Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/10/2007

Perrette

Tente-six degrés à l'ombre
Elle souffre pauvrette
En cette veille de fête
Du quatorze juillet

Elle porte sur la tête
Un pot de lait
Qu'elle entend bien
Ne pas laisser tomber

Je m'appelle Perrette
Dit-elle à qui
Veut l'écouter

La chaleur hélas est telle
Que le lait
Se met à tourner

La pauvre fille
Pour l'en empêcher
Se met à valser
Dans le sens opposé

Cochons
Veaux
Vaches et couvées
Observent la scène
Avec une attention
Redoublée


© Jacques Herman - 2006

03:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/10/2007

Le récital

Etonnante vision
Qu'en la salle de concert
Ces squelettes mélomanes
Alignés
Sur trente-deux rangées
De fauteuils grenat
Tandis qu'à son clavier
La pianiste
Bien en chair
Joue une mélodie
En la mineur

Du plafond parsemé
De rosaces dorées
Une poussière blonde tombe
Très lentement

A l'issue du récital
Ravis les auditeurs
Applaudissent à se rompre les os


© Jacques Herman - 2006

23:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Du noir au noir

La solitude est un acide
Une herbe amère qui se répand en soi
Et brûle en s’y décomposant

La solitude ressemble un peu
A l’écume des vagues
Qui brillent comme des crachats
Expulsés par la mer

La solitude est la couleur
La plus sombre du spectre
Qui va du noir au noir


© Jacques Herman - 2007

06:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

Cheveux gris

Dans tes cheveux se sont gravées
Les heures grises tombées
Depuis tant d'années
Sur tes épaules fragiles

Comme un monstre sans cœur
Sans âme et sans pitié
Froid
Glacial
Imperturbable
Et seulement en quête de son éternité
Le temps
Sort toujours victorieux
Des longs combats menés
Contre lui
Par nous pauvres passants

Et demain te fait peur
Parce que l'inconnu
Ressemble à un piège
Méchamment tendu
Pour que ton âme ploie
Jusqu'à frôler le sol
Que ton corps s'endolorisse
Et que ton poil blanchisse
Encore un peu plus

© Jacques Herman 2005

01:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le texte court

C'est un texte si court
Que la page semble blanche
Si vite lu
Que le temps d'y penser
Il a disparu
Le texte court
Court
Et son titre même
S'est échappé


© Jacques Herman 2005

01:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)

08/10/2007

Un triple sot

Un triple sot
Chantait en haut
D’une échelle si grande
Que nul ici-bas
Ne pouvait rien entendre

Par inadvertance
Selon d’aucuns
Selon d’autres afin
De rompre le silence
Il laissa tomber
Les notes les plus graves
Du fond de son gosier

Sur le trottoir on n’eut pas
A déplorer de blessés
Sans doute les notes étaient-elles émoussées

Ceux qui furent touchés
Semblent n’avoir rien vu

Souvent sans le vouloir
Nous passons à côté
Des choses essentielles
De ces temps
Dont on dit
Qu’ils sont les derniers



© Jacques Herman – 2007

23:50 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Coiffeur

Mes cheveux sont trop longs
Il me faut les couper
Où dénicher un coiffeur
Qui puisse libérer
Ma tête de ce poids
D'inutile présence

Celui que j'ai trouvé
N'a pas l'air méchant
Il lui faut un couteau
Qu'il pourrait
Dit-il
Emprunter au boucher
Un beau couteau tranchant
De la sciure
Pour absorber le sang
De l'eau pas trop gazeuse
Pour tout nettoyer

J'ignore encore
Si je vais rester
Dans ce fauteuil
Où je me suis assis confiant



© Jacques Herman 2005

23:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Virginie

Virginie
Virginie
Tu t'enfonces comme un clou
Dans la chair molle du jour

Tu portes sur le cou
L'empreinte de tes mains
Tu tentas souviens-t'en
De t'étrangler toi-même

Et demain
Demain sûrement
Malgré ton jeune âge
Tu t'étoufferas
Comme une rumeur
D'elle-même s'éteint
Dans les rues d'un village


© Jacques Herman - 2007

20:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

C'est louche

Tout nous est trop léger
Ce matin de printemps
C’est louche

Pour peu
Nous serions même heureux
Le ciel est trop bleu
C’est louche

Le chant des oiseaux
Le parfum des lilas
L’odeur du pain frais
Qui vient de la boulangerie
Tout est fait
Dirait-on
Pour nous faire aimer la vie
C’est louche

Nous nous sommes croisés
Avenue du Maréchal-Leclerc
Et nous sous sommes souri
Alors que depuis cet hiver
Nous évitions de nous rencontrer
C’est louche

Mais ce qui me paraît
Plus curieux encore
Plus chargé de mystère
Et d’interrogations
C’est le nuage vert
Juste au-dessus de la ligne d’horizon


© Jacques Herman - 2006

18:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

L'imprimeur

Il a plongé les mains
Dans du métal en fusion
Un mélange d'étain
D'antimoine et de plomb

On crie tout autour de nous
Près des machines on vocifère
Mais lui ne bronche pas

C'est un sacré caractère




© Jacques Herman - 2007

15:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)