Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/10/2007

Notes salées

Jamais
Je n'ai pu lire
Les partitions
Musicales

Je m'égare dans les portées
Je me perds
Dans le dédale
Des clés
Des doubles croches
Et des soupirs

Oserais-je cependant dire
Sans vouloir me flatter
Que du bout de la langue
Il m'est souvent arrivé
De reconnaître
Les notes salées


© Jacques Herman - 2006

11:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Dans les ailes du moulin

Il s'est pris les pieds
Dans les ailes du moulin
Et s'est mis à tourner

Lui fallait-il hurler
Alerter le meunier
Jusqu'à l'épuisement
Espérer ardemment
Qu'il vînt le sauver
Ou valait-il mieux qu'il confiât
Son sort au destin
Qu'il se laissât emporter
Sans rechigner
Sans maudire
Calme
Sage
Serein

Mais le vent
Soufflait si fort
Que la vitesse
De rotation s'accrut
Il tomba raide mort
Dans l'herbe
Comme un crachat



© Jacques Herman - 2006

09:56 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Adieu

Adieu sentiers sinistres et tortueux
Adieu pentes savonneuses
Et chemin si creux
Qu'ils vous servent de tombes

Adieu ronces
Buissons épineux
Racines qui surplombent
Les herbes mortes depuis longtemps
De chagrin
Ou bien d'étouffement

Je tente ainsi
Souvent en vain
D'effacer mes noirceurs maladives
De chanter en fausset
Des heures claires
Et heureuses
De sortir de mon ravin
De marcher enfin sur
Des pistes lumineuses


© Jacques Herman 2005

09:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Un chien jaune endormi

Ah pour sûr je l'ai vu
Qui tournait et tournait
Tout autour de la ville
Comme plein d'embarras
Tout chargé de fatigue
Et de rêves stériles

Ah pour sûr que j'ai vu
La bourrasque qui l'emporta
Comme une feuille légère
Jusqu'à ce qu'on ne le voie plus

C'était un homme trapu
Qui naviguait entre deux âges
Et dont le sillage
Dans le ciel a disparu

Il ne reste de lui
Qu'une image confuse
Et soluble dans l'air
Et dans une maison
Noyée de solitude à l'orée du village
Un chien jaune endormi



© Jacques Herman - 2007

09:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Tourner la page

Encore une page
Non écrite mais qu'on tourne
Parce qu'il faut
Bien avancer
Jusqu'à
La suivante

Il n'en reste plus qu'une
Je te la remplirai
De mots tendres
De mots d'amour
De mots si flatteurs
Eu égard à ton âge
Que jamais plus tu ne voudras
Que l'on tourne la page


© Jacques Herman - 2007

01:00 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Crapauds fardés

Mon humeur il est vrai
Me paraît bien morose
Et si j’admets
Que je ne suis pas à la fête
Ce soir c’est que je me repose
Et que de sombres pensées
Me trottent par la tête

Mais à l’aube demain
Aussitôt que près de ma fenêtre
Viendra chanter l’oiseau moqueur
Les idées noires se changeront en fleurs
Et des crapauds grotesques
Que la lumière engendre
Déguisés
Grimés
Outrageusement fardés
Viendront chanter en chœur
Des airs connus
Que jusqu’à ce jour
Je refusais d’entendre



© Jacques Herman - 2006

00:57 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Avis mortuaire

Monsieur Tel et Tel et son amie Tsoin Tsoin
Son fils et sa presque bru

Madame Bel et Bien
Sa petite-fille
Rouquine
Coquine

Mona
Lisa
Tutti
Quanti
Ses nièces et ses
Neveux bien-aimés

Et puis tous ces gens
Qui se mettent à pleurer
Bêtement

Ont la douleur de vous faire part
Du décès de La Vieille
A la veille
De sa centième année

La messe sera célébrée
En vitesse
Chapelle B
Lundi premier avril
On est prié de ne pas
Se découvrir d'un fil

Ni fleurs
Ni couronnes
Mais on peut penser
A son chat
Qui ronronne
Sur le palier



© Jacques Herman - 2007

00:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/10/2007

Coureurs nus du bord de mer

Très apeuré
Craintif
Mal à l’aise aussi devant
Vos grands fronts pensifs
Je dirai cependant
L’un de mes derniers rêves

Tandis que près du môle se lève
Le soleil pâle qui doit ouvrir
La carrière du jour
Des hommes nus courent
En quête de rien
Car tout est vide jusqu’à
La frontière hollandaise
Et la brume au-delà
Du collier des dunes
Sans doute empêchera
La course d’aller plus loin

Tout s’achèvera tantôt
Parmi nous qui ramassons
Des bivalves déposés
Par la dernière marée haute

Je vois à vos yeux rieurs
Que vous croyez que je délire
Eh bien non
Pour une fois
Mon rêve est aussi calme et plat
Que l’est en ce matin frileux
L’humeur lisse et douce de l’eau de mer
Sous le ciel bleu


© Jacques Herman - 2007

19:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Dans la banlieue londonienne

La tour Eiffel est en balade
Dans la banlieue londonienne
Elle y réside incognito
Depuis deux ou trois semaines
A peine
Mais des Sioux emplumés
De la tête aux pieds
L'ont remarquée

Ils font la file indienne
Pour la photographier
Puis excités par l'événement
Ils se poussent du coude
Se bousculent

La tour Eiffel qui a tout vu
Tente de prendre du recul
Mais en vain

Pour sûr on la verra demain
Dans la presse locale
A la page spéciale
Des chiens écrasés




© Jacques Herman - 2007

18:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Chien méchant

Je serais ce chien méchant
Qu'un portail en bois blanc
Sépare
Du monde des passants
Ce cerbère orageux
Mais en manque de deux
Têtes pensantes

Ma niche dégage
Des odeurs fétides
Mon écuelle est vide
Et ma chaîne est rouillée

Je ne suis pas d'humeur sociable
On me dit même irritable
Ombrageux et fêlé


© Jacques Herman - 2006

14:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)