Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/08/2010

Mots en ville

Il observe les mots

Dans les rues de la ville

 

En remplit

Ses poches à foison

 

Il utilisera

La précieuse moisson

Pour écrire un poème

Ce soir

A la maison

 

Poissonnerie

PTT

Confiserie

Ne pas uriner contre la façade

Nettoyage à sec

Boucherie

Au Paradis du bon fromage

Kiosque

Tabac - Journaux

Stationnement interdit

Pour visiter l'église

S'adresser à la mairie

Ascenseur au fond de la cour

 

Il note les mots

Comme on photographie

 

Ses yeux exécutent

Des instantanés

Sans une once de vie

 

Un chat lui frôle les pieds

Il ne l'a pas remarqué

Il continue de marcher

De relever des mots

De les collationner

 

Rue des Deux-Orphelines

Déviation

Fermé jusqu'à seize heures

Travaux

Place de la Victoire

Interdit de nourrir les pigeons

Fumer nuit

A votre santé

 

Eau potable

La concierge est dans l'escalier

Librairie

Jouets

Rue des Récollets

Entrée des artistes

Votez  Delcampe

Liste numéro trois

Piétons

Veuillez changer de trottoir

Café-Restautant

Toilettes publiques

Au Régal

Produits frais

Pauvre Belgique

 

 

Jacques Herman

2009

09:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

11/08/2010

Serait-il ravi

 

Serait-il ravi

Le nageur émérite

De recevoir à quai

Couronnant ses efforts

Le baiser des sirènes

Qui sentent le poisson

Et les algues

Et qui sont

Tout imbibées

Des fragrances du port

 

Déçu

Aigri

Amer

Il regagnerait

Sans doute la vague

En redoublant d'efforts

Pour rejoindre le bord

Opposé de la mer

 

 

Jacques Herman

2009

13:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2010

Devenues transparentes

Des idées noires

Au soleil levant

S'éclaircissent

S'éclaircissent

 

Bientôt transparentes

Elles s'en iront mourantes

Dans la clarté du jour

 

C'est le glas de l'amour

Qui sonne

Qui sonne

 

Et la lumière

Eclatante

Triomphante

A cette heure paradera

Au son des fifres

Des mirlitons

Et des tambours

 

Amoureux vous êtes faits

Comme des rats

 

 

Jacques Herman

2009

14:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2010

Entre deux cultures

 

 

A Jean Grin

 

 

On me dit

Partagé

Déchiré

Tiraillé

Entre deux cultures

Deux pays

Deux nationalités

 

A quatre pattes

Comme le chien qui flaire

Les crottes de

Ses congénères

Je me mets en quête

De mes morceaux

 

Un jour qui sait

Les collerai-je

Le coeur en peine

Comme on répare

La porcelaine

Qu'on a brisée

 

 

Jacques Herman

2009

16:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2010

Jusqu'au lever tremblant

 

Dans la nuit noire repue

Stridents et suraigus

Des cris sont montés

Au travers du velours

Des heures qu'on n'agite jamais

De peur de les briser

 

De fenêtre en fenêtre

On s'interroge

On se questionne

Et même si l'on frissonne

A cause du froid

On se parle enfin

La nuit de vive voix

Entre voisins

 

Le silence pesant

Va tantôt retomber

Comme un rideau trop lourd

Qui descend s'écraser

Sur les toits de la ville

 

C'en est fini bientôt

Des discours tranquilles

Des amorces d'amour

Des propos que l'on tient

Pour meubler tant qu'à faire

Les heures qui restent

Jusqu'au petit matin

Jusqu'au lever tremblant

D'un nouveau jour d'hiver

 

 

 

Jacques Herman

2009

 

17:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

07/08/2010

De grandes clairières

De grandes clairières

Jalonnent le temps

 

Qu'on y pousse

Qu'on y pousse

Murmurent les fleurs

Dans l'attente des heures

Riantes du printemps

 

Mais l'hiver ne veut pas en finir

La neige blanchit les tempes

Le froid  burine la peau

 

L'écheveau de fin de vie

S'impose comme le sel marin

La rousseur du sable

La fraîcheur du vent

La couleur de l'évidence

 

Il est des soirs où l'on se prend

A rêver d'un matin

Qui traînerait comme

La douce fragrance

Ou l'ombre lascive

D' une belle inconnue

 

 

Jacques Herman

2009

22:25 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

06/08/2010

Ma femme est vivante

MA FEMME EST VIVANTE

 

 

 

Ne retournez pas

Le couteau dans la plaie

Le sang déjà surabonde

Et le blé rougit

 

Lèvres crevassées

Qu’articulez-vous

Dans les brûlures

Du ciel d’été

 

Rien d’autre ne surgit

De ces lieux chargés

Des douleurs de la guerre

Que des mots imbéciles

Aux couleurs du vent

Inconsistants

Ou tremblant

Sous le poids de

Leur incohérence

 

Ah ces vers

Qui ne seront jamais écrits

Et ces heures prisonnières

De la lenteur du temps

 

Comme une bougie

Le poète s’éteint

Quelqu’un demande son nom

 

La force de répondre lui manque

Il ne sait plus rien du monde

Que sa mort imminente

 

Mais il  murmure

Aussi faiblement

Que le passage d’un frisson

Il paraît que

Ma femme est vivante

 

 

Jacques Herman

2009

16:09 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

05/08/2010

Des chants grégoriens

Des chants grégoriens

Vibrent puis s'estompent

A mesure qu'ils montent

Dans la froide vapeur

Qui envahit la nef

Comme un brouillard épais

Que le vitrail

Dans l'abside bleuit

Des bruissements d'ailes

Frôlent la tête

Des  paroissiens assis

Sur des prie-Dieu

Vermoulus

Branlants

Bancals

Tortus

Un prêtre pensif

Derrière les grilles

Du confessionnal

Susurre

Parlez ma fille

Parlez

Avant de prononcer

Sans trop savoir pourquoi

La formule rituelle

Ego te absolvo

In nomine Patris

Et Filii

Et Spiritus Sancti

Tandis

Que dans la sacristie

Des enfants de choeur

Jouent aux dés

A la lumière d'une lampe

En porcelaine blanche

Fissurée

Et grignotent

Des montagnes de biscuits

Jacques Herman

2009

17:53 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

04/08/2010

Six maisons vivent en moi

 

Six maisons vivent en moi

Sans doute même davantage

Comme dans le ciel un nuage

J'ai l'inconstance dans la peau

 

Je ne les habite qu'au gré

De mon imagination

Ma fantaisie les façonne

Comme une argile molle

Et je leur fais dire

Ce que je veux

 

Elle me parlent parfois

Selon les circonstances

Et les humeurs du jour

D'un temps très lointain

Où je semblais heureux

D'être à moitié plein

Des ombres qui déjà

Me peuplaient la mémoire

Mais  la rendaient obscure

Comme les nuits bleu-noir

Des hivers en toundra

 

 

Jacques Herman

2009

13:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)

03/08/2010

Manie de tout ranger

Manie de tout ranger

Bouts de papier

Bouts de crayons

Bouts de gomme

Bouts d'amour dérangées

 

Vieux encriers

Petits flacons

Enveloppes jaunies

Poudriers

 

Elastiques raidis

Fendillés comme

Les lèvres de

La voisine de palier

 

Herbes aromatiques

Thym

Marjolaine

Origan

Dans des pots en plastique

Etiquetés

 

Idées sans lendemain

Saugrenues

Rêves dont on se souvient

Dans le soleil du matin

Quand on ouvre les yeux

Et qu'on s'empresse de

Sauvegarder

Sous forme de mots

Griffonnés

Vite

Fébrilement

De crainte qu'ils ne s'envolent

Comme ces oiseaux

Qui ne reviendront

Qu'au printemps prochain

 

 

 

Jacques Herman

2009

12:01 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)