Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

20/01/2012

Les portes du ciel

Sur la plage déserte

Sans doute à cause du froid

Elle chemine tremblante

La laisse entre les doigts

Et le chien toujours surpris

Par le seul bruit des vagues

Sans cesse renouvelées

N'en finit pas d'aboyer

 

Le soleil à cette heure

Rosit du plaisir

De pouvoir se coucher

 

Les nuages à l'Occident

Doucement s'étirent

Comme un tissu laineux

Partout effiloché

 

Elle dénoue ses cheveux

Détache le corgy

Lance un bâton noueux

Qu'aussitôt il rapporte

 

La fin du jour fraîchit

Le ciel va bientôt

Fermer toutes ses portes

 

 

Jacques Herman

2011


14:46 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/01/2012

Recours au clavier

L'encre des mots

Refuse de sécher

C'est d'après ce que l'on dit

A cause de la grève 

Des fibres du papier

 

Le poète peut bien

Ecrire au crayon

Mais les gommes aussitôt

Comme une armée en marche

Viennent tout effacer

 

Il ne reste donc rien

D'autre à l'écrivain

Que le triste recours

A l'usage du clavier

 

 

Jacques Herman

2011

 

22:42 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/01/2012

Porte de ville

Son coeur s'est rempli

De pétales fanés

De fleurs inconnues

Qui embaument l'été

Mais à l'automne puent

 

Il avise la tour

Carrée au bout du pont

Qui fait porte de ville

 

Sous la grande arche sombre

A cette heure tardive

Il songe à se cacher

A se faire oublier

Tapi tout contre le mur

Puis y mourir tranquille

A l'abri du regard

Des passants trop pressés

 

 

Jacques Herman

2011


09:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/01/2012

Labours

Tout en ces replis

Des labours de l'hiver

Se décline dans les tons

Du champ nourricier

Vierge de ce qui sera ensemencé

Dépourvu de l'espoir que les mains

De le semeuse

Vont un jour disperser

 

Les jours et les nuits

Sont du temps suspendu

De la vie arrêtée

Une image figée

D'un film qui s'entête

A ne plus défiler

 

Le brouillard à lui seul

Se plaît à fixer

Les choses et bientôt

On dirait que la vie

Cherche à se congeler

Dans l'attente infinie

D'une séquence prévue

Mais qui tarde à pointer

Le bout de son nez

Que la bise a rougi

 

 

Jacques Herman

2011

 

17:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/01/2012

Voyante

Dressée sur la pointe des pieds

Le cou tendu

Jusqu’à la déchirure

Les yeux rivés

Sur le monde alentour

La voyante ne voit rien venir

 

Ni l’épaisse fumée

Que dégage l’usine

Ni le nuage vibrant

D’un vol d’étourneaux

Ni la chorégraphie

Sur le ciel bleu

D’un cerf-volant

Ni la faux de la mort

Qui vient à sa rencontre

Rompre le cours du temps

 

 

Jacques Herman

2011


15:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/01/2012

Que l'on ferme les volets

Des fenêtres étroites

Laissent passer le temps

Jusqu’ici prisonnier

Des griffes saturniennes

Et libéré sans doute

Inconsidérément

 

Le voilà qui soudain

Se met à enfler

A jouer les baudruches

A deux doigts d’éclater

Entre des mains d’enfant

 

Que l’on ferme les volets

S’époumone un passant

Mais la noirceur du ciel

Vient absorber son cri

 

 

Jacques Herman

2011

14:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/01/2012

Mais voilà qu'un fauteuil

Elle vient lâchement

De m'abandonner

C'est la fin d'une histoire

D'amour

Et je broie du noir

 

Mais voilà qu'un fauteuil

Vient me tendre les bras

Un vrai coup de foudre

Selon toute apparence

 

Je me blottis 

Entre ses accoudoirs

Comme le ferait un chat

 

 

Jacques Herman

2011


09:28 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

06/01/2012

Même quand le givre

Même quand le givre

Te recouvre presque nue

Comme l'herbe ce soir

De grand froid sous la lune

Les mots que tu murmures

Font mûrir le silence

Dans la noirceur des rues

 

Mon cœur s'en fait l'écho

Rhapsodié par la foule

A cette heure disparue

Mais que l'on imagine

Sans accomplir d'effort

Et qui reviendra demain

Et comblera l'espace

Jusqu'au grouillement sourd

Au milieu de la place

Que tu rejoindras seule

Et sans retenue

En frémissant un peu

 

 

Jacques Herman

2011

13:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/01/2012

Dans tes yeux fatigués

Dans tes yeux fatigués

Une eau glauque croupit

Jonchée d'herbes jaunes

Veinée de filets huileux

Que le vent semble étirer

 

La lumière du jour

Ne saurait tarder

 

Ton regard perdu

Dans la nuit qui s'estompe

Se perd dans la brume

Qui recouvre l'étang

La vie semble vouloir

Se faire oublier

Le silence nous pèse

 

On entend quelques pas

Dans les tas de feuilles mortes

Du petit chemin

Qui se perd dans le bois

 

Le temps prend son indépendance

Et dans le silence

Qui se sent à l'étroit

Nous ressemblons un peu

A des chiens sans collier

 

 

Jacques Herman

2011

13:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

02/01/2012

Les mains tendues

Les mains tendues

Les paumes ouvertes

Sur le ciel bleu

D'où tombent en pluie

Des milliers de filles nues

Tu écartes les pieds

Tu sens monter ta sève

Et tu fredonnes un air

Que depuis longtemps

Nous avons oublié

 

Quelqu'un dit

Que tu vas bientôt

Mourir comme en hiver

La lumière du jour

 

Mais à la Saint Jean

Tu renaîtras aussi

Comme resurgit l'amour

Après un temps d'oubli

 

 

 

Jacques Herman

2011

12:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)