Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/04/2011

Vision

Superbe en sa hideur

Comme le sang de l'aurore

Un monstre en planant descendit

Du haut du ciel

Les ailes déployées

Les bras chargés d'or

D'encens

De myrrhe

Et de fleurs

 

Nous le vîmes se poser

Près de l'orée du bois

 

Consternés nous attendions

Qu'il se manifestât

Mais il remarqua

Sans doute notre présence

Et disparut aussitôt

Comme le silence

Qui s'évapore dans le vacarme des rues

 

 

Jacques Herman

2010

14:44 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

16/04/2011

Au port

Au port le bateau se repose

Dans les eaux glauques

Aux reflets huileux

Il n'attend de ceux

Qui longent le quai

Ni le regard brumeux

De la miséricorde

Ni les accents de la compassion

Le port n'est qu'une maison

Provisoire qui ne marque

A ses yeux grands ouverts

Qu'un très court temps d'arrêt

 

Sans discontinuer

Il doit encore rouler

Sa bosse et repartira

Dès l'aube

Vers d'autres horizons

Que nous cache la mer

 

Quand inéluctablement

Viendra le soir

De son dernier voyage

Il quittera le monde

Sans aucun regret

 

Il sait que rassasié de jours

A la fin de son âge

Des mains inconnues

Que tout indiffère

Prendront en charge

Sa démolition

Sans aucun état d'âme

Sans la moindre émotion

 

 

Jacques Herman

2010

 

18:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/04/2011

Images confuses

 

Tous les parfums

Des jours anciens

Sont à jamais

Ancrés dans l'air

 

Parfois même

Des nuages complices

Sous la poussée du vent

S'étirent

S'allongent

Et prennent le profil

Des êtres chers

Qui ne sont plus

 

Tandis que j'écris ces mots

Une voix métallique

Caquetante

Fugace

Me traverse l'esprit

Comme une vrille

 

Les heures du passé

Dit-elle n'appartiennent

Plus qu'aux dieux

Qui en font

Les pièces d'un jeu

Dont les règles nous dépassent

 

 

Jacques Herman

2010

 

21:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/04/2011

Rêverie

Dans le silence feutré du bois

Elle chemine en moi

Comme un délicieux vertige

Et le son de sa voix

Vibre en me suppliant

De ne jamais mourir

 

Les branches de sapins

Frissonnent sous le vent

Les pétales des fleurs

Frémissent sur leur tige

Le ciel m'est témoin

Que je ne m'égare pas

 

Au milieu de la forêt

Son image m'apparaît

Fugace

Dans l'eau limpide d'un ruisseau

Et le moindre nuage

En s'effilochant

Vient encore me parler d'elle

 

Mais à l'orée du bois chenu

Je distingue déjà

Les clochers des églises

Les cheminées d'usines

Et les toits des maisons

 

Et je n'ai plus de prise

Que sur le retour

Obligé

Inévitable

A la froide raison

 

 

Jacques Herman

2010

 

11:38 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

13/04/2011

Fleuve goudronneux

C'est un fleuve goudronneux

Corrosif

Qui ressemble à tes yeux

Quand tu verses une larme

Un fleuve qui désarme

Les plus valeureux

 

C'est un fleuve incertain

Dubitatif

Qui me paraît inquiet

Douloureusement soucieux

Un fleuve sans faune et sans flore

Sur lequel

Depuis longtemps

Les barques et les chalands

Ne naviguent plus

 

C'est un fleuve étonné

Qui tremble de peur

Quand il entend sonner l'heure

Dernière du temps

 

Dans les fourrés qui le bordent

Certains disent avoir vu

Des filles mortes à demi nues

Qui dansent en traînant

Derrière elles les cordes

Auxquelles elles furent pendues

 

 

 

Jacques Herman

2010

19:15 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/04/2011

Bonheur retrouvé

Ah le bonheur

Enfin retrouvé

La joie débordante

La paix rétablie

La haine abolie

Les harmonies vibrantes

Des cordes retrouvées

 

L'orchestre enfin

A retrouvé la paix

La harpe n'est plus

Jalouse du hautbois

 

On se met

De nouveau à espérer

Le premier violon prie

Le cymbaliste

Croise les doigts

 

 

Jacques Herman

2010

 

17:47 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

11/04/2011

En lettres minuscules

Dans le fond du jardin

Sur un mur chaulé

D'une main tremblante j'écris

En lettres noires

Que le ciel est gris

Qu'il redeviendra bleu

Peut-être après la pluie

Que l'herbe jaunie

Attend depuis longtemps

Je signe de mon nom

En lettres minuscules

Puis comme le peintre

Je prends du recul

Et tombe dans l'étang

Jacques Herman

2010

11:39 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/04/2011

Des heures si longues

Ce sont des heures si longues

Qu'elles ont choisi de se déguiser

En minutes pour les unes

Et pour d'autres en secondes

 

On les voit qui défilent

Comme des mannequins

Désarticulés

A la file indienne

Sur des planches posées

Dans une salle sombre

Et triste à pleurer

 

Aussitôt que l'une d'elles

Trébuche parce que mal assurée

Elle déploie ses longues ailes

Et tente de s'envoler

 

Mais le temps finit toujours

Quoi que l'on fasse

Quoi que l'on dise

Par s'écraser

 

 

Jacques Herman

2010

10:52 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

09/04/2011

Tout est près

Venez car tout est près

Près du ruisseau les lavandières

Près de la ville les faubourgs

Près de l’usine les corons

Près de la plage la mer

Près de la nuit le jour

Près de ton coeur l’amour

Près de nous les bombes

Les fusils mitrailleurs

Les grenades

Et les canons

Jacques Herman

2010


01:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

08/04/2011

Couard impassible

Ni honte ni regret

Ni doute ni certitude

Sur lui tout glisse

Comme sur une pierre

Lisse

Sans passé

Sans avenir

Comme sur un galet

Inerte sous les vagues premières

Il en arriverait même

A ne pas respirer

Pour ne pas faire de bruit

 

Foin de pensée

Foin de rêve

Foin de délire

Foin de courage

Sans doute aussi

 

Insipide

Incolore

Inodore

Il ressemble à l’eau

Qui coule impassible

Comme un ruisseau

Où le couard finit

Par trembler devant

Sa propre image

Qui s’y reflète malgré lui

 

 

13:35 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)