Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/10/2007

Lévitation

Elle avance d'un pas
S'arrête et voilà
Que descendent du ciel
Des poussières rougeâtres

Elle avance d'un pas
S'arrête et voilà
Qu'à l'horizon surgit
Une brume sépia
Qui se répand comme un voile
Au-dessus de nous
Qui observons la scène

L'aîné tombe à genoux
Et se met à prier
La vieille s'est arrêtée
Nous baissons les yeux
Puis fermons nos paupières

Quand nous les rouvrons
Nous la voyons quitter la terre
Et s'élever lentement
Par lévitation
Avant de disparaître
Définitivement


© Jacques Herman - 2007

13:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le pire

Il ne se passe à vrai dire
Pas d'instant dans la vie
Où je ne craigne le pire

Si la douleur abonde
C'est que le mal est venu
S'installer à mon insu
Dans l'attente qu'on l'active

Le pire a l'odeur
Acre des funérailles
Il s'enrubanne de blanc
Dissimule le sang
Il entaille
Parfois la peau

Le pire est un contre-chant d'amour
Et le cauchemar de mes nuits
A tout prendre m'est plus doux
Que la cruauté des jours


© Jacques Herman - 2006

00:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/10/2007

Comme Ophélie

Sa trace s’est perdue
Dans le canal
Le lieu semble idéal
Dans son allongement mystérieux

Elle s’est noyée
Dit-on
Comme Ophélie

Je me suis assis sur la berge
J’ai ramassé quelques galets
Et j’ai fait
Des ronds
Dans l’eau


© Jacques Herman 2005

23:52 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Voici

Voici l'ombre éblouissante
La noirceur aveuglante
Et l'élasticité du temps
Que nous voulons mesurer

Voici tout et son contraire
La fêlure des fous
Par où passe la lumière

Voici Dieu
Voici les hommes
Qui se prennent pour lui
Et les gens occupés
A se mourir d'ennui

Voici les machines
Bruyantes du destin
Et les étoiles qui brillent
Encore
Alors
Que la nuit vient de mourir
Il est six heures du matin

Voici les fiers tombeaux
Des moins que rien
Et le réverbère où Nerval s'est pendu
Et les nuages dans la tête
Des bipèdes humains
Qui n'en peuvent plus


© Jacques Herman - 2007

14:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Toutes les morts sont douloureuses

Toutes les morts sont douloureuses
Il n'en est aucune qui soit belle
Pas même m'entendez-vous
Celles qui sont au rendez-vous
Des délivrances fallacieuses
Ou de la geste d'un héros

Il n'est pas de mort heureuse
Et la pire
La plus cruelle
Est celle du jour
Au soleil couchant
Avec le noir cortège
Des heures à venir
Monotone à vomir
Comme les rengaines d'amour
Et pathétique
Comme l'espoir en l'avenir



© Jacques Herman - 2007

10:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le poids du ciel

Le poids du ciel
Ce soir est tel
Que les peuples tremblent
De peur
Ils redoutent
Sans doute
L'écrasement

L'homme est porteur
De bien des défauts
De nombre d'erreurs
De contradictions

Il aspire à son élévation
Mais frissonne à l'idée
Que viennent à lui
Les choses d'en haut


© Jacques Herman - 2007

09:58 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le marin mort en mer

Un marin meurt en mer
Sous le ciel insensible
Aux portes de la ville
Des gardes assoiffés d' éternité attendent
Qu'un ordre soit donné

Un bras soudain surgit
Dans l' air tiédi
Du soir
Un papier glisse
L'un des gardes le lit
Puis le brandit
Comme un ostensoir
Il revêt alors le masque
De la sérénité
Entre dans la ville et crie
Qu'un marin est mort en mer
Sous le ciel insensible

Maintenant le jour
Commence à se faner
Et la lune à se rire de nous
Les étoiles vont entamer
Un nouveau combat nocturne


© Jacques Herman 2005

05:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/10/2007

Le révolté

Tu ne pourras jamais
Blesser le ciel à coups de poing
Aucun gémissement
Ne l'atteint

Il est de la nature humaine
De naviguer comme un fragile esquif
Aux oiseaux seuls il appartient
De s'envoler à tire d'aile
Vers le lointain

Va-t'en compter les feuilles
Où le vent s'insinue
Et les rides du sable
Où l'écume de mer
Te léchera les pieds
Sondeur enfin des choses de l'autre côté
À l'écoute du ciel qui murmure sans fin


© Jacques Herman 2005

21:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Descendez dans l'arène du verbe

Pour commencer je vous invite
A l'oubli des cothurnes
Et au rejet des masques

Descendez dans l'arène du verbe
Tissez de fils d'or
Un ciel non asservi
Puis montez d'un coup d'ailes
Jusqu'à ce que l'oubli
Du monde en vous s'installe
Comme à la fin du jour
Le silence de la nuit

Par la magie des mots
Tous les bourbiers remplis
De peines innommables
Vous apparaîtront
Sous un jour nouveau


© Jacques Herman - 2007

15:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Du haut de la chaire

Frères et Sœurs
Rendons hommage
A la rosière du village
Qui prépare nos repas
Tralali
Tralala
Demandons au Seigneur
D’apporter sa bénédiction
Sur les artichauts bretons
Que nous mangerons ce soir
Dans la salle de paroisse
Décorée pour l’occasion
De serpentins
De guirlandes
Et de généreux bouquets
De fleurs en papier crépon

Ah oui Frères et Sœurs
Dieu est bon
Dieu est bon
Dieu est bon
Bon
Bon
Dieu est bon


© Jacques Herman - 2007

15:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)