Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/08/2010

Rien ne peut résister au temps

La nuit filandreuse

Nous tombe dessus

Comme la neige

Légère

Poudreuse

Qui nous vêt d’illusions

 

Mais rien à parler franc

Ne peut résister  au temps

Ni l’obscure saison

Ni la froideur qui fond

Dès le frémissement

De nouvelles lumières

Puisqu’aussitôt

L’épais manteau

De glace redevient

De l’eau très ordinaire

 

 

Jacques Herman

2009

 

17:02 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

16/08/2010

Aboie doucement

Reste assis

Brave chien

Devant ta gamelle

Pleine à déborder

De perles destinées

A des pourceaux

Qui n’en voulaient pas


Reste assis

Brave chien

Devant ta niche puante

Au bout de quelques heures

D’insupportable attente

Appelle les passants

Et propose –leur

De te caresser

 

Aboie doucement

Ne fais peur à personne

Évite surtout la vulgarité

Les propos amers

La dérision incontrôlée

 

S’ils te demandent

De leur faire part

De tes émotions

Dis-leur franchement

Que ce soir tes patrons

Te conduiront

Chez le vétérinaire

Et qu’ils ont décidé

De te faire piquer

 

 

Jacques Herman

2009

10:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

15/08/2010

Vieilles incandescences

Surgies du fond des temps

De vieilles incandescences

S'évertuaient à remonter à bord

De nos bateaux en partance

Sur des mers que les ans

Depuis longtemps

Se plaisaient à calmer

Pour nous autoriser

A gagner d'autres ports

 

Aussitôt que nos âmes

Troublées

Mal à l'aise

Par manque d'habitude

Se trouvaient titillées

Sous un soleil nouveau

Nous plongions

Dans les gouffres profonds

De nos incertitudes

Et souvent nous nous y perdions

 

Certains parmi nous

Croyaient bon

D'accueillir en leurs bras

Le plus humble frisson

Des amours renaissantes

 

D'autres du même âge

Mais sans doute plus sages

Ont sauté dans la vague

Par-dessus

La rambarde du pont

 

 

Jacques Herman

2009

14:16 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/08/2010

Que tu le veuilles ou non

Le plus petit bonheur

Que tu le veuilles ou non

Ressemble parfois

Malgré les apparences

A ce souffle de vent

Qui balaie la trace

Des misères d'antan

Et qui

Diablement efficace

Sans crier gare

Discrètement efface

Les blessures de l'âme

Les douleurs du corps

Et les marques du temps

 

Le plus petit bonheur

Que tu le veuilles ou non

Te remplit comme l'eau

Fraîche au coeur du désert

Ou t'entoure de brume

Qui te brouille la vue

Et te détourne

Des songes amers

 

 

Jacques Herman

2009

 

00:02 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

13/08/2010

Nous n'avions qu'un soupir

Nous n'avions qu'un soupir

Aux reflets irisés

Qui nous était commun

 

Pour le reste

Nous étions différents

L'un à l'autre profondément

Etrangers

 

De conserve souvent

Nous avons embué

Le miroir ovale

Du petit salon

 

Du bout du doigt

Il arrivait parfois

Que nous tracions des lettres

Sans signification

 

Code secret

Peut-être

Ou manière de

Tuer le temps

 

Assurément

La marque

Fragile

Ephémère

D'un certain attachement

 

 

 

Jacques Herman

2009

 

13:20 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

12/08/2010

Mots en ville

Il observe les mots

Dans les rues de la ville

 

En remplit

Ses poches à foison

 

Il utilisera

La précieuse moisson

Pour écrire un poème

Ce soir

A la maison

 

Poissonnerie

PTT

Confiserie

Ne pas uriner contre la façade

Nettoyage à sec

Boucherie

Au Paradis du bon fromage

Kiosque

Tabac - Journaux

Stationnement interdit

Pour visiter l'église

S'adresser à la mairie

Ascenseur au fond de la cour

 

Il note les mots

Comme on photographie

 

Ses yeux exécutent

Des instantanés

Sans une once de vie

 

Un chat lui frôle les pieds

Il ne l'a pas remarqué

Il continue de marcher

De relever des mots

De les collationner

 

Rue des Deux-Orphelines

Déviation

Fermé jusqu'à seize heures

Travaux

Place de la Victoire

Interdit de nourrir les pigeons

Fumer nuit

A votre santé

 

Eau potable

La concierge est dans l'escalier

Librairie

Jouets

Rue des Récollets

Entrée des artistes

Votez  Delcampe

Liste numéro trois

Piétons

Veuillez changer de trottoir

Café-Restautant

Toilettes publiques

Au Régal

Produits frais

Pauvre Belgique

 

 

Jacques Herman

2009

09:05 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (1)

11/08/2010

Serait-il ravi

 

Serait-il ravi

Le nageur émérite

De recevoir à quai

Couronnant ses efforts

Le baiser des sirènes

Qui sentent le poisson

Et les algues

Et qui sont

Tout imbibées

Des fragrances du port

 

Déçu

Aigri

Amer

Il regagnerait

Sans doute la vague

En redoublant d'efforts

Pour rejoindre le bord

Opposé de la mer

 

 

Jacques Herman

2009

13:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

10/08/2010

Devenues transparentes

Des idées noires

Au soleil levant

S'éclaircissent

S'éclaircissent

 

Bientôt transparentes

Elles s'en iront mourantes

Dans la clarté du jour

 

C'est le glas de l'amour

Qui sonne

Qui sonne

 

Et la lumière

Eclatante

Triomphante

A cette heure paradera

Au son des fifres

Des mirlitons

Et des tambours

 

Amoureux vous êtes faits

Comme des rats

 

 

Jacques Herman

2009

14:11 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

09/08/2010

Entre deux cultures

 

 

A Jean Grin

 

 

On me dit

Partagé

Déchiré

Tiraillé

Entre deux cultures

Deux pays

Deux nationalités

 

A quatre pattes

Comme le chien qui flaire

Les crottes de

Ses congénères

Je me mets en quête

De mes morceaux

 

Un jour qui sait

Les collerai-je

Le coeur en peine

Comme on répare

La porcelaine

Qu'on a brisée

 

 

Jacques Herman

2009

16:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

08/08/2010

Jusqu'au lever tremblant

 

Dans la nuit noire repue

Stridents et suraigus

Des cris sont montés

Au travers du velours

Des heures qu'on n'agite jamais

De peur de les briser

 

De fenêtre en fenêtre

On s'interroge

On se questionne

Et même si l'on frissonne

A cause du froid

On se parle enfin

La nuit de vive voix

Entre voisins

 

Le silence pesant

Va tantôt retomber

Comme un rideau trop lourd

Qui descend s'écraser

Sur les toits de la ville

 

C'en est fini bientôt

Des discours tranquilles

Des amorces d'amour

Des propos que l'on tient

Pour meubler tant qu'à faire

Les heures qui restent

Jusqu'au petit matin

Jusqu'au lever tremblant

D'un nouveau jour d'hiver

 

 

 

Jacques Herman

2009

 

17:29 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)