ma mémoire s'enlise dans
Sa glèbe natale
De la brume légère et
Matinale
Jusqu'au soleil couchant

Mais la nuit
Elle s'envole souvent
A tire d'aile
Sans prévenir


© Jacques Herman 2005

08:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Piano bar

Le piano délire
Jeune fille tu soupires
Accoudée au bar

Fumée douce-amère
Cigares allumés
Bouches pâteuses
On drague
On cause

Un verre se brise
Personne n'a rien vu
Il fait sombre ici

Pianiste blasé
Tes silences m'inspirent
Je m'endors dans les volutes
Bleutées

Le barman a triste mine
Cette femme aux gros seins
Ma voisine
N'a d'yeux que pour lui


© Jacques Herman 2005

07:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Pigeon vole

Pigeon vole
Tout finit par voler
Les alouettes
Les pavés
Les allumettes
Les curés
J’ai vu voler un trompettiste
De fait
Il volait une trompette


© Jacques Herman 2005

04:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)