Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/10/2007

Le remords

Il est là quelque part
Toujours prêt à surgir
Quand on ne s'y attend pas
On l'appelle remords

Epoux de la mémoire
Il n'en divorcera
Qu'à l'instant de la mort

Comment s'en délier mon Dieu
Comment
Le détruire
Le briser
L'anéantir
C'est toujours en vain que l'on tente
De lui interdire
Une nouvelle invasion de soi

Tapi dans l'ombre
Au fond de sa cage
Sans prévenir
Il en écarte les barreaux
Surgit en force et
Bondit sur la victime
Qu'il pénètre en silence

Il descend le long de l'échine
Et ne remonte pas
Il prend son temps
Brûle comme un acide
Grave des traces
De son passage
Rit sardoniquement
Et puis s'en va


© Jacques Herman 2005

11:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Deux trous de mémoire

J'ai creusé dans le trottoir
Deux trous de mémoire
De sable chaud
Je les ai remplis

A ce qu'il paraît
S'il faut en croire
La rumeur populaire
Le second trou serait
Ou trop rempli
Ou trop étroit
Tant pis
Pour moi

Je m'en retourne
Vaquer à
Mes travaux ordinaires


© Jacques Herman - 2007

11:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le petit jardin

De la fenêtre du premier étage
On peut tout voir
Sans être vu
Dans le petit jardin
Qui s'allonge nu
A nos pieds

Regarde la sarabande
Des sorcières sans âge
Ecoute l'appel douloureux
Du faisan et de la tourterelle
Sens-tu la menthe sauvage
Qui se marie au thym

Quoi de plus émouvant
Que la simplicité
De ces mètres carrés
Qui s'ouvrent au ciel
Et à l'éternité


© Jacques Herman 2005

11:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Assemblée de Juillet

Permettez que je vous présente
Un poisson rouge endimanché
Seul au monde à se déhancher
Entre les seins lourds d'une blonde

Elle eût sans doute préféré
Que l'animal nageât ailleurs
Mais la raison ma chère
N'est guère de mise
En notre demeure

Souffrez aussi que je vous dise
Qu'au plus haut point il me plairait
De vous compter au nombre
De nos invités d'honneur
A l'assemblée de juillet

Je la préside
Je l'anime
Je distribue les entonnoirs
Des journalistes se bousculent
Pour nous voir
Mais notre règle veut
Que nous restions discrets


© Jacques Herman - 2006

11:13 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/10/2007

Le couvent

Derrière la porte du couvent
Juste avant la grand-messe
Les sœurs attendent le dimanche
Qu'entre le vent

Dans les replis des bures blanches
Je ne sais trop ce qu'elles cachent
Peut-être un cierge
Ou un murmure
Un baiser volé
Un pot de miel
Ou de confiture
Des bribes de plaisirs pervers
Une feuille morte
Ou la trame du jour

C'est l'heure bleue tant espérée
Seul un filet de vent léger
Filtre
A travers la serrure


© Jacques Herman 2005

00:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Derniers vers

Lors de l'heure dernière
On verra peut-être ce qu'elle n'a jamais vu
Parce qu'elle était aveugle du coeur

Un petit lapin vert
Assis sur son derrière
Récitant des poèmes
De Breton
Supervielle
Apollinaire
Dans l'encoignure de la grille
Du cimetière

Ah la belle entrée
Peu solennelle mais que j'attends
Avec une indicible ferveur

Quand au clocher sonnera l'heure
Des comptes à rendre
Mes amis s'il en reste
Venus pour honorer
Ma mémoire funeste
Diront encore quelques vers
Qu'ils ont appris par coeur

C'est un grand privilège
De partir en fumée
Quand on sait
La valeur
Des mots que l'on profère


© Jacques Herman - 2007

00:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

Le clou

Le clou
Bénéficia
De circonstances atténuantes
En dépit de la cruauté
Des blessures infligées
A la plaignante

Pour la partie civile
Qui le prenait de haut
Il était malfaisant
Vicieux
Particulièrement tordu

Pour la défense
En revanche
Il était simplement marteau


© Jacques Herman - 2006

00:32 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Le rêve de Pierrot

Au clair de la terre
Mon ami Pierrot
Colle donc le nez à la vitre
Et voit
La femme qui court après les hirondelles
Le plombier rondouillard qui s'arrête de marcher
Le frémissement des arbres
Tout au long de l'allée

Le ciel devient pluie
Ton œil l'aperçoit-il
Et la femme s'efface
Et le plombier aussi
Les arbres crient
Mais on ne les entend pas
Seul de l'autre côté
De la buée que tu produis
C'est un poète qui passe


© Jacques Herman 2005

00:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Dans l'impudeur de leur nudité

Je sais par cœur
Les points communs
Entre les semelles usées
Les manteaux élimés
Les besaces vidées
De leur substance intime

Je sais par cœur
Toutes les rimes
A pauvreté
Misère
Désespérance
Humiliation

Je sais par cœur
Les dégâts nés
De leurs souffrances
De leurs douleurs
De l'impudeur de leur nudité

Il ne nous reste
A ce qu'on dit
Qu'à les panser
Dans un abri de fortune
A peine protégé
De la pluie et du vent
Comme on panse les grands blessés
A l'issue de combats sanglants


© Jacques Herman - 2007

00:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

03/10/2007

Naissance

Tout nu
Tout plissé
Tout rose
Le voici venu
A l'orée des choses
De la vie
Sans l'avoir voulu

On le trouve joufflu
Mai on dit aussi
Qu'il ressemble un peu
A la tante Jeanne
Par la couleur des yeux

On se réjouit
On brame comme lui
Areuh
Areuh

Passe le temps
Il étudiera
Se mariera
Puis divorcera
Mourra d'un cancer
Ses cendres seront
Eparpillées au vent
Mauvais d'un hiver



© Jacques Herman - 2007

21:31 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)