Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2012

Deux corbeaux

Deux corbeaux

En livrée blanche

Haut perchés

Sur une branche

Hennissent

Aboient

Miaulent

A longueur de journée

 

Deux vieillards enivrés

Les observent remplis

D’étonnement

Et comme émerveillés

Puis poursuivent en croassant

Leur marche hésitante

A travers les champs

 

Deux étoiles furieuses

De ne pas briller

Dans le ciel regorgeant

Du soleil de l’été

S’impatientent

La nuit leur semble

Ne pas vouloir tomber

 

 

Jacques Herman

2012

12:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

20/07/2012

Sous la lampe de bronze

Les doigts s'étiraient

Sous la lampe de bronze

Paraissaient hésiter

Un instant puis soudain

Pris de rage fiévreuse

Saisirent la page

Pour la chiffonner

 

Les quelques lignes 

Débordant de ratures

S'en allèrent rejoindre

Leurs consoeurs évincées

 

Une oreille attentive

Les entendait gémir

Et pleurer sur leur sort

Au fond du panier

 

 

Jacques Herman

2012

 

12:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2012

J'ai toujours voulu voir

J’ai toujours voulu voir

En bleu pâle le gris

Et en rose le noir

 

Effacer les ombres 

Qui s’allongent le soir

Et qui hantent la nuit

 

Enfin tordre le cou

A ces monstres hideux

Dont les traits se font

Et se défont à loisir

Et qui ricanent

Et qui vous narguent

Et qui pour finir

S’emparent de vous

Et vous tuent 

A petit feu

 

 

 

Jacques Herman

2012

14:51 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

13/07/2012

Une petite voix

Une petite voix

Nasillarde

Et placée si haut

Qu’elle risque en tombant

De se fracasser

 

Une voix métallique

Qui commence à rouiller

Longtemps avant l’âge

 

Une voix de scie

Qui déchire le ciel

A l’aplomb

Des arbres débités

Par des scieurs de long

 

Une voix stridente

De vieux rossignol

 

Une voix lancinante

Douloureuse comme

Une plaie béante

Qui refuse

Obstinément

De cicatriser

 

 

Jacques Herman

2012

 

17:48 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/07/2012

Arrivée dans l'étang

Toujours en retard

La grenouille enfin

Se jette à l’eau

 

Cette fois dit-elle

En narguant les poissons

Vous ne direz plus

Que je ne suis pas

Arrivée dans l’étang

 

La carpe étonnée

De ses beaux gros yeux ronds

Consulte sa montre

Et n’en croit pas ses yeux

 

Les algues

Et les fleurs d’eau

Applaudissent en choeur

Pour la première fois

La grenouille est à l’heure

 

 

Jacques Herman

2012

 

09:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/07/2012

Sur le clavier des jours

Du bout des doigts

Sur le clavier des jours

Tu laisses des traces

Qui frissonnent souvent 

Comme des mots d'amour

Clairs ou ténébreux

Qu’un vent léger

Tremblant

Incertain

Parfois se plaît

A effacer

Et dont la survie

Dépend de silences 

Puissants et douloureux

Brûlants comme à midi

Le soleil des étés

 

 

Jacques Herman

2012

12:24 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/07/2012

Par la petite porte

Le vent m’ouvre ses bras

Et m’emporte si loin

Que l’horizon me semble

A portée de la main

 

Mais ce n’est qu’illusion

Comme le dernier des couards

Comme un traître

Un fuyard

Il s’éloigne sans fin

 

Que l’heure avance

Ou que mue soudain

Par une étrange idée

Elle ne se décide

A reculer

Peu m’importe

 

L’espace à l’évidence

N’est plus ce qu’il fut

Et le temps lui-même 

S’est distendu

Jusqu’à tirer 

Sa révérence

Et à sortir d’ici

Par la petite porte

 

 

Jacques Herman

2012

 

14:52 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/07/2012

Tournez la page

Tournez

Tournez

Tournez la page

Même si la suivante 

Est pire

Et plus noire

Et plus endeuillée

Lourde de souvenirs

Qui ne sont pas encore nés

De remords à venir

Et de tant de couleuvres

Qu’il vous faut avaler

 

Le présent appartient

Déjà au passé

Sinistre

Ravageur

Comme le passage

Des chars d’assauts

Sur les champs de blé

 

Le présent n’a pas l’heur

Par sa nature-même

De durer

 

Restent les pages blanches

Qui vireront au gris

Un peu argenté des terres

Après les grandes pluies

Et qui finiront

Comme nous

Inutiles

Marris

En un peu de poussière

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/06/2012

Angoisse

L’étau se resserre

Les mâchoires bientôt

Vont se rencontrer

On annonce que

Des fièvres légères

Grimpent en crissant

 

C’est un torrent de lave 

Qui cherche son issue

Dans le désert brûlant

Des sables chauds de l’âme

 

C’est dans le coeur meurtri

La victoire absolue

De notre déraison

 

C’est enfin le reflet 

Douloureux et tremblant

Des vieux saules intimes

Qui bordent les étangs

De nos fragilités

 

Mais l’étau à présent

Vient de se refermer

Sur le bal des ardents

Dont il ne reste plus

Qu’un peu de fumée

 

 

Jacques Herman

2012

22:12 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

25/06/2012

A l'ombre de nous-mêmes

La vieille maison 

Que je viens de quitter

Pleure de toutes ses pierres

 

Le trottoir à ses pieds

Prend un air de ruisseau

Dont la peau frémit

Sous les gouttes premières

D’un nuage de pluie

 

La vieille maison

Affrontera sans moi

L’arrivée de l’hiver

Puis des autres saisons

 

La vie parfois nous joue

Des tours pendables dont

Nous nous considérions

Largement à l’abri

Et sans dire un seul mot

A l’ombre de nous-mêmes

Alors nous nous cachons

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)