Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/03/2013

Tout ce qui brillait

Tout ce qui brillait

De mille feux soudain

Au milieu de la nuit

S’est éteint

 

On étouffe 

A dit quelqu’un

L’obscurité me fait peur

 

C’est le châtiment 

S’est exclamé

Un prophète de malheur

 

Une panne ordinaire

Un incident vulgaire

A déclaré 

Péremptoirement

Une mienne voisine

Jamais encline

A douter

 

La jeune fille aveugle

Accrochée à mon bras

A peine s’étonna

Que l’on ne vît plus rien

 

 

Jacques Herman

2013

 

11:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

21/03/2013

Je te rendrai ce soir

Je viens de voler

Un rayon de lumière

Du soleil levant

 

Je le sens qui trépigne

Au fond de ma poche

 

On le dirait 

A deux doigts

De suffoquer

 

Tiens bon lui dis-je

Sois patient

Si tu survis

C’est promis

Je te rendrai ce soir

Au soleil couchant

 

 

Jacques Herman

2013

 

18:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/03/2013

Du velours de la nuit

Il ne s’adonne jamais

A des tours de passe-passe

Et n’a que dédain

Pour les tapis volants

La malle des Indes

Et la divination

 

Il n’a pour horizon

Dans le temps qui trépasse

Que la transmutation

Du velours de la nuit

En un tissu de jour

 

Tendant les bras le soir

Au-dessus de son lit

Il choisit dans le ciel

L’une des étoiles

Et la touche croit-il

Du bout de ses doigts

Et l’atteint au coeur

Au nom de l’amour

Des âmes éclairées

 

Délicatement

Sans dire un seul mot

Il la pose alors

Sur son oreiller

 

 

Jacques Herman

2013

 

09:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

18/03/2013

Un vendeur

La liberté meurt

D’un trop-plein de vie

Me dit un vendeur

Dans une boutique

D’ampoules électriques

Rue des Trois-Fleurs

Près de la Bastille

 

 

 

18:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/03/2013

Effacer les traces

Il suffit qu’un peu de nuit

Recouvre d’un pan

De son manteau le jour

Pour que 

Dans l’espace intime

Des rues de la cité 

Des bras 

Des mains

Des lèvres

Des coeurs

Vibrent à l’heure

De l’amour

En venant se toucher

 

Assurer la survie

Impose le silence

Et sous forme de pluie

Des rideaux de désir

 

Il suffit qu’un peu d’eau

Et le souffle du vent

Constamment effacent

En bord de mer les traces

Des pas des amants

 

 

Jacques Herman

2013

 

09:19 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/03/2013

Pour le prix d'un frisson

Assieds-toi donc

A mes côtés

Au bord de l’eau 

Que le ciel bleuit

En ta présence

Mais qui sans toi

Se recouvre de gris

 

Dénombre les sapins

Les frênes 

Les bouleaux 

Les mélèzes 

Les chênes

Et compte les oiseaux

Qui volent à notre aplomb

 

A nos pieds dans l’étang 

Des bancs de poissons

Nagent dans l’indifférence

Tandis que nous nageons

Chaque jour en silence

Pour le prix d’un frisson

 

 

Jacques Herman

2013

 

 

14:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/03/2013

Un peu plus loin

Il se baisse un peu

Tend la main 

Mais n’atteint pas

La plume

Qui vient de tomber

De la gouttière

 

Il redouble d’efforts

Mais en vain

 

Finalement

Il s’agenouille

Sur le pavé

Comme s’il s’agissait

D’une prie-Dieu

 

Mais le vent soudain

Pousse la plume blanche

Un peu plus loin

 

 

Jacques Herman

2013

 

21:27 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2013

Tendre les bras

Surprendre le vent

Etonner les collines

Stupéfier le temps

Dérouter les nuages

Et par-dessus tout

Renverser les montagnes

Consterner les étoiles

Et mordre à belles dents

Les humeurs de passage

 

Imposer le secret

Pour que l’amour perdure

Exiger le silence

Des nuits que les jours

Offrent en pâture

 

Enfin tendre les bras

Pour saisir l’horizon

Qui sépare le ciel

Le sable ou le limon

 

 

Jacques Herman

2013

 

 

17:07 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

06/03/2013

Coeur à coeur

Les mains enlacées

Corps à corps

Coeur à coeur

Ils écoutent du ciel

Les échos amoureux

Qui s’accordent au vent

Au soleil

A la pluie

Aux nuits claires

Ou brumeuses

Et qui bravent le temps

 

Il n’est au monde qu’eux

A connaître l’instant

A connaître le lieu

 

Ce qui résonne en eux

Remplit les silences 

Et les vides du monde 

S’y abreuvent un peu

 

 

Jacques Herman

2013

11:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

03/03/2013

Théories fumeuses

Il a passé la corde

Autour du cou

De la nuit sans lune

Puis il s’est pendu

Sans qu’on n’ait jamais su

Quelle mouche avait pu

Le piquer

 

On accusa sans preuve

Le soleil de l’été

L’impétuosité du vent

Et la férocité

Des terres limoneuses

 

On supputa beaucoup

On comméra longtemps

Et on échafauda

Des théories fumeuses

 

 

Jacques Herman

2013

 

14:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)