Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/05/2012

On n'impose rien

On n’impose rien 

Ni au souffle du vent

Ni à l’eau des ornières

Au contour d’un chemin

 

On ne force la main

Ni des grains de poussière

Ni des miettes du temps

 

 

Jacques Herman

2012

 

22:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/05/2012

Défloraison

La défloraison

C’est la chute inexorable

Des pétales du temps

A la morte-saison

 

C’est le bleu affadi 

Le rouge défraîchi

Le jaune délavé

Des fleurs dans un vase

Dont l’eau n’a jamais

Eté renouvelée

 

C’est l’ombre des heures

Qui survole en courant

Les champs dénudés

 

C’est un peu du présent

Que nous conjuguons

Toujours au passé

 

 

Jacques Herman

2012

 

20:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/05/2012

Skull

Rire de toutes ses dents

Voir le monde de ses orbites vides 

Grandes ouvertes

Sur le néant

 

Ne respirer plus

Que le dépôt

De la poussière du temps

 

Attendre patiemment

Le jugement dernier

Sans que plus rien ne semble

Le faire désirer

 

Ne plus percevoir

Les chuchotements

Les ragots

Les bruits de couloirs

 

Ne plus jamais trembler

Quand souffle le vent

 

Laisser venir à soi

Les vieux qui déjà

Sans le vouloir

Ont fait le premier pas

 

Juste frémir de joie

En imaginant

Qu’ils seront 

Très bientôt suivis

Par les petits enfants

 

 

Jacques Herman

2012

 

10:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/05/2012

Myrtille

Dans les yeux de Myrtille

Que de poussières 

Que de poussières

Rien à vrai dire qui ne scintille

Mais des cendres d’amours

Depuis longtemps refroidies

Et sur son corps

Que le vent dénude

Des relents de terre humide

Et des effluves de mort

 

Ses lèvres blanchies

N’articuleront plus

Jamais aucun mot

 

Au plus près de ses pieds

Je dépose des fleurs

Un brin défraîchies

 

 

Jacques Herman

2012

 

15:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

02/05/2012

Marrakech

Seize heures trente à Marrakech

Ce mardi trois janvier

 

De la montagne

Qui lui est dédiée

Atlas à ce que l’on dit

Va  bientôt débouler

Les cheveux au vent

 

Il s’arrêtera

Dans une venelle

Près de la place

Jemâa el Fna

 

Sur la façade 

D’une maison

De la ruelle on fixera

Rappelant à jamais

L’épisode insensé

Inattendu

Inespéré

De l’un des Titans

Une pierre gravée

Sur laquelle on lira

Cette étrange mention

 

C’est en ce lieu

Qu’Atlas s’arrêta

Pour humer l’air

De la médina

 

 

 

Jacques Herman

2012

 

14:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

30/04/2012

Que fait l'heure

Que fait l’heure

En ce lieu

Si sombre qu’une flamme

Désespérée s’est pendue

 

Que fait l’heure

Sans corps

Sans âme

Détachée

Des rouages du temps

Sans aiguilles

Sans ressort

Sans cadran

 

 

Que fait l’heure

Solitaire

Désemparée

Dans un terrain vague

Sous le ciel plombé

 

Toi qui ne pleures jamais

Que sur toi-même

T’en es-tu seulement inquiété

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

28/04/2012

Unissons nos pensées

Tu lèves les yeux au ciel

Tu ne vois qu’un plafond

Et quelques araignées

 

L’une d’elles me dis-tu

Envisagerait

De se suicider

Unissons nos pensées

Nos prières

Et nos voeux

A aucun prix je ne veux

Qu’elle ne meure en tombant

Sur le plancher

 

L’araignée se ravise

Sa mort n’est donc pas

Au programme du jour

 

Mais pourquoi prétends-tu

Que Dieu l’a sauvée

Par son immense amour

 

 

Jacques Herman

2012

 

00:59 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

26/04/2012

La mort est là qui te va comme une gant

A quelques pieds de toi

Sous ta fenêtre 

La mort est là

Qui te va comme un gant

 

Elle te sourit

De toutes ses dents

Par ce matin brumeux

Du printemps qui vient de naître

 

Elle te tend ses longs bras

Décharnés et ses doigts 

Griffus prêts à saisir

Ta vie qui s’éteindra

Comme se fanent les fleurs

Quand dans le ciel sonne l’heure

De l’ultime combat

 

 

Jacques Herman

2012

17:17 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2012

Dix minutes à peine

Dix minutes à peine

Se sont écoulées

Depuis que le train

S’est arrêté en gare

Et tu rêves déjà

D’un nouveau départ

 

Pourtant un jour ici

Les trains resteront pris

Dans les sables du temps

 

Les voies seront désaffectées

L’herbe folle les aura

Totalement envahies

 

Les aiguilles de l’horloge

Se seront arrêtées

Et des gamins désoeuvrés

Souriront bêtement

Devant les vitres

Qu’ils auront brisées

 

Plus personne ne s’assiéra

Sur les vieux bancs pourris

 

 

Jacques Herman

2012

 

09:08 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/04/2012

Cendres projetées

Nous marchons silencieux

Sur le sentier boueux

Qui longe la forêt

 

Le soleil et le vent

Vont bientôt balayer 

Les traces 

Que nos pieds trop naïfs

Ont cru avoir laissées

Pour toujours

Derrière eux

 

Elle vont s’envoler

Comme nous-mêmes un jour

Nous nous envolerons

Quand des mains familières

Projetteront nos cendres

Au-delà des barrières

Visibles de l’horizon

 

 

 

13:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)