Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/03/2012

Les mots vagues

Les mots vagues 

A nul autre pareils

Portent à jamais

L'écume des mers

 

Ils se balancent au gré

Des flux et des reflux

Sur lesquels aucun

D'entre nous n'a maîtrise

 

Il arrive parfois

Qu'ils se dissolvent tandis

Que les mots clairs

Et trop bien définis

Se brisent en tombant

Comme des plaques de verre

 

 

Jacques Herman

2012

 

 

09:23 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/03/2012

Ce n'est rien

Ce n'est rien

Juste un baiser de l'herbe tendre

Sur le cou de l'homme

Qui vient de s'effondrer

 

Ce n'est rien

Juste une larme versée

Par une passante

Près du corps

Qui vient de tomber

 

Ce n'est rien

Juste un peu de vent frais

Venu de l'autre bout du quai

Et qui vibre en sifflant

 

 

Jacques Herman

2012

21:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/03/2012

Le lac est gris

Le lac est gris

Et triste et beau

De Saint-Gingolph

A Meillerie

Et sans doute au-delà

Pareillement

Mais le Chablais vu d’ici

Comme une belle qui se dévêt

Ne se montre que

Parcimonieusement

 

Je devrais me lever

Ou bien pencher la tête

En direction d’Evian

Mais la fatigue aidant

Je contrains  mes yeux

A voir ce que je peux

Sans exécuter

Le moindre  mouvement

 

C’est ainsi qu’en demeurant

Assis sur ma chaise

J’aperçois exactement

Un carré de vignes du côté de Lutry

Du feuillage bruni

Et quelques maisons blanches

Et plus près de moi

Les toits de Pully

Et des peupliers

Qui bordent le Léman

 

 

Jacques Herman

2012

11:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/03/2012

Deux fenêtres ouvertes

Deux fenêtres ouvertes

Laissent échapper les cris

Issus pour les uns des ardeurs du plaisir 

Et pour d'autres des affres

Des douleurs infinies

 

Mais qu'importe puisqu'au soir

La rue

La cour

Et le jardin

Se fondent sans brocher

Dans la lumière exsangue

Des limbes de la nuit

Et que tout s'entremêle

Si confusément

Que l'on ne distingue plus 

Le chant des oiseaux

De la mélopée du vent

Ni l'appel au secours

Du râle d'un mourant

 

A l'aube on le sait

On ferme les fenêtres

Et la vie 

Redevenue banale

S'offre un nouveau visage

Impavide comme 

Un masque vénitien

Lisse 

Glacial

Et sans âge

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/03/2012

Chacun des souvenirs

Chacun des souvenirs

Que nous portions au coeur

S'imprimait dans la neige

Au rythme de nos pas

 

Tu reconnus le pont

Je reconnus l'église

Et l'immense maison

Où nous avions vécu

Seule s'était plu

A nous faire faux bond

 

Nous avons retrouvé

Le parfum des tilleuls

Qui flotte toujours

Sur les bancs défraîchis

 

Nous avons sans rien dire

Avisé le plus vieux

Et nous nous sommes assis

En baissant les yeux

 

 

Jacques Herman

2012

 

23:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/03/2012

Nous vous invitons

Le temps va passer

Nous dit-on c’est pourquoi

Nous vous invitons

A vous regrouper

Derrière les barrières

De sécurité 

 

Dès qu’il surgira

Au bout de la rue

Aussitôt que

Vous entendrez ses pas

Vous agiterez 

Vos petits drapeaux

Comme s’il était le roi

 

Au bout de deux heures

La fatigue nous gagna 

Sans que  le temps 

Jamais ne se montrât

 

 

Jacques Herman

2012

 

13:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/03/2012

Billet doux

Elle serre si fort les doigts

Qu'on dirait un grattoir

Qui creuse le sable

Blond de la plage

 

Au fond du trou

Délicatement

Elle souffle comme

Sur une phrase au crayon

Passée sous la gomme

 

Et tandis

Qu'elle se relève

Lentement je m'accroupis

Pour creuser à mon tour

Un tout petit trou

Juste assez large pour

Que je puisse y cacher

Les fragments jaunis

D'un vieux billet doux

 

 

Jacques Herman

2012

 

15:17 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/03/2012

Baisser les bras

Dans l'eau noire de l'étang

La carpe tourne en rond

Lentement

Le coeur débordant

De glauque solitude

 

La mort qu'elle espère

L'ignore ostensiblement

 

 

Dans le ciel

Des corbeaux croassent

 

Au loin

Une fumée d'incendie

Se répand dans le ciel rougeoyant

 

Des mouettes rient

Car les anges en passant

S'y brûlent les ailes

 

Le poissons tourne en rond

Inlassablement

 

Donnez-moi la clé du monde

Dis-je à des des gens que je ne connais pas

Alors que je meurs d'envie

De baisser les bras

 

 

Jacques Herman

2012

15:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

05/03/2012

Salade de temps

Trois heures et deux minutes

Quelques secondes aussi

Pour assaisonner

 

Un peu de temps perdu

Pas trop

Juste une pincée

 

Et deux longues cuillères

Pour tout mélanger

 

 

Jacques Herman

2012

 

14:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/03/2012

D'un coup de sarbacane

Les mots

Que tu poses

Sont si gras

Si suintants

Que je glisse sur eux

Comme sur le verglas

 

J'en ramasse parfois

Quelques-uns que je décape

Et qu'allégés j'envoie

D'un coup de sarbacane

Sur l'une des faces

Rêches de la montagne

Qui se dresse

Comme un monstre gris-bleu

En plein milieu

Du ciel en face de moi

 

 

Jacques Herman

2012

15:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)