Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/10/2007

A la troisième heure

A la troisième heure
Le cadavre surgit
De la boue froide
Du cimetière

Il scrute le ciel
Et la terre
Mais il est ébloui
Après tant de siècles
Passés sans lumière

Et il rugit
Comme un lion

Derrière les murs
Délabrés de l'église
Des enfants attentifs
Peureux
Craintifs
Observent la scène
De leurs grands yeux ronds


© Jacques Herman - 2007

17:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Quelques mots imbéciles

Ce sont des enjambées
Enormes que tu fis
Pour accélérer ta course
Mais le vent soufflait
A contre-sens
Et tu finis
Trop tard
Nettement en dessous
Du seuil des exigences

Epuisé
Vidé
Les rotules à terre
Sur l'herbe sauvage
Tu déployas ton corps
Comme on déroule un tapis

Puis tu t'endormis
Peut-être rêvas-tu
On ne le saura pas

Au petit matin
On te découvrit
Mort au cours de la nuit

On t'enterra hors les murs de la ville
Sur ta tombe on grava
Quelques mots imbéciles




© Jacques Herman - 2007

09:56 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Bout du rouleau

Ma tête est pleine de sable et d'eau
Avec cette pelle
J'en ferai ce château
Qui se détruit à marée haute
Et dont la vie
Comme la nôtre
Souffre de brièveté

Ma tête est pleine de coquillages
De moules et de couteaux
Et de ces crabes minuscules
Qui lentement circulent
Dans les algues des brise-lames
Qui s'enfoncent dans la mer
Depuis des âges

Ma tête est pleine de souvenirs
Que rien ne saurait effacer
Sans m'écorcher
Ni me détruire
Et que je garde comme les sous
D'un enfant dans sa tirelire

N'en demandez pas davantage
Je me trouve déjà
Tout au bout du rouleau
Et le bout du rouleau
C'est la fin du voyage


© Jacques Herman - 2007

09:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Abri des nuits

Les matins sont aussi durs
Que la terre gelée
Aussi brumeux
Qu'un ciel de Toussaint
Et nous pauvres captifs
De la vie serrons
Jusqu'à l'étouffement
De fallacieux espoirs
Entre nos mains
Déjà gantées de noir

Et chaque jour tout recommence
Il n'est de plus sûr abri
Que les volutes sombres
Mais douces de nos nuits


© Jacques Herman - 2007

08:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/10/2007

Tableau campagnard

Ils sentent l'air frais du matin
Mâtiné de fumier
Mais leur haleine
Empeste la bière

L'un se penche sur le moteur
Du vieux tracteur
Rouge garé
Devant la grange

L'autre saisit la fourche
Et se rend en un lieu que je ne connais pas
Légèrement au-delà
Du vieux puits
Bouché depuis trente ans

Un troisième en zigzaguant
S'approche du seuil de la maison
Sa femme
Les bras croisés
L'attend sur le seuil
De pied ferme

Gare à la punition

La vie se poursuit
Plus bête que jamais

J'observe la scène de loin
Et dans mon coin
Je vomis


© Jacques Herman - 2007

13:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Vingt ans de jour

Le jour est sans fin
Comme la désespérance
Et le soleil m'accuse
D'un crime
Que j'ai vraiment commis
Mais par inadvertance

C'est sans l'avoir voulu
Que la lame a glissé
Et qu'il s'est écroulé
Sans un cri
A mes pieds

Le soleil
Tout puissant
Ne l'entend pas
De cette oreille

Aucun espoir
Aucune illusion
La sentence du jury
Me tombe dessus
Comme une chape de plomb

Je me vois condamné
A vingt ans de jour
Sans l'ombre d'une nuit



© Jacques Herman - 2007

11:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

A Tirlemont

Trois gouttes de sang
Une tache de vin
Des cendres grisâtres
Un murmure lointain

La table est chaude encore
A cause du soleil d'été

Deux chaises renversées
Un chat se faufile entre mes pieds
Il attend peut-être que je le caresse

Un rossignol dans l'arbre chante en fausset
Un travesti brésilien
Traverse la rue
Son visage ne m'est pas inconnu

Les cloches de Saint-Germain
Sonnent le glas
Un petit rouquin s'adressant à sa mère
S'époumone
Me voilà
Me voilà

Le soleil va bientôt se coucher
On aperçoit une fumée
Vaguement orangée
Au de-delà du canal

Des jeunes gens masqués
Pleins d'entrain
Très bavards
Se rendent au bal
Une crécelle à la main


© Jacques Herman - 2007

00:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Poème en forme de poisson

Poème d'avril déguisé en poisson
Il faudra que l'on te cache
Si tu ne veux pas être mangé

Quelle idée aussi d'aller
Te balader au marché
Entre les cabillauds
Les anguilles
Les raies
Dans l'attente d'un lecteur potentiel

Laisse là tes écailles
Augmente tes chances
Deviens hirondelle


© Jacques Herman 2005

00:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Penchée sur un balcon

Je te vois penchée sur un balcon
Depuis la rue en contrebas

Tu arroses des fleurs
En compagnie d'un chat
Excuse-moi si
J'ai oublié ton nom

Il m'est de toi des souvenirs
Un peu confus toujours aimables
Mais ma mémoire détestable
Me joue souvent de mauvais tours

En revanche je crois
Me rappeler comment
S'appelait le chat
Qui jouait parfois
Dans le fond de la cour



© Jacques Herman - 2006

00:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/10/2007

Poires et confiture

Dans le verger qui jouxte
Le chevet de l'église
J'ai cueilli ce matin
Quelques poires qui
N'en demandaient pas tant

En les arrachant
A la vie
Je me suis senti coupable

Elles savaient cependant
Qu'en ce bas monde rien ne dure
Nulle espérance ne pointait
A l'horizon du presbytère

Elles ressusciteront
En quelques pots de confiture
Si bien lutés que
De leurs suppliques dernières
On ne saura jamais rien


© Jacques Herman - 2006

20:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)