Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/06/2011

Novembre deux mille trois

Dans la main

Juste un peu de poussière

Qu'il libère

En écartant les doigts

Et qui vole au gré du vent

Et se dépose finalement

A quelques pas

 

Ainsi s'achève

La cérémonie funèbre

En ce jour froid

De novembre

Deux mille trois

21:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/06/2011

Avant vêpres

Chaque jour avant vêpres

Un oiseau vert se pose

Sur la même branche

D'un frêne

A l'entrée de la drève

 

On dirait qu'il attend

Que sonne

La cloche grêle du béguinage

Avant de reprendre son vol

 

Chaque jour avant vêpres

Dans la chapelle une nonne

Allume un cierge béni

 

Chaque jour avant vêpres

Dans le sable des dunes

Un poète s'assied

Les yeux rivés sur la plage

Sur la mer immense

Et l'horizon brumeux

 

 

Jacques Herman

2010

 

 

09:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

06/06/2011

Changement de saison

La maison grelotte

Frissonne de tous ses murs

Les fenêtres tremblotent

L'hiver sera dur

C'est la loi des saisons

 

Les arbres déjà

Ont perdu bien des feuilles

Qui les revêtaient

L'impudeur insolente

Des branches dénudées

Semble donner le ton

 

L'hiver peu à peu

Plonge dans le dépouillement

Et rien jamais

Ne pourra troubler

Son terrible silence

Sinon les cris

Des oiseaux

Et les rires

Des enfants

 

La neige s'apprête

A diluer les sons

A cacher du monde

Les imperfections

A opacifier

Les transparences

Des jours ensoleillés

 

 

Jacques Herman

2010

 

14:34 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

05/06/2011

Guêpe

Ne me dites pas

Que la guêpe s'enivre

D'une goutte de bière

Sur la paroi du verre

Que je viens de vider

 

Elle est simplement gaie

Comme ses yeux rieurs

Semblent le démontrer

 

Rarement les guêpes

Exultent de bonheur

Elles ont plutôt l'humeur

Sombre et soucieuse

 

Quand l'une d'elles me paraît

Plus sociable ou rieuse

Je l'observe comme

Une bête curieuse

Une boîte vivante

Bourrée de secrets

 

 

 

17:10 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

04/06/2011

Couronne des rois

Elle mourut de chagrin

Le jour de ses noces

On retrouva son corps

Dans la rivière en contrebas

Sa robe blanche de mariée

Lui servit de linceul

Trois jours plus tard

On l'inhuma

 

En ce début de janvier

Sur sa tombe aujourd'hui

Recouverte de fleurs

Fanées

Desséchées

Pour certaines pourries

Un passant qui tente

De réprimer ses pleurs

De cacher son émoi

D'une main tremblante

Est venu déposer

La couronne des rois

 

 

Jacques Herman

2010

10:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

03/06/2011

L'unique devoir

Le temps de mourir

De passer malgré soi

Au travers du miroir

Et de se coucher

Dans le noir

De l'autre côté

Dans des habits de deuil

Le teint cireux

Les yeux fermés

On prend froid

On voudrait éternuer

Mais on ne le peut pas

La mort est pleine

A ras bord

Des interdits du monde

D'où nous sommes issus

 

Aux vivants seuls

Le droit d'exister

De se manifester

D'agiter des drapeaux

De pleurer ceux

Qui sont partis trop tôt

Et qu'on ne verra plus

 

Aux vivants seuls

Le droit d'aimer

Le droit de maudire

Le droit de s'agiter

Pour un rien

Le droit au silence

Le droit à l'espoir

Ou à la désespérance

Le droit de rire

Ou de broyer du noir

 

La mort ne réserve

Qu'un unique devoir

Une seule fonction

La lente décomposition

A l'abri des regards

 

 

Jacques Herman

2010

09:37 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

02/06/2011

Objets inanimés

Du thé vert à la menthe

Juste une poignée

Pas davantage

Un pain de seigle valaisan

Une rose rouge

Pour ton corsage

Et le retour imprévu

De ton sourire d'antan

Pour toi qui maugrées

Un peu plus chaque jour

C'est assez étonnant

 

Une assiette pleine

A ras-bord de radis

Fraîchement cueillis

Qu'il faut encore laver

A cause de la terre

Qui s'y est accrochée

 

Ta carte d'identité

Depuis longtemps périmée

Une paire de ballerines roses

Un long ruban

Qu'il est urgent

De démêler

 

Du papier à lettre blanc

Mais qui a jauni

Un crayon dont la pointe est cassée

Une bougie que tu viens d'allumer

Et dont la flamme

S'est mise à trembler

 

La table est recouverte d'une toile cirée

Tu observes les objets

Qui viennent s'y refléter

Puis en baissant les paupières

Mais péremptoirement

Sans que le moindre doute

Ne vienne t'effleurer

Tu évoques l'âme

Des objets inanimés

 

 

Jacques Herman

2010

09:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2011

Revanche

Soudain la ville expire

Doucement elle succombe

Elle va bientôt mourir

D'étouffement

Excitée à l'idée

De prendre sa revanche

La campagne pour l'heure

Délire

 

Gorgés d'espérance

Nous nous enfermons

Pour l'instant

Dans un profond silence

Et nous attendons

Que passe le temps

 

A notre aplomb déjà

Le soleil paraît

Nourri d'eau de jouvence

Et le ciel tout entier

Semble nous sourire

Le vent se fait caresse

Et la pluie elle-même

Rechigne à tomber

 

Le bonheur du monde

Enfin recouvré

Doucement nous inonde

Notre âme s'éclaircit

Et le bonheur

Que nous savons fragile

Abonde

 

L'un d'entre nous

Sans doute trop pressé

Crie déjà victoire

 

Mais quand tombe le soir

Une once d'hésitation

Vient nous troubler

Rien ici-bas

N'est jamais acquis

Et nous n'avons plus

Dans le creux de nos lits

Qu'à rêver

 

 

Jacques Herman

2010

 

13:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

31/05/2011

Parler

Parler pour faire parler

Se taire pour obtenir

Un moment de silence

Prier pour maintenir

En soi la vibrante présence

De l'esprit qui délire

Et frénétiquement

S'accroche à tout ce qui passe

L'amour

Les joies

Les heures claires ou pourries

Qu'emporte le vent

 

Laisser filer le temps

Comme dans le ciel

Les grands oiseaux blancs

Qui ne laissent leur trace

Sur nos rétines qu'un bref instant

 

Mourir pour donner suite

A la vie ici-bas

Sous un aspect qu'à ce jour

Nous ne connaissons pas

Mais que tu imagines

Quand assis près du feu

Tu observe les flammes

Qui dansent

Qui s'entortillent

Et qui évoquent le jeu

Parfois cruel des séductions

 

 

Jacques Herman

2010

 

12:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

30/05/2011

Mon verre est plein

Mon verre est plein d'une eau boueuse

D'algues verdâtres et de poissons

Dont je ne connais ni le nom

Ni l'espèce

 

Je le lève cependant

A la santé de ceux

Qui devant moi trépignent d'impatience

Puis je le vide d'un seul trait

Et m'écroule sur le tapis

 

Autour de moi des gens s'affairent

La lumière au plafond dense

Comme Isadora Ducan

Dans trois jours on l'enterre

Dit une voix surgie

Derrière un paravent

 

 

Jacques Herman

2010

10:23 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)