Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/07/2010

Annonces

Silence à rompre

Amarres à larguer

Chatons à donner

Contre bons soins

Maison de maître

A vendre

Avec dépendances

Malade à opérer

D’urgence

Livres à brûler

Phrases trop longues

A découper en tranches

Semaine surchargée

A vendre à

L’exception du dimanche

Chaise à porteur

A porter

Dans une autre salle du musée

Moins bien éclairée

Chaussures de marche

A cirer

Cercueil à clouer

Arbres à consoler

Parce que leurs feuilles

Sont tombées

Poissons à écailler

L’heure du dîner

Mine de rien

Avance

 

 

Jacques Herman

2009

 

10:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

22/07/2010

Sous mon chapeau

Ce n’est pas

Qu’il fasse froid

Comme au creux

De l’hiver

 

Mais sous mon chapeau

Madame

Il n’y a rien d’autre

Que de l’eau

 

De l’eau sale

Boueuse

Malodorante

 

Permettez-moi

Conséquemment

De rester couvert

 

 

Jacques Herman

2009

10:36 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

21/07/2010

L'écrivain

Au diable la plume

Au diable l’encrier

Au diable l’usage du papier

Foin de pleins

De déliés

De subtils arrondis

 

L’écrivain aujourd’hui

Les yeux rivés sur un écran

Tapote sur un clavier

De cinq lettres seulement

 

J - E – M – O – I

 

 

 

Jacques Herman

2009

 

 

12:18 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (3)

20/07/2010

Qu'on l'incinère

QU’ON L’INCINERE

 

 

 

Je ne sais rien du monde

Que des approximations

 

Chasseur  d’ombres

Et d’illusions

Il m’arrive parfois

D’appeler au secours

Mais personne jamais

En ces murs ne répond

 

Il faut que mon corps

Reste cantonné

Dans le périmètre sacré

Du jardin délimité

Par la grange

L’ancienne remise

La tour

Et le ruisseau sans nom

Qui me ressemble un peu

Et coule toujours

Avec obstination

 

Au bord de la route

La maison blanche

Sans doute inhabitée

Dont le balcon

Doucement penche

N’en finit pas

De m’intriguer

 

L’été dernier

La foudre est tombée

Sur le chêne immense

Qui fut grièvement blessé

 

Qu’on enlève ses restes

Et puis qu’on l’incinère

Ai-je suggéré

C’est ce que l’on fait

Avec nos congénères

 

On m’a regardé

Dans un profond silence

Apparemment gêné

 

 

Jacques Herman

2009

12:14 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

19/07/2010

Tout a disparu

TOUT A DISPARU

 

 

 

Plus rien n’est pareil

A ce que j’ai connu

On dirait qu’en ces lieux

Tout a disparu

 

Le bar à l’angle de la rue

Les fleurs de givre

Sur les carreaux

L’opacité du jour

Mourant de novembre

Sur le petit étang

Et les peupliers

Qui en faisaient  le tour

Les noms gravés

Sur les pierres tombales

Les cafés enfumés

Le cabinet dentaire

La partie nord du mur

Du jardin de la cure

Les filles en vitrine

Dans les quartiers chauds

Les fumées orangées

Des cheminées d’usines

 

 

Jacques Herman

2009

 

 

00:59 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

18/07/2010

J'en ai fini

J’en ai fini de te poursuivre

A travers les blés humides

Les herbes qui regorgent

De la sueur du jour

Les sentiers boueux

Qui séparent les champs

 

J’en ai fini de suivre tes traces

De courir après toi

Et de me retrouver

Grosjean comme devant

Quand elles s’effacent

Dans les premiers cailloux

Qui bordent le torrent

 

J’en ai fini de crier ton nom

Le ciel est sourd à mon appel

 

J’en ai fini de sombrer

A la moindre vibration

Des humeurs du jour

Sous le poids des regrets

Des remords

Des pensées délétères

 

Des vaches dans le pré

S’arrêtent de brouter

Nos regards s’entrecroisent

 

Elles feignent l’indifférence

Par prudence

Ou par nécessité

 

 

Jacques Herman

2009

16:41 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

17/07/2010

Au passage des poètes

Je ne t’ai jamais demandé

De décrocher la lune

De nettoyer les murs

Qu’ils ont taché de sang

Ni d’offenser les dieux

Ni d’insulter les gens

Ni de sonder la brume

Qui tombe sur la drève

 

J’aimerais simplement

Que tu tendes l’oreille

Pour entendre ce que

Le soir ici murmurent

Entre les cyprès noirs

Les bouches de marbre blanc

Qui frissonnent un peu

Au passage des poètes

 

 

Jacques Herman

2009

 

16:21 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

16/07/2010

Vieillir

Dans les coulisses obscures

Le silence s’est abattu

 

C’en est fini sur scène

Des contes à dormir debout

Qui n’en finissaient plus

 

En prenant de l’âge

Nos transparences

Se sont opacifiées

 

La lumière éclatante

Des rampes s’est murée

Dans un épais silence

 

Le rideau de velours

Cramoisi est tombé

 

Nous sortons de la salle

En nous agrippant

Fermement à

La main courante

 

 

Jacques Herman

2009

15:40 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

15/07/2010

Il est midi

Il est midi

J’entends qu’on dit de moi

Le chien fidèle

Ronge son os

 

Mais dans ma niche

Depuis ce matin

J’écris

L’évangile canin

Chapitre trois

Versets douze et suivants

 

Le vent contrarie

Mon inspiration

Je remets donc

La suite à demain

 

Il est quatre heures

Les enfants remplissent

La cour de leurs cris

L’école est finie

L’envie me prend

D’aboyer

 

Il est vingt heures

Quelqu’un dépose

Sous mon nez

Une gamelle pleine

De viande avariée

 

 

Jacques Herman

2009

 

 

12:55 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

14/07/2010

La main de Dieu

La machine s’arrête

De prier mais l’enfant

Pousse à la roue

Et de nouveaux chants sacrés

Prennent leur envol

Pleins de candeur et de gravité

 

S’élèvent dans les cieux

Jusqu’à ce que la main

De Dieu les intercepte

Les broie dans sa colère

  Puis rejette les poussières

Des prières ici-bas

 

Elles volent légères

Se posent ici ou là

Beaucoup sont tombées

Comme des étoiles

Dans l’eau froide de la rivière

 

 

Jacques Herman

2009

 

11:45 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)