Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/10/2007

Anne ma soeur

Anne ma soeur Anne
Du haut du donjon
Que vois-tu venir
A l'horizon

Je vois des chiffres et des lettres
Un grand chaperon rouge
Un énorme Poucet
Des ogres minuscules
Des loups pitoyables
Un essaim d'abeilles
Et de guêpes mêlées
Par sainte Solidarité
Des soldats déguisés
En animaux sauvages
Les résidus d'un ouragan
Un vol d'oies sauvages
Je vois du linge décoloré
Un défunt embaumé qu'on porte sur un pavois
Un vicomte pourfendu
Du type italocalviniste
Et je vois la nuit mince
Qui vient comme une chevelure
Et qui s'étend sur la forêt voisine
Tandis que le ciel partout ailleurs
Reste clair comme l'eau de roche
Qui coule sur mes mains
Et dans laquelle parfois je lave
Minutieusement
Les heures sombres du destin



© Jacques Herman - 2007

14:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Champ de bataille

Le terrain
Est devenu boueux
A cause de la pluie

Des brancardiers s'affairent
Ils déposent des corps
Sur des couches de pailles

Ne vous approchez pas
Du champ de bataille
Vous pourriez y tacher
Vos habits

Le village voisin
Est à jamais endormi
Dévoré par les flammes
Depuis l'aube

Entre les bruits confus des armes
On tente mais en vain
De discerner l'appel
Des hommes qui se meurent
Et se tordent de douleur
Sous le feu de l'ennemi

Ne vous approchez pas
Du champ de bataille
Vous pourriez y tacher
Vos habits


© Jacques Herman - 2006

14:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Chapeautée mais nue

Toute la côte est parsemée
De coquillages blancs
Roses
Ocre jaune
Brun foncé
Couteaux
Moules
Patelles
Bivalves striés
Et tant d’autres espèces
Qui me sont inconnues
Comme vous l’êtes vous-même
Quand vous vous promenez
Chapeautée mais entièrement nue
Dans le sable mouillé



© Jacques Herman 2007

14:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Au bord de la Dranse

Je m'étais assis
Au bord de la Dranse
Observant un vieillard
Qui me semblait issu
Du passé savoyard

La main gauche appuyée
Sur une canne rustique
Il portait des chaussures crottées
Des guêtres en cuir brun
Toutes boutonnées
Un chapeau rond comique
Une veste de velours côtelé

Des rides profondes lui avaient creusé
Le front
Le cou
Et les joues livides

Il devina sans doute
Près de lui ma présence
Et quoiqu'il me parût
Peu craintif
Impavide
Il pressa le pas
Puis il disparut



© Jacques Herman - 2007

14:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Bouboule

J’ai perdu Bouboule
Me reste à pleurer
J’ai perdu la boule
On me dit fêlé
Alors à tout prendre
Mieux vaut m’en aller


© Jacques Herman 2005

14:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Ne t'en fais pas pour ça

Marie
Marie
La vie s'en va
Comme l'eau de pluie
S'écoule du toit
De la maison

Marie
Marie
Ne t'accroche pas
Au rebord du balcon

Lâche prise
Marie
Laisse-toi tomber
Du douzième étage

Je m'occuperai
De ton violon
De ton jeune teckel
Des géraniums
De la plante verte du salon

Ne t'en fais pas pour ça
Marie
Ne t'en fais pas pour ça


© Jacques Herman - 2007

13:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

A la régionale des saules pleureurs

L’accueil à dire vrai
M’a paru très étrange
Inattendu
L’assemblée régionale
Des saules pleureurs
N’est plus ce qu’elle fut

A présent on y rit
On y chante
On y danse
On y joue
On s’y bécote aussi

C’est  d’une tristesse infinie
D’une tristesse infinie


© Jacques Herman - 2007

13:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Ecrire des choses plaisantes

Il posa sur un papier blanc
Trois mille deux cent cinquante-quatre mots
Alignés sagement
Mais les mots étaient sombres
Et les idées si noires
Que le papier jaunit
Prématurément

N'écrivez plus que des choses plaisantes
Imbéciles heureux qui souhaitez
Conserver pour toujours
La blancheur du papier



© Jacques Herman - 2007

12:30 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Gros bêta

Pour le nain de jardin
Que les ans
Inconscients
Sans le vouloir abîment
L'enfant récite
En son for intérieur
Une prière
Apprise naguère
Et qui croit-il
Le guérira
Lui rendra ses couleurs
Et son honneur
Perdu

Mais le nain de jardin
N'en a rien à faire
Il sourit
Il sourit
Bêtement comme il se doit
Pour un gros bêta
Figé depuis trente ans
Au pied
D'un sapin blanc


© Jacques Herman - 2007

12:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

Cette bouée de sauvetage

A l'avenir vous ferez naufrage
Sur le sable blanc de plages
Plus faciles à détecter
Que ces lieux inhospitaliers
Où nous venons si souvent
Vous rechercher
A contre-coeur

Il ne me semble pas prudent
Compte tenu de votre âge
De conquérir les océans
Ni à la voile
Ni à la rame
Ni même à la vapeur

Conservez donc par-devers vous
Cette bouée de sauvetage
Comme l'ultime témoignage
De vos erreurs


© Jacques Herman - 2006

12:26 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)